Un avenir sans faim

Publié le 1er mai 2006

En période de chômage, les immigrés sont-ils de trop ?

Lorsque le chômage est élevé, lorsque le travail manque à des millions de personnes, les immigrés apparaissent souvent de trop sur le marché du travail. Surtout pour les partis d’extrême-droite. Mais les Français sont-ils plus légitimes que les immigrés sur le marché du travail ? Et les immigrés sont-ils des poids inutiles ?

• Indispensables à certains secteurs
Les travailleurs immigrés occupent traditionnellement des emplois pour lesquels ils ne sont pas en concurrence avec la main d’œuvre nationale. Souvent les emplois pénibles et sous-payés. L’immigration choisie vise d’ailleurs à satisfaire les besoins en main d’œuvre de secteurs délaissés par les « nationaux », tels l’hôtellerie-restauration, les Btp ou encore certaines spécialités médicales.

• Rouages de l’économie mondialisée
Criminalisés, les immigrés clandestins sont pourtant utiles économiquement. Ils représentent la main d’œuvre bon marché et docile qui permet à certains secteurs (par exemple l’agriculture) de rester compétitifs. Les immigrés illégaux offrent ainsi aux entreprises les bénéfices d’une délocalisation sans expatriation…
Ils servent souvent « d’amortisseurs » en cas de crise économique : très nombreux dans l’industrie, ils ont été touchés de plein fouet par le chômage dès la fin des années 1970.

• Créateurs de richesses
Le gouvernement espagnol a publié un rapport* sur la contribution des immigrés à l’économie du pays. Ceux-ci renflouent les caisses de l’Etat grâce à leurs cotisations et contribuent à 1,6 point de croissance (sur 3,8). L’Espagne, où 8% de la population est immigrée, a régularisé plus d’un demi million de personnes en 2006.

*Rapport de Miguel Sebastian, principal créateur du programme économique du Parti socialiste espagnol.

Nos projets

28 octobre 2016

COP22 : "l’Odyssée des alternatives Ibn Battûta", une flottille pour la justice climatique

Plusieurs associations et mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe ont choisi de faire de l’avant-COP22 un temps fort de la mobilisation (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

S’informer

2 mars 2017

Le CCFD-Terre Solidaire part en campagne pour les Elections 2017 : Faisons le pari de la solidarité !

Les questions de solidarité internationale et de développement sont rarement les principaux thèmes sur lesquels se bâtit une campagne (...)

21 février 2017

Présidentielle 2017 : L’aide publique au développement en 3 questions

La France doit augmenter le financement de son aide publique au développement (APD). C’est le constat de Coordination Sud, la plateforme (...)

17 février 2017

Les droits fondamentaux sont indissociables

FDM n°297

Qu’ils soient civils, politiques ou économiques, sociaux et culturels, les droits fondamentaux sont indissociables. L’amélioration d’un (...)