Numéro 273- Avril 2013

 

Rédigé le 10 avril 2013

Ouvrier de paix

Né il y a quarante ans d’une mère musulmane et d’un père chrétien, Abderrahmane Ali Gossoumian porte dans son histoire personnelle la capacité de mettre les altérités en dialogue. Un atout précieux dans son pays, le Tchad, déchiré depuis les années 1960 par un conflit où se sont exacerbées les tensions confessionnelles, régionales et ethniques.

Auteur(s) : Thierry Brésillon
Mots-clés :

Adolescent, le jeune musulman, guidé spirituellement par un père jésuite avait contribué en 1988 à la création d’un cercle islamo-chrétien, pour aborder les questions de la vie courante, la scolarité, la vie du quartier... Une initiative apparemment anodine qui se heurtait déjà aux préjugés. « Quand nous voulions organiser des sorties ensemble dans des camps de jeunes, certaines familles refusaient de laisser partir leurs enfants, se souvient Abderrahmane. Les musulmans avaient peur que ce soit des tentatives d’évangélisation. Les chrétiens craignaient que les musulmans soient violents. Il fallait se rendre dans les familles pour les rassurer. Amener les jeunes chrétiens dans les quartiers à majorité musulmane pour qu’ils se rendent compte que ce n’était pas dangereux.  »

Cet enjeu, Abderrahmane Ali Gossoumian va le retrouver à la fin des années 1990, à son retour de France où il a étudié l’économie du développement (entre 1996 et 1998). Il crée alors l’Association des partenaires pour l’appui au développement (Apad) dont le but est de renforcer les associations de jeunes dans un contexte de démocratisation depuis 1990. Mais en 2005, Idriss Déby, au pouvoir depuis quinze ans, fait adopter par référendum une révision de la Constitution qui lui permet de se représenter au-delà de deux mandats. À la désillusion et au sentiment d’avoir été fl oués s’ajoute une reprise des rébellions armées. L’Apad, association partenaire du CCFD-Terre Solidaire depuis 2005, s’engage alors dans l’éducation à la citoyenneté et rejoint un réseau d’une quinzaine d’associations pour la promotion de la paix et de la citoyenneté au Tchad. «  La question de la citoyenneté se pose parce que les jeunes sont assignés à leur appartenance confessionnelle et ethnique, par le discours familial et leur environnement social. Les enfants sont élevés dans l’idée qu’à la violence, ils doivent répliquer par la violence. Rien dans l’éducation n’est fait pour créer les conditions du vivre ensemble  », déplore Abderrahmane.

Travailler à la réconciliation

En 2006, il intègre le Comité de suivi de l’appel à la paix et à la réconciliation (CSAPR, partenaire du CCFD-Terre Solidaire). Une initiative de la société civile pour amener les acteurs politiques tchadiens et internationaux à s’attaquer aux raisons fondamentales du conflit qui fait à nouveau rage (entre 2005 et 2008). « Nous insistions alors sur trois points fondamentaux pour établir une paix durable, détaille-t-il. Une loi électorale et une charte pour défi - nir les règles du jeu politique ; la création d’une véritable armée républicaine au lieu d’une armée liée au clan présidentiel ; un travail de réconciliation des Tchadiens qui aille au-delà de la signature d’accords entre acteurs politiques. Malheureusement, cette démarche n’a pas été comprise et les politiciens n’ont retenu que ce qui les intéressait : une loi électorale leur permettant de se partager le pouvoir.  »

Officiellement, la paix est revenue au Tchad alors que le Comité de suivi a adopté une double démarche : « Nous accompagnons le discours officiel sur la réconciliation pour montrer au pouvoir que la société civile n’est pas une opposition déguisée mais une force de proposition. Mais nous avons conscience que ce discours est superfi ciel et qu’il faut travailler, en profondeur, sur la manière dont le pays est gouverné. En particulier, il faut mettre les questions de redistribution des richesses et des droits de l’homme dans le débat public. Et il reste toujours à travailler sur une véritable réconciliation entre citoyens alors que le moindre incident peut dégénérer en violences communautaires.  »

Une situation fragile que risque de dégrader l’envoi d’un contingent tchadien de 2 000 hommes au Mali pour prendre part à la lutte contre les mouvements jihadistes. « Une décision précipitée d’Idriss Déby, estime Abderrahmane, dans l’espoir de bénéfices politiques à court terme. Mais passée l’euphorie, l’opinion commence à avoir peur des répercussions. Le Conseil supérieur islamique tient un langage très responsable, mais un attentat au Tchad ferait exploser les tensions entre chrétiens et musulmans.  »

Article mis en ligne le 10 octobre 2013

S’informer

28 septembre 2016

La Colombie vers une paix durable

C’est avec une grande joie que le Groupe de Travail de Caritas Internationalis sur la Colombie (GTC) et l’alliance internationale (...)

22 septembre 2016

La responsabilité des chefs d’Etat engagée après l’attaque du convoi humanitaire près d’Alep

L’attaque délibérée de lundi 19 septembre 2016 sur un convoi humanitaire apportant de l’aide essentielle pour venir en aide aux habitants (...)

6 septembre 2016

Brésil : en pleine crise politique, les partenaires du CCFD-Terre Solidaire s’expriment

Les acteurs sociaux brésiliens – dont les partenaires du CCFD-Terre Solidaire – sont très alarmés par la régression radicale des politiques (...)

Nos projets

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

30 mai 2016

Centrafrique : le CCFD-Terre Solidaire consolide son soutien à la société civile

Au début de la crise politique en 2012, le CCFD-Terre Solidaire n’a pratiquement plus de partenaires dans ce pays, malgré quelques (...)