Noël contre la faim

Numéro 276 Septembre-Octobre 2013

 

Un peu d’éthique, ce n’est pas du luxe !

"Art de diriger la conduite" (Petit Robert), l’éthique est à la mode. Le monde tâtonne et en même temps, il invente de nouveaux modes de Vivre ensemble. Il multiplie les débats prospectifs, mais il ringardise toute personne qui ose parler de valeurs. Il faut aller de l’avant, mais sans s’imposer de directions communes.

Auteur(s) : Guy Aurenche

Le CCFD-Terre Solidaire invite les décideurs politiques à « mettre un peu d’éthique dans le moteur ».
Certes, les récents événements de Syrie montrent que les rappels éthiques n’empêchent pas 110 000 morts, ni l’utilisation de gaz sarin contre les populations civiles. Pourtant, le problème soulevé par le choix des « modes » d’intervention prouve que l’on ne peut s’abstenir d’interroger les repères essentiels qui doivent guider la construction d’un monde de paix.

Dans le cadre de sa campagne « Investissements Hors-jeu » qu’il lance à la mi-octobre, le CCFD-Terre Solidaire rappelle aux investisseurs et tout spécialement aux instances politiques, qu’investir dans un pays exige de répondre à ces questions : à côté du rendement pour l’entreprise, quels « bénéfices » les populations locales en tireront-elles ? « On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs », mais quels dégâts, économiques, socioculturels et écologiques définitifs les infrastructures envisagées vont-elles entraîner ? Quelle consultation a été menée en amont auprès des populations concernées et quelle place sera faite à leur participation ? Quelle contribution fiscale de ces investissements dans le pays ?
Dans le bras de fer, qui l’emportera du pouvoir politique ou des multinationales ?

Non, le CCFD-Terre Solidaire n’est pas hostile aux entreprises, ni à leurs investissements.
Non, le CCFD-Terre Solidaire ne s’oppose pas systématiquement aux autorités en place.

Oui, nous contestons les objectifs du Tout super-profit ou du Tout spéculatif. Ce système démontre chaque jour sa nocivité.
Oui, nous désirons que les pouvoirs publics édictent des règles contraignantes (françaises et européennes) relatives aux conditions des investissements dans les pays du Sud. Cela est également valable pour ceux du Nord.
Ce combat éthique urgent et déterminant pour l’avenir, nous le menons avec tous : individus, associations, entreprises, Églises, États. Sommes-nous d’accord pour que la quête du Bien commun et le respect de la dignité de chaque personne soient premiers dans les décisions à prendre ?
Nous n’acceptons pas les jugements Tout blanc ou Tout noir et nous avons d’autant plus besoin d’affirmer des points de repère fondamentaux.
Toutes les bonnes volontés sont convoquées à ce rendez-vous qu’il convient de ne pas manquer.

Article mis en ligne le 9 octobre 2013

S’informer

21 février 2017

Devoir de vigilance : adoption d’une loi historique

Les député-e-s français-e-s ont adopté définitivement mardi 21 février 2017, la loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et (...)

21 février 2017

Présidentielle 2017 : L’aide publique au développement en 3 questions

La France doit augmenter le financement de son aide publique au développement (APD). C’est le constat de Coordination Sud, la plateforme (...)

20 février 2017

Devoir de vigilance : verdict le 21 février

Le devoir de vigilance des entreprises sera-t-il définitivement adopté à l’Assemblée nationale le 21 février 2017, malgré les blocages du (...)

Nos projets

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

10 janvier 2017 ITECA , Concert’Action

Trois mois après l’ouragan, des nouvelles d’Haïti

Les 3 et 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew a dévasté Haïti. Vous avez été nombreux à manifester votre solidarité avec les Haïtiens en (...)