Numéro 277 Novembre 2013

 

Rédigé le 12 novembre 2013

Les Français plébiscitent l’agriculture familiale

Auteur(s) : Bernard Pinaud
Mots-clés :

La faim dans le monde a diminué, en particulier en Amérique latine [1]. C’est la bonne nouvelle annoncée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Pourtant, 842 millions d’êtres humains (1 sur 8) sont toujours victimes de faim chronique, alors que la richesse monétaire des individus à l’échelle mondiale a doublé en une décennie.

Le pape François a dénoncé ce scandale à l’occasion de la 38e conférence de la FAO [2]. « Chacun sait que la production actuelle (agricole) est suffisante (...). Il est nécessaire de trouver les moyens pour que tous puissent bénéficier des fruits de la terre (...) pour une exigence de justice (...) envers chaque être humain. » Pour la Journée mondiale de l’alimentation, le 16 octobre, le CCFD-Terre Solidaire a publié – en partenariat avec le quotidien La Croix –, son 13e sondage : « Les Français et la lutte contre la faim dans le monde » [3].

Sur les causes de la faim, les Français mettent en avant les activités humaines avant les conditions naturelles défavorables ou le changement climatique. Ils pointent la corruption des gouvernements et des décideurs économiques (46 %), les subventions des pays riches à des agricultures destinées à l’exportation qui concurrencent celles des pays pauvres (33 %), la spéculation des marchés financiers sur les produits agricoles (32 %).

Pour nourrir les plus pauvres, ils prônent très majoritairement (81 %) le développement d’une agriculture familiale plutôt qu’industrielle (16 %).

Ces analyses rejoignent celles du CCFD-Terre Solidaire. C’est pour cela que nous soutenons majoritairement des projets d’appui aux petits producteurs dans les pays du Sud : renforcement des mouvements paysans et coopératives, de la production et de la commercialisation, formation de cadres...

C’est aussi pour cela que notre filiale, la Sidi (Solidarité internationale pour le développement et l’investissement), a permis à près de 1,5 million de personnes d’accéder au microcrédit afin de développer leurs activités dans un milieu rural qui en a tant besoin, en Ouganda, au Liban et dans 30 autres pays.

Cette « chaîne de la solidarité » lie les centaines de milliers d’épargnants, en France, qui acceptent de partager tout ou partie des rendements de leurs placements solidaires, à ceux qui, là-bas, étaient exclus des systèmes bancaires. Mais 80 % de nos sondés nous disent aussi qu’ils pensent que les activités des multinationales de l’agroalimentaire dans les pays du Sud ne bénéficient pas aux populations locales. Ils sont 65 % à souhaiter que l’État français règlemente et contrôle l’accès des multinationales aux ressources des pays du Sud.

C’est justement l’objectif de notre campagne de plaidoyer « Investissements Hors-jeu ». Nous demandons au gouvernement d’encadrer les investissements des multinationales afin qu’ils respectent le droit des populations et ne nuisent pas à l’environnement. Un encadrement qui se doit d’être encore plus strict si ces entreprises reçoivent de l’argent public au nom du développement. Le point de vue pertinent des Français sur ces enjeux est un encouragement pour tous les militants et les salariés du CCFD-Terre Solidaire et de la Sidi, à continuer inlassablement à soutenir nos partenaires dans les pays du Sud.

[1Selon la FAO, cette région sera la première à remplir les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), sur l’éradication de la pauvreté et de la faim.

[2Recevant au Vatican des délégués de la Conférence, le 20 juin 2013.

[3Sondage réalisé, début octobre, par l’institut CSA, sur un échantillon représentatif de 1 008 personnes.

Article mis en ligne le 12 novembre 2013

S’informer

7 juin 2016

NASAN et nutrition en Afrique : signal d’alarme des parlementaires européens

Aujourd’hui à Strasbourg, le Parlement européen a voté une résolution sur la Nouvelle Alliance du G8 pour la Sécurité Alimentaire et la (...)

14 mars 2016

NASAN : Une initiative controversée en discussion au Parlement européen

Aujourd’hui, alors qu’un comité parlementaire européen révise le programme de développement appelé Nouvelle Alliance pour la sécurité (...)

21 janvier 2016

En Syrie, la faim comme arme de guerre

En ce début d’année 2016, Madaya, bourgade syrienne de 42 000 habitants à la frontière du Liban, est devenue une ville martyre, affamée par (...)

Nos projets

5 mars 2015 SIF

Madagascar, une plateforme associative se mobilise autour de la réforme foncière

A Madagascar, la Solidarité des intervenants sur le foncier (SIF), plateforme nationale de 27 ONG, associations et organisations (...)