Un avenir sans faim

Publié le 1er mai 2006

Un label pour le tourisme équitable ?

Jean Luc Gantheil est président de l’association Croqu’nature, une des quatre associations de tourisme membre de la Plateforme du commerce équitable.

En dépit des nombreuses chartes apparues ces dernières années pour promouvoir un autre tourisme, les acteurs du tourisme équitable sont nombreux à souhaiter la création d’un label. Pourquoi ?

Un label permettrait de définir très précisément ce qu’est le tourisme équitable (ou solidaire ou responsable, selon le terme choisi) car les labels sont attribués sur la base du respect d’un cahier des charges sans équivoque. Exemple : à la place d’une condition floue du type " le tourisme équitable doit bénéficier au développement des populations locales " que l’on retrouve dans un certain nombre de chartes, on fera figurer le pourcentage des bénéfices qui devra être versé aux projets de développement. Attribué et contrôlé par un organisme habilité par l’état, un label est donc un indicateur fiable. En cas de litige, le touriste peut en référer à la justice. Ce n’est pas le cas avec une charte, lorsque celle ci en reste au stade des intentions, sans s’engager sur des points vérifiables. Un label éviterait que le terme touriste équitable soit galvaudé, récupéré dans une démarche purement marketing. L’éthique étant devenue un argument commercial comme un autre, il est urgent de clarifier le marché.

Qui devrait participer à la conception du cahier des charges ?

Là encore, on ne pourra se satisfaire d’un cahier des charges uniquement conçu par les voyagistes qu’il s’agisse des Tours Opérateurs ou des petites structures associatives. Un label ne saurait être le fruit d’une équipe de travail à la fois juge et partie. Au côté des voyagistes du Nord et du Sud, il faut donc inviter les ministères concernés, des associations de consommateurs, et bien sûr, des représentants des populations du Sud via des délégations nationales et régionales élues. Les populations du Sud sont de plus en plus actives dans leur demande de participation à la conception des offres touristiques.

Sur quel point le consensus devrait être le plus difficile à trouver ?

Sur tout ce qui touche la transparence financière à toutes les étapes du processus.
Or c’est un enjeu considérable pour améliorer les conditions de vie des personnes employées localement.

Les législations nationales ne font-elles pas également obstacle aux exigences d’un mieux être social ?

Non, même s’il n’y a pas toujours de salaire minimum fixé, il existe, dans tous les pays, des systèmes de sécurité sociale et des caisses de retraite auxquels l’employeur devrait cotiser. Mais la multiplication des intermédiaires dans les filières touristiques nuit beaucoup à la transparence financière.

Dans quel domaine, il sera aisé selon vous de trouver un terrain d’entente ?

Dans le domaine environnemental. Celui de l’utilisation des énergies renouvelables, du recyclage des déchets etc. Certes le tourisme de masse reste incompatible avec la fragilité de certains écosystèmes, mais les TO qui se dédient à la randonnée en petits groupes ont déjà bien avancé sur ce volet.

Comme le souligne Françoise El Alaoui dans son mémoire, le tourisme équitable n’est pas un produit comme un autre. Car "ce qu’il faudrait labelliser, c’est non seulement le produit touristique - défi déjà difficile à relever - mais aussi le touriste, pour son comportement vis à vis du produit (patrimoine, environnement, populations) ".

Il faudrait sans doute inclure une charte du voyageur. Mais que faire si un touriste se dédie ? S’il prend quelqu’un en photo sans lui en demander l’autorisation ? On ne peut l’exclure du groupe. Le problème est difficilement soluble. On ne peut que le prévenir

Avez-vous bon espoir que ce label voit prochainement le jour ?

Oui, parce que bon nombre des acteurs du tourisme équitable sont déterminés à ce que les choses avancent et parce les consommateurs sont de plus en plus nombreux à exiger la transparence.

En l’absence d’un label, quelles sont les précautions à prendre pour se garantir, avant de partir, d’une désillusion sur place ?

Vérifier que le voyagiste fait état d’engagement précis, aisément vérifiables. Généralement, c’est plus facile avec les structures associatives parce qu’elles ont un devoir de transparence vis-à-vis de leurs adhérents.

Nos projets

21 août 2017 Kuchub’al

Au Guatemala, les petits producteurs s’émancipent (témoignage)

La communauté La Florida au Guatemala produit du chocolat, du café et de nombreux produits agricoles. Après avoir conquis leurs terres, (...)

12 mai 2015 Banco Palmas

Une banque communautaire brésilienne lutte contre la pauvreté

Initiée en 1998 à Palmeiras, une banlieue pauvre de Fortaleza, dans l’État du Ceará, au Brésil, la Banco Palmas est, depuis, devenue une (...)

16 juin 2014 Laurence Estival

Maroc/Économie sociale et solidaire, un pas vers l’autonomie

FDM n°281

Appuyés par l’association Femme Action, créée en 1989, un nombre croissant de groupes de femmes combattent la pauvreté par la création (...)

S’informer

12 juillet 2017

Tourisme au Sri Lanka : Six conseils pour voyageurs responsables

Derrière les promesses d’une île paradisiaque, la vie n’est pas toujours rose pour ceux qui vivent sur place. Francis Priyankara Costa (...)

12 juillet 2017

Coupe budgétaire sur l’aide publique au développement

Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé le 11 juillet, dans le cadre d’un plan destiné à dégager 4,5 (...)

22 juin 2017

Remaniement ministériel : la confusion persiste sur la place accordée à la solidarité internationale

Après l’annonce de la composition du nouveau gouvernement français, mercredi 21 juin, le CCFD-Terre Solidaire, première ONG française de (...)