Noël contre la faim

Publié le 1er mai 2006

En période de chômage, les immigrés sont-ils de trop ?

Lorsque le chômage est élevé, lorsque le travail manque à des millions de personnes, les immigrés apparaissent souvent de trop sur le marché du travail. Surtout pour les partis d’extrême-droite. Mais les Français sont-ils plus légitimes que les immigrés sur le marché du travail ? Et les immigrés sont-ils des poids inutiles ?

• Indispensables à certains secteurs
Les travailleurs immigrés occupent traditionnellement des emplois pour lesquels ils ne sont pas en concurrence avec la main d’œuvre nationale. Souvent les emplois pénibles et sous-payés. L’immigration choisie vise d’ailleurs à satisfaire les besoins en main d’œuvre de secteurs délaissés par les « nationaux », tels l’hôtellerie-restauration, les Btp ou encore certaines spécialités médicales.

• Rouages de l’économie mondialisée
Criminalisés, les immigrés clandestins sont pourtant utiles économiquement. Ils représentent la main d’œuvre bon marché et docile qui permet à certains secteurs (par exemple l’agriculture) de rester compétitifs. Les immigrés illégaux offrent ainsi aux entreprises les bénéfices d’une délocalisation sans expatriation…
Ils servent souvent « d’amortisseurs » en cas de crise économique : très nombreux dans l’industrie, ils ont été touchés de plein fouet par le chômage dès la fin des années 1970.

• Créateurs de richesses
Le gouvernement espagnol a publié un rapport* sur la contribution des immigrés à l’économie du pays. Ceux-ci renflouent les caisses de l’Etat grâce à leurs cotisations et contribuent à 1,6 point de croissance (sur 3,8). L’Espagne, où 8% de la population est immigrée, a régularisé plus d’un demi million de personnes en 2006.

*Rapport de Miguel Sebastian, principal créateur du programme économique du Parti socialiste espagnol.

Nos projets

28 octobre 2016

COP22 : "l’Odyssée des alternatives Ibn Battûta", une flottille pour la justice climatique

Plusieurs associations et mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe ont choisi de faire de l’avant-COP22 un temps fort de la mobilisation (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

S’informer

21 février 2017

Présidentielle 2017 : L’aide publique au développement en 3 questions

La France doit augmenter le financement de son aide publique au développement (APD). C’est le constat de Coordination Sud, la plateforme (...)

6 février 2017

Colombie : Les assassinats menacent la construction de la paix

Dans un contexte de démobilisation de la guérilla des FARC - Forces Armées Révolutionnaires de Colombie - et de mise en application de (...)

26 janvier 2017

Migrants, réfugiés, exilés, pour en finir avec le « délit de solidarité »

Procès d’habitants de la vallée de la Roya « coupables » d’être venus en aide à des réfugiés. Mais aussi mesures d’intimidation, poursuites - et (...)