Noël contre la faim

Numéro 268 - septembre octobre 2012

 

Rédigé le 10 octobre 2012

Le refus de l’instrumentalisation des religions par les politiques

Pendant une décennie – entre septembre 2002 et avril 2011 –, la Côte d’Ivoire s’est violemment déchirée. Laurent Gbagbo et ses partisans ont tenté – sans succès – d’utiliser les clivages religieux entre chrétiens et musulmans pour se maintenir au pouvoir. Analyse de l’imam Youssouf Konaté, membre du Conseil supérieur des imams de Côte d’Ivoire (Cosim).

FDM : Les musulmans de Côte d’Ivoire et leurs dignitaires religieux ont-ils eu le sentiment que les affrontements pouvaient gagner le terrain religieux et qu’ont-ils fait pour éviter de tels dérapages ?

Imam Youssouf Konaté : Très tôt en effet, nous avons perçu les signes avant-coureurs de la grave crise qui a secoué le pays ces dix dernières années. Pour cette raison, nous avons organisé avec persévérance des séminaires de formation et de sensibilisation des imams, des leaders des communautés et associations musulmanes du pays. Concrètement, il s’agissait de prévenir les conflits et d’identifier les moyens de préserver la paix sociale, malgré la partition de fait du pays entre Nord et Sud, depuis septembre 2002.

Le message principal délivré comme un leitmotiv lors de ces réunions était que le conflit ivoirien était de nature politique et non religieuse. Il s’agit d’une lutte pour le pouvoir qui n’a rien à voir avec les croyances des uns et des autres. Ce message a été réitéré à de nombreuses reprises par notre Guide spirituel, Cheick Bouakary Fofana, président du Conseil supérieur des imams (Cosim). Notre Guide nous incitait à nous abstenir de riposter, quelles que soient les attaques dont la communauté musulmane pouvait être victime, ce que nous avons scrupuleusement respecté tout au long du conflit. Et ce, bien que plusieurs mosquées aient été incendiées et plusieurs imams tués, à Abidjan ou Duékoué dans l’Ouest. La communauté musulmane dans son ensemble est restée digne dans la douleur. C’était un signal fort adressé à tous les Ivoiriens et je crois qu’il a été perçu comme tel.

À l’heure des bilans, pourriez-vous nous dire, de votre point de vue, quels ont été les principaux succès du dialogue interreligieux, ou les obstacles rencontrés ?

Outre le principal succès – aucun dérapage majeur de la crise sur le terrain religieux – je mentionnerai au titre des avancées notables, le fait que, désormais, les leaders religieux des différentes confessions se rencontrent régulièrement et se fréquentent. Les murs de méfiance, si tant est qu’ils aient existé, sont tombés. Le dialogue avec les prêtres catholiques a été possible partout dans le pays et a même débouché en plusieurs endroits sur des célébrations œcuméniques, à Korhogo par exemple (voir encadré ci-contre). Ce fut aussi le cas avec quelques Églises évangéliques, comme dans le quartier d’Abobo à Abidjan avec le pasteur Kaha. Bien sûr, ces avancées ont été surtout sensibles jusqu’au scrutin présidentiel de novembre 2010. Ensuite, entre décembre 2010 et avril 2011, l’insécurité était telle et les affrontements armés si violents – provoquant la mort d’au moins 3 000 personnes – que la plupart des Ivoiriens se sont repliés sur leur communauté. Que pouvaient-ils faire d’autre ?

De nouveaux affrontements interethniques se sont déroulés à Duékoué en juillet 2012, êtes-vous inquiet ? Oui, il est triste de constater que certaines personnes, très minoritaires, ne pensent qu’à ranimer la flamme de la haine entre ethnies.

Malgré tout, j’ai le sentiment que le vivre ensemble progresse. Espérons que ces quelques irréductibles comprendront un jour qu’il n’y a pas d’autre voie. Inch’Allah !

Le « vivre ensemble » progresse peut-être, mais la Commission dialogue vérité et réconciliation (CDVR) mise en place par le président Alassane Ouattara est critiquée pour son inaction...

Effectivement, la CDVR est l’objet de nombreuses critiques. Sa lenteur déconcerte de nombreux Ivoiriens. Est-elle pour autant totalement inefficace ? Laissons-lui encore le bénéfice du doute, chacun ayant sa manière de travailler. La CDVR a été mise en place fin juillet 2011 et dispose d’un mandat de deux ans.

Est-ce à dire que la réconciliation entre Ivoiriens – qu’ils soient Dioulas, Bétés ou Baoulés ; chrétiens ou musulmans – est en bonne voie ?

Je le crois. La société civile, qui a relevé la tête, est très active en ce sens. J’ai été, jusque début 2012, le président de la Commission culture et cohésion nationale de la convention de la société civile ivoirienne (CSCI) et je peux témoigner que toutes ses composantes se sont prononcées en faveur de l’apaisement des tensions ethniques et religieuses et ont agi en faveur du dialogue interreligieux, facteur de paix.

Je constate aussi, avec plaisir, que les leaders politiques reprennent parfois à leur compte cette volonté de dialogue. Ainsi, Guillaume Soro, après avoir été nommé une première fois Premier ministre en avril 2007, a-t-il mis en place un collectif des chefs religieux.

Des séances de prières ont alors été organisées avec la participation de toutes les confessions religieuses. Tout récemment, la nouvelle directrice des Cultes, Madame Diaby Aminata Dao, a pris une initiative comparable et mis en place un comité d’agrément des différents cultes. En pratique, les chefs religieux de toutes les confessions se rencontrent désormais tous les mercredis. Le dialogue se poursuit donc, il s’intensifie même. De quoi réjouir l’ambassadeur de paix que je suis.

À Korhogo, les contre-feux des religieux

Chancelier de l’archidiocèse de Korhogo auprès de Mgr Marie-Daniel Dadiet, le père Patrice Adjeran prend juste le temps de poser sa moto et d’épousseter sa chasuble blanche de l’ocre de la piste, avant de rendre hommage à « son » archevêque.

“Au plus fort du conflit, Mgr Dadiet n’a jamais abandonné ses ouailles, il a toujours tenu son poste. Ici, dans le Nord, les affrontements furent sévères, d’abord fin 2002 entre rebelles et forces loyalistes, puis en 2004 entre partisans de Guillaume Soro et rebelles dissidents proches d’Ibrahim Coulibaly. Mais la guerre n’a pas glissé sur le terrain religieux. Dès 2007, nous avons créé à Korhogo un Comité de dialogue interreligieux – toujours en fonctionnement – auquel participent pasteurs évangéliques et imams.

Ce fut une heureuse initiative, car lorsque quelques mois plus tard, des mosquées furent incendiées à Abidjan par des disciples de Laurent Gbagbo, on pouvait craindre des représailles dans le Nord. Il n’en a rien été. Bien au contraire, nous avons accentué les manifestations unitaires et même procédé à des célébrations œcuméniques. Il est certain que nous avons ainsi évité des dérapages, car les tensions étaient alors vives.

Toutes nos homélies sont autant de plaidoyers en faveur de la réconciliation, et des incitations à dépasser les clivages religieux ou ethniques. Je suis bien placé pour cela, étant moi-même d’origine béninoise. »

Propos recueillis par Yves Hardy

Article mis en ligne le 1er mars 2013

S’informer

17 octobre 2016

Edito : Le pouvoir des citoyens pour changer le monde

295- Septembre/Octobre 2016

Au moment où Guy Aurenche me transmet le service de la présidence du CCFD-Terre Solidaire, je tiens à lui dire notre gratitude et notre (...)

17 août 2016

Centrafrique : Les Peuhls, au défi de la réintégration

FDM n°293

Les éleveurs peuhls ont particulièrement souffert de la crise. Les transhumances avaient déjà créé une longue histoire de contentieux avec (...)

12 février 2015

Edito de Faim et Développement : Quelle société voulons-nous construire ?

FDM n°285

Il y a un peu plus d’un mois, la France était frappée par ces attentats barbares à Charlie Hebdo, puis au supermarché casher de la porte de (...)

Nos projets

28 avril 2016 PIJCA

Centrafrique, témoignages des jeunes combattants pour la paix

La Plateforme interconfessionnelle des jeunes centrafricains, la PIJCA, a réuni depuis le début de la crise des jeunes de toutes (...)

24 février 2016

Une caravane ouest-africaine pour le droit à la terre, à l’eau et aux semences

La Convergence ouest-africaine, qui rassemble notamment le CCFD-Terre Solidaire et plusieurs de ses partenaires, organise une caravane (...)

26 février 2015 CDES

Une bibliothèque pour vivre la relation entre chrétiens et musulmans

Depuis plus de 50 ans, le Centre de documentation économique et social (CDES) est au service du monde universitaire d’Oran et de sa (...)