Noël contre la faim

Publié le 13.03.2008 • Mis à jour le 15.03.2013

Politique en Afrique, que la France passe aux actes

Dans un discours prononcé depuis le Cap, en Afrique du Sud, Nicolas Sarkozy a semble-t-il engagé la rupture avec la Françafrique.

Du moins dans la forme. Philippe Mayol, responsable du département Afrique au sein du CCFD et co-auteur du Livre Blanc pour une politique de la France en Afrique responsable et transparente, réagit aux propos du chef de l’Etat français pour LeJDD.fr

Qu’avez-vous pensé du discours du Cap de Nicolas Sarkozy ?
> Les mesures annoncées, telles que la renégociation de tous les accords militaires de la France en Afrique ou la publication du contenu de ces textes, sont assez encourageantes. Ça va dans le bon sens. Il faut tout remettre à plat. Le Parlement français sera désormais associé à la redéfinition de la politique de la France en Afrique. Cela fait plusieurs années qu’on se bat pour obtenir que le Parlement soit au cœur de la politique étrangère française. Nicolas Sarkozy a également évoqué le rôle de l’Europe en Afrique. Il est nécessaire d’avoir une vraie politique de l’Europe en Afrique. Mais attention, s’il s’agit d’une énième réforme de la politique de la France en Afrique, ça n’a pas de sens. La stratégie doit désormais être définie au sein de l’Union européenne.

Constatez-vous une évolution entre le discours de Dakar, qui avait vu notamment Nicolas Sarkozy évoquer un homme africain "pas assez entré dans l’histoire", et le discours du Cap ?
> C’est en tout cas un vrai changement dans la forme. Le ton a changé. C’est une manière de se rattraper, non pas par rapport au discours de Dakar, mais par rapport aux critiques émises sur la politique menée par la France en Afrique durant les premiers mois de la présidence Sarkozy. Je pense notamment aux premiers chefs d’Etats reçus par le président français [le Gabonais Omar Bongo et le Tchadien Idriss Déby, ndlr]. La rupture annoncée pendant la campagne électorale tardait à venir.

Selon vous, que doit-il se passer désormais ?
> On attend avec impatience les prochaines étapes. C’est un discours assez fort. Nous attendons maintenant que le président français passe aux actes. Il faut qu’un calendrier précis soit mis en place. Il faut répondre aux questions du qui, du quand et du comment. Il s’agit tout d’abord de gérer le dossier tchadien. Il faut que toute la lumière soit faite sur le rôle exact des forces françaises pendant le conflit au Tchad [Paris a répété à plusieurs reprises que l’armée française n’était pas intervenue directement sur le terrain, ce que plusieurs sources démentent, ndlr]. Le Parlement doit se saisir de cette question. Il faut mettre en place une mission d’information parlementaire.

"Il faut maintenant des actes"

Le discours de Nicolas Sarkozy n’est-il pas en contradiction justement avec l’attitude de la France pendant le conflit au Tchad ?
> Oui, c’est pourquoi il faut faire toute la lumière sur cet épisode. La confusion règne dans ce dossier. Or, c’est justement ce que Sarkozy dénonce dans ce discours. Il parle de "transparence". On l’attend. Il ne suffit pas de dire que la France ne va plus être le gendarme de l’Afrique. Ce n’est pas une nouveauté, cela a déjà été annoncé dans le discours de la Baule [prononcé par François Mitterrand le 20 juin 1990, ndlr]. Idem pour le redéploiement des forces françaises en Afrique. Il faut maintenant des actes. Il faut que la volonté affichée par Nicolas Sarkozy se traduise dans les faits.

Lors d’une conférence au Centre d’accueil de la presse étrangère, le 14 février dernier, votre Plateforme citoyenne semblait attendre beaucoup de cette nouvelle visite en Afrique. Etes-vous satisfait ?
> Notre grand regret concerne le Tchad. Nicolas Sarkozy ne dit pas ce que la France veut faire au Tchad. Nous sommes très inquiets quant au sort réservé aux deux opposants [qui ont disparu après l’assaut rebelle, ndlr]. Avant l’Afrique du Sud, Sarkozy était au Tchad. On attendait des déclarations. Mais sa communication sur le sujet n’a pas été aussi forte que ce que l’on espérait. Il a évoqué une enquête internationale. Mais il y a un décalage par rapport à l’urgence de la situation actuelle. Nous devons savoir ce qu’ils sont devenus. Après la disparition de ces deux opposants, on ne peut pas repartir comme avant avec le Tchad. Il faut revoir la politique de la France dans ce pays. Sarkozy doit désormais être en cohérence avec son discours.

Dans son discours, le président évoque peu les questions de bonne gouvernance, de lutte contre la corruption, etc. Est-ce un recul ?
> Il y a une absence de volonté sur ces sujets. Il n’y a pas de demande de plus forte démocratisation des Etats africains. La question est rapidement évoquée en fin de discours. Cela manque un peu de force. Le président a par ailleurs peu évoqué la question de l’aide au développement. Il n’a pas précisé l’engagement de la France à consacrer 0,7% de son PIB à cette question. Il n’a pas expliqué comment la France comptait désormais gérer ses relations avec les Etats non-démocratiques. Il n’a pas évoqué la question des biens mal acquis, de la dette odieuse. Sur ces sujets, il n’y a pas de réponse.


Propos recueillis par Marianne ENAULT

S’informer

10 novembre 2016

Ouverture d’un centre d’accueil pour migrants à Paris, un début de réponse ?

Un centre d’accueil pour migrants, demandeurs d’asile et réfugiés s’ouvre ce jeudi 10 novembre 2016 à Paris, à l’initiative de la ville. Ce (...)

13 octobre 2016

Les Français plébiscitent l’agriculture de petits exploitants et l’agro-écologie

A l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation du 16 octobre 2016, le CCFD-Terre Solidaire publie les résultats d’un sondage « Les (...)

8 octobre 2016

"Extrême-droite : quelles réponses ?", à lire dans la revue Projet

La revue jésuite Projet publie un numéro dédié à la montée des idées d’extrême-droite en France, qui a été diffusé le 6 octobre 2016 à tous les (...)

Nos projets

27 septembre 2016

En France, les jeunes habitants des bidonvilles privés d’école

Le Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation a réalisé une étude, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire, permettant de mieux (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

22 décembre 2015 GRDR

La parité, un défi pour la démocratie locale au Mali

Dans la région de Kayes au Mali, les femmes sont peu représentées dans les instances politiques locales, que ce soit au niveau régional, (...)