Noël contre la faim

Publié le 24 janvier 2011

Le CCFD-Terre Solidaire au Sénégal

Le partenariat du CCFD-Terre Solidaire avec des organisations sénégalaises a démarré dans les années 70 en réponse à deux problèmes majeurs : la famine au Nord suite aux sécheresses de 1973 et 1985, et la crise casamançaise au Sud qui menaçait les communautés en majorité chrétiennes.

Mots-clés :

L’ONG sénégalaise USE, partenaire historique du CCFD-Terre Solidaire

L’USE, crée par la CIMADE dans les années 60, a été la première organisation à nouer une relation avec le CCFD-Terre Solidaire en 1975. A ce jour l’USE rassemble plus de 20 000 membres, en majorité des paysans du Fleuve Sénégal. Elle intervient aujourd’hui sur deux fronts. En milieu urbain, l’organisation répond aux besoins de formation professionnelle des jeunes issus des quartiers pauvres de Dakar grâce à son Centre de Formation Lamine Guye, et aux besoins en santé ophtalmologiques de ces mêmes quartiers avec ses deux dispensaires. En milieu rural, dans la région Matam-Podor-Saint Louis-Bake, plusieurs programmes hydrauliques et agricoles environnementaux ont contribué à lutter contre la famine et diminuer l’insécurité alimentaire dans cette zone dès les années 80.

Bien qu’aujourd’hui indépendante financièrement du CCFD-Terre Solidaire, USE qui compte parmi les ONGs sénégalaises les plus importantes reste pour le CCFD-Terre Solidaire une tête de pont pour répondre aux défis migratoire et de la souveraineté alimentaire dans la Région Sahélienne.

Plusieurs partenariats dans la région Casamance.

La Fédération des femmes de Santa Yalla a bénéficié pendant dix ans des appuis du CCFD-Terre Solidaire pour ses activités de transformation des produits de la pêche. Elle est aujourd’hui membre de l’ADEPA, réseau sur la pêche en Afrique de l’Ouest qui est également partenaire du CCFD-Terre Solidaire.

L’ASACASE a bénéficié de l’appui du CCFD-Terre Solidaire de 2000 à 2008 pour ses activités de micro crédit pour les jeunes, les handicapés, les ex combattants et les femmes entrepreneurs en Casamance. Un millier de familles par an ont eu accès aux crédits pendant dix ans.

L’activité crédit est à présent réalisée au sein d’une structure indépendante de l’association avec l’appui de l’Etat sénégalais. L’association a été la première à organiser durant trois ans au Sénégal une opération nationale de solidarité 6-12-6 pour mobiliser des dons sénégalais dans la lutte contre la pauvreté. L’ASACASE continue à se mobiliser pour l’emploi des jeunes de Casamance avec l’appui du CCFD-Terre Solidaire et leur propose à ce jour une formation professionnelle en alternance pour s’investir dans une agriculture durable et performante. Elle participe avec d’autres partenaires à la réalisation d’un programme d’urgence contre l’insécurité alimentaire.

Un important travail pour la gestion des conflits et d’éducation à la paix a été mené depuis 2005 avec le collectif des ONG de Casamance et l’organisation Pacte pour consolider le processus de réconciliation devant aboutir à des accords de paix définitifs entre la rébellion casamançaise et le gouvernement du Sénégal. Le CCFD-Terre Solidaire a aussi soutenu les activités de JCTLIS, un organisme de formation professionnelle et de réinsertion des prédélinquants et de CIBITTI, une association qui a pour but d’améliorer les conditions de détention et préparer la réinsertion des prisonniers. Enfin dans cette région, le CCFD-Terre Solidaire s’implique dans des actions de prévention des conflits à travers le soutien du réseau Congad qui met en place des projets de développement communaux participatifs à Ziguinchor et Bignona.

Dans la région de M’Bour

Dans la région de M’Bour, en partenariat avec la SIDI (filiale du CCFD-Terre Solidaire créée pour prolonger ses activités dans le domaine de la micro-finance), le CCFD-Terre Solidaire soutient l’association JAPPO. Cette structure a été créé pour développer l’emploi des jeunes et faciliter l’écoulement des produits des paysans dans la région de M’Bour. Deux escales restaurants ont été créées. Une dynamique de développement socio économique dans cette région a été envisagée avec la mobilisation de plusieurs associations travaillant sur la pêche, le maraîchage, le solaire, le tourisme et le commerce équitable. Le CCFD-Terre Solidaire a également initié un partenariat avec Enda Made Sahel à M’Bour pour faire participer les femmes à la production de plantes médicinales.

Au niveau régional le partenariat avec l’ADEPA s’est intensifié avec la mise en oeuvre d’un nouveau plan d’action pour la période 2010-2012 qui vise le renforcement des capacités des organisations professionnelles de la pêche artisanale pour en assurer la promotion, la lutte pour la reconnaissance et la valorisation des acteurs, la communication, les études et la recherche.

Depuis 2006, le CCFD-Terre Solidaire impliqué dans des projets de soutien aux migrants.

Le CCFD-Terre Solidaire a commencé à travailler sur les questions de migrations à partir de 2006 lorsque les jeunes candidats au départ ont pris les pirogues pour tenter de rejoindre les îles Canaries, première porte d’entrée de l’Europe. Suite à ces départs massifs, plus de 5000 jeunes ont été rapatriés au Sénégal sans aucune aide, après avoir tout perdu. Le CCFD-Terre Solidaire s’est alors fortement impliqué pour aider ces jeunes à s’organiser collectivement, afin qu’ils se remettent debout, qu’ils se réinsèrent et retrouvent leur place dans le village, et la société.

Le Programme migrants du CCFD-Terre Solidaire développe depuis trois ans avec divers partenaires sénégalais, des actions variées portant aussi bien sur la création d’alternatives économiques et d’outils de réinsertion des rapatriés, la sécurisation des routes du retour que la constitution de capacités collectives d’interpellation des pouvoirs publics sur les enjeux sociaux et politiques de ce nouveau phénomène migratoire. La diversité des actions mises en route et le besoin de mise en réseau vers plus d’efficience et de visibilité, rend aujourd’hui indispensable le renforcement dans chaque territoire, d’une tête de réseau dotée d’un ancrage territorial et d’une surface institutionnelle plus reconnue.

Le CCFD-Terre Solidaire a à ce jour développé trois partenariats formels et est en contact avec de plusieurs groupes de jeunes rapatriés.

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire depuis 2006, l’association Sideb vient en appui aux groupements de jeunes professionnels de la pêche, rapatriés d’Espagne, dans différents villages : Mbour, Kayar, Thiaroye, Thiadaye et Diourbel, qui cherchent à se constituer à la fois comme groupe de pression auprès des pouvoirs publics (acquisition de visas réguliers, accès à la formation,…). L’association intervient dans l’insertion professionnelle des jeunes par la formation et l’accompagnement vers des activités économiques, sociales et culturelles et négocie avec les services de l’Etat, des collectivités et des établissements financiers, des fonds d’appui pour les jeunes en sortie de formation : accueil, domiciliation et suivi de financements jeunesse (FNJS) et installation en milieu rural dans le cadre du programme REVA, des candidats à l’émigration refoulés.

Le GIE des migrants de Mbour, formé en novembre 2007, regroupe plus de 150 jeunes ex-migrants dont la majorité a été rapatriée des centres de rétention des Iles Canaries. Tous issus des milieux professionnels de la pêche de Mbour, ils ont majoritairement entre 20 et 30 ans et nombreux sont ceux qui avaient déjà constitué une famille avant de tenter l’émigration.

Dans un premier temps, le partenariat avec le CCFD-Terre Solidaire a permis aux jeunes de se mettre en situation de gérer des projets économiques de manière collective et de renforcer les liens de solidarité déjà existants entre migrants rapatriés et candidats au départ. Le GIE permet aujourd’hui aux jeunes de réaliser des activités génératrices de revenus, de lutter ainsi contre le sous-emploi des jeunes dans leurs localités et ainsi de faire reculer les départs systématiques et mal préparés vers l’émigration et l’exil.

Enfin, la Caritas diocésaine de Dakar, partenaire de travail du Programme migrants depuis trois ans sur de multiples terrains (séminaires de réflexion et d’échanges sur l’émigration et le sous-emploi des jeunes, participation au processus de Gao sur les routes migratoires, vivre ensemble et dialogue islamo chrétien et processus de préparation du FSM de Dakar 2011) joue le rôle de structure pivot à laquelle s’adossent les associations plus jeunes impliquées auprès des migrants et devient ainsi le référent sénégalais faisant interface avec les groupes nationaux sahéliens partenaires, partie prenante des processus et dynamiques de migrations en cours dans la sous région.

A l’occasion du FSM, le CCFD-Terre Solidaire organise le 4 février des visites de terrain auprès de certains de ces partenaires sénégalais pour les bénévoles de l’association qui participent au Forum. Ces visites sont également proposées aux médias qui le souhaitent).

Nos projets

28 octobre 2016

COP22 : "l’Odyssée des alternatives Ibn Battûta", une flottille pour la justice climatique

Plusieurs associations et mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe ont choisi de faire de l’avant-COP22 un temps fort de la mobilisation (...)

29 août 2016 CEDAC

Brésil : l’agriculture au service de l’éducation populaire

Acteur historique de l’Éducation Populaire au Brésil, le Centre d’Action Communautaire – partenaire du CCFD-Terre Solidaire – se sert de (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

S’informer

10 novembre 2016

La société civile centrafricaine sous pression

Les ONG signataires ont été informées de l’arrestation lundi 7 novembre à Bangui d’un leader de la société civile centrafricaine, M. Gervais (...)

10 novembre 2016

Ouverture d’un centre d’accueil pour migrants à Paris, un début de réponse ?

Un centre d’accueil pour migrants, demandeurs d’asile et réfugiés s’ouvre ce jeudi 10 novembre 2016 à Paris, à l’initiative de la ville. Ce (...)

26 octobre 2016

Ouverture du forum européen Nyéléni pour la souveraineté alimentaire

Quelle sont les alternatives possibles aux systèmes de productions et de distributions des denrées alimentaires existants aujourd’hui en (...)