Noël contre la faim

Publié le 1er mai 2006

Promouvoir le tourisme solidaire...

"Un comité d’entreprise permet de toucher un public très varié"
Emmanuel Monnier, membre bénévole du CCFD-Terre Solidaire et du groupe de travail « Tourisme Solidaire », fait la promotion d’un tourisme différent au sein de son comité d’entreprise .

D’où vous vient cet intérêt pour le tourisme solidaire ?

Le déclic, c’est un voyage d’immersion en Palestine organisé par le CCFD-Terre Solidaire en 1998. Sur place nous avons été accueillis par ATG une association partenaire spécialisée dans le tourisme militant, qui nous a fait rencontrer de nombreux acteurs de la société civile : défenseurs des droits de l’homme, responsable d’une association de femmes, professionnels de la santé, représentant d’un groupe de jeunes etc. L’objectif d’ATG est d’offrir aux touristes un éclairage politique sur la situation palestinienne, de manière à sensibiliser l’opinion internationale, et de faire profiter la population locale des retombées économiques de ce tourisme.

A l’issu de ce voyage, quelques uns d’entre nous ont décidé de créer un groupe de travail CCFD-Terre Solidaire, de manière à promouvoir « un autre tourisme » au sein du réseau et à réfléchir sur la façon d’appuyer les partenaires engagés dans cette voie.

Vous défendez également les principes du tourisme solidaire au sein de votre comité d’entreprise.

Enseignant dans un lycée agricole, je dépends d’un ministère, le ministère de l’agriculture qui regroupe 40 000 agents. Je suis engagé au niveau syndical et de ce fait je participe à l’animation nationale de l’ASMA (Association d’action sociale, sportive, culturelle et de loisirs du ministère de l’agriculture), Cette association faisant office de comité d’entreprise. En 2002, nous (la CFDT du ministère de l’agriculture) avons impulsé la création d’un secteur « Solidarités Internationales » au sein du comité d’entreprise (CE). L’une de ses vocations est d’y expérimenter des produits de tourisme solidaire qui puissent, à terme, être vulgarisés par le secteur voyage, le secteur culture ou le secteur jeunesse. L’atout d’un CE est de pouvoir toucher un public d’une grande mixité sociale, la participation aux frais d’un voyage étant calculée en fonction des revenus de chacun. Le secteur voyage distribue déjà systématiquement le guide de RITIMO « Vacances j’oublie tout ? » aux personnes qu’il fait partir. Nous avons créé par ailleurs une rubrique Tourisme Solidaire dans la revue du CE, ainsi qu’une rubrique dans le site internet (www.asma.educagri.fr).

Quels produits touristiques avez-vous déjà expérimentés ?

En décembre dernier, nous avons fait partir un groupe de sept pour une quinzaine de jours au Cambodge. Le voyage a été conçu avec le CEMPAMA (un établissement national d’enseignement agricole chargé des questions de la mer) basé à Fouesnant qui travaille avec des ONG cambodgiennes depuis 25 ans, une agence de tourisme qui développe des offres solidaires en collaborant elle aussi avec des ONG locales et enfin les candidats au voyage. Le circuit combinait étapes culturelles et rencontres avec les acteurs associatifs.
Par ailleurs onze personnes sont parties à Noël au Sénégal, dans la région du Sine Saloum, en se répartissant par groupe de deux ou trois dans différents villages. Hébergées à temps complet chez l’habitant de manière à ce que la population locale profite directement des retombées économiques de leur séjour, elles ont participé à la vie du village.
Le voyage au Cambodge est revenu à chacun de 460 € à 1710 € selon son quotient familial, pour un prix de 1900 € et celui au Sénégal de 349 € à 785 € pour un prix de 872 €, les groupes mêlant retraités, enseignants et agents administratifs.

Quel bilan en avez-vous tiré ?

Le bilan du voyage au Cambodge est vraiment encourageant. Les participants sont revenus très enthousiastes, la moitié s’est engagée depuis dans des ONG en lien avec le pays ou a gardé contact avec des associations locales. L’un d’entre eux a mobilisé son conseil municipal pour que sa ville finance le maintien d’un poste de documentaliste dans la bibliothèque de Sihanouk Ville. Le séjour au Sénégal s’est également bien passé, mais nous avions organisé moins de séances préparant au départ et cela s’est fait ressentir. Deux personnes, notamment, ont mis quelques temps pour s’adapter et se satisfaire de ce qui leur était proposé. Cela confirme la nécessité d’une bonne préparation. Par ailleurs nous sommes en train de dépouiller les questionnaires que nous avons remis aux voyageurs à leur retour. L’un deux soulignait un point intéressant. Leur guide cambodgien avait choisi de les emmener faire une promenade sur un fleuve dans un bateau surdimensionné, et ce par égard pour leur confort. Or les remous occasionnés par le bateau menaçaient l’équilibre des frêles embarcations des pécheurs. Voilà le type de remarques qui permettent d’ajuster une offre touristique de manière à ce qu’elle soit la plus respectueuse possible.

Avez-vous d’autres projets ?

Nous planchons sur une offre de chantiers internationaux à proposer au secteur jeune du CE. Nous travaillons également à la création d’un centre international de vacances et de loisir pour enfants basé dans le Morvan. Notre ambition est de réunir, autour d’un projet d’éducation au développement, à la paix et à la non violence, des enfants étrangers confrontés à des situations de conflits et les enfants du ministère. Les enfants étrangers seraient reçus une semaine dans des familles d’accueil et deux semaines dans le centre en question. Nos principaux partenaires sont « La Brassée », une association du Morvan, porteuse de la philosophie du projet et « Culture et Pensée libre », une association de la bande de Gaza.

Comment le secteur « Solidarités Internationales » est-il perçu dans votre comité d’entreprise ?

Très bien. La plupart des animateurs du CE (tous appartenant à une organisation syndicale) se reconnaissent dans la démarche altermondialiste et s’efforcent de trouver une application concrète aux discours, en s’engageant notamment dans diverses associations.

Nos projets

12 mai 2015 Banco Palmas

Une banque communautaire brésilienne lutte contre la pauvreté

Initiée en 1998 à Palmeiras, une banlieue pauvre de Fortaleza, dans l’État du Ceará, au Brésil, la Banco Palmas est, depuis, devenue une (...)

16 juin 2014 Laurence Estival

Maroc/Économie sociale et solidaire, un pas vers l’autonomie

FDM n°281

Appuyés par l’association Femme Action, créée en 1989, un nombre croissant de groupes de femmes combattent la pauvreté par la création (...)

9 décembre 2013 Fair Trade Lebanon

Liban « Permettre aux femmes de s’affirmer dans la société »

Véritable ambassadeur des saveurs des terroirs libanais, Fair Trade Lebanon se consacre depuis ses débuts, en 2006, à promouvoir les (...)

S’informer

16 août 2016

L’éditorial de départ de Guy Aurenche "En chemin"

294- juillet/août 2016

Alors que Guy Aurenche transmet le flambeau de la présidence du CCFD-Terre Solidaire à Sylvie Bukhari de Pontual, il nous livre ici son (...)

13 juin 2016

"Pour une gouvernance alternative des migrations"

Les 22 et 23 mai 2015, l’Organisation pour une Citoyenneté Universelle (O.C.U.) et le CCFD-Terre Solidaire, en partenariat avec Espacio (...)

11 septembre 2015

Edito de notre magasine : Laudato Si, un texte fondateur

FDM n°288

Comme le souligne Edgar Morin . : « Cette encyclique est peut-être l’acte I d’un appel pour une nouvelle civilisation. » Explorons ensemble (...)