Numéro 244 - décembre 2009

 

Rédigé le 9 décembre 2009

Campagne "Contrôlez les armes" - Le bras de fer est engagé !

Le 30 octobre dernier, les plus grands exportateurs d’armes se sont engagés aux Nations unies en faveur d’un traité international sur le commerce des armes. Y compris les Etats-Unis, qui ont franchi le pas !

Auteur(s) : Violaine Plagnol
Mots-clés :

C’est une mini révolution : Les Etats-Unis, premier producteur et exportateur mondial d’armes, ont enfin franchi le pas. Ils ont voté en faveur d’une résolution qui valide la poursuite du processus de négociation pour l’adoption d’un traité, assorti d’un agenda concret et pour la première fois d’une date butoir, fixée à 2012. Jusqu’à présent, ils avaient toujours voté contre, soucieux de préserver un négoce lucratif.

Les organisations militant pour un contrôle accru de ce commerce ont salué un vote décisif. « Il est possible que le revirement des Etats-Unis soit le résultat de l’effet Obama. C’est une avancée très positive » souligne Zobel Behalal, responsable de la campagne « Contrôlez les armes » au CCFD-Terre Solidaire. Aujourd’hui, au pays de l’Oncle Sam, on affiche une réelle volonté de faire évoluer le droit international. Néanmoins, des craintes subsistent. L’administration américaine a en effet imposé, pour l’adoption du traité, le consensus, sans que cette notion soit clairement définie. Consensus signifie-t-il majorité, unanimité... ? Représente-t-il un droit de veto accordé à chaque Etat participant aux négociations ? Avec un risque de taille : celui de voir les exigences tirées à la baisse pour satisfaire toutes les parties.

Un grand chantier juridique et politique

« Un grand chantier s’ouvre devant nous » explique Zobel Behalal. Maintenant il s’agit de traduire en termes juridiques des revendications politiques, tout en poursuivant un travail d’influence. Les Etats, flanqués de leurs experts, vont s’atteler à la mise en place d’un dispositif légal. De leur côté, les ONG, elles aussi, s’entourent de juristes et de conseillers afin de s’assurer que leurs demandes seront bien prises en compte. « Pour nous, au CCFD-Terre solidaire, il est essentiel que les importations d’armes ne viennent pas rivaliser avec les exigences de développement économique, social et culturel d’un pays. D’autre part, le commerce des armes ne doit ni créer, ni entretenir la corruption [1] » précise Zobel Behalal. Les organisations membres de la campagne « Contrôlez les armes » estiment que si chaque Etat a le droit d’acquérir du matériel militaire pour assurer sa défense, ces achats ne doivent en aucun cas porter atteinte aux dépenses nécessaires au bien être des populations (santé, éducation, développement agricole...). Pourquoi ne pas envisager, par exemple, un seuil international de dépenses militaires proportionnel aux dépenses de santé ou d’éducation ? Côté pays exportateurs, les ONG considèrent que le traité doit notamment permettre la mise en place d’un système strict d’évaluation du risque et de lutte contre la corruption, en s’appuyant sur la société civile, les institutions internationales, les traités internationaux déjà existants, les dispositifs nationaux et en prenant en compte l’histoire de chaque pays... Les ONG souhaitent que le traité définisse un cadre général qui privilégie la coresponsabilité des Etats et une mise en application au cas par cas.

Une coopération internationale essentielle

Enfin pour que le traité soit efficace, il doit être accompagné d’un mécanisme de suivi et d’un dispositif de sanctions. « Nous ne voulons pas d’un traité qui ne prescrive que des sanctions, insiste Zobel Behalal. Pour cela, la coopération internationale doit jouer un rôle essentiel d’assistance technique et juridique auprès des pays, qui aux termes du traité ne seraient pas éligibles à l’exportation ou à l’importation. » Le traité pourrait par exemple juger inapte à l’exportation un pays qui ne dispose pas d’un système de contrôle national de ses exportations transparent ou qui ne respecte pas le droit humanitaire international en exportant des armes vers un pays en conflit. De même, un pays importateur pourrait se voir refuser le droit d’acheter du matériel militaire si cela ne correspond pas à un besoin de sécurité, mais risque au contraire d’exacerber un conflit latent. Dans tous les cas, la coopération internationale doit s’efforcer d’aider les pays, qui y sont prêts, à progresser.

Dès 2010, les négociations vont s’ouvrir et doivent s’achever en 2012, dans le cadre d’une conférence internationale adoptant un traité dont on ne peut, aujourd’hui, prévoir la teneur. Ensuite, selon un processus normal, il devrait être ratifié par un nombre de pays suffisant, puis mis en application... Le bras de fer est engagé !

[1Les trois piliers de la campagne : développement économique, social et culturel ; respect du droit international humanitaire ; respect des droits humains

Article mis en ligne le 9 décembre 2009

S’informer

2 avril 2013

Adoption du Traité sur le Commerce des Armes aux Nations Unies

Le CCFD-Terre Solidaire se réjouit de l’adoption, aujourd’hui, du Traité international sur le commerce des armes par l’Assemblée générale (...)

29 mars 2013

ONU : Les Etats refusent d’adopter le Traité sur le commerce des armes

Le CCFD-Terre Solidaire regrette que pour la seconde fois en neuf mois, les Etats membres des Nations Unies aient été incapables (...)

26 mars 2013

Le CCFD-Terre Solidaire participe aux négociations à l’ONU

La conférence finale devant aboutir à l’adoption d’un Traité sur le commerce international des armes (TCA) se déroule actuellement aux (...)

Nos projets

27 septembre 2016

En France, les jeunes habitants des bidonvilles privés d’école

Le Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation a réalisé une étude, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire, permettant de mieux (...)

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

29 août 2016 CEDAC

Brésil : l’agriculture au service de l’éducation populaire

Acteur historique de l’Éducation Populaire au Brésil, le Centre d’Action Communautaire – partenaire du CCFD-Terre Solidaire – se sert de (...)