Un avenir sans faim

Publié le 1er mai 2006

Le développement est-il une solution à l’émigration ?

« Aidons les pays pauvres à se développer et leurs habitants ne viendront plus chez nous » : une évidence de bon sens ?

• De quel développement parle-t-on ?
En Amérique centrale, la croissance et le développement économique sur les bases du modèle néolibéral n’empêchent pas les Centroaméricains de vouloir franchir le Rio Grande. Les emplois des zones franches et les perspectives offertes par l’agrobusiness ne suffisent pas, par exemple, à « fixer » les Salvadoriens.
Au contraire, en détruisant l’emploi rural, le « développement » fondé sur la mise en concurrence des agricultures du Sud et celles des pays riches, sur l’investissement dans l’agriculture industrielle... accroît l’émigration.

• L’équation entre pauvreté et émigration est-elle toujours juste ?
Les migrants quittent leur pays parce qu’ils sont pauvres, certes, mais aussi parce que cela fait partie d’une tradition et d’une culture du voyage, comme au Mali.
Du reste, ce ne sont pas les plus pauvres, les plus marginalisés qui émigrent. Mais plutôt des jeunes déterminés à se donner les moyens de sortir de leur situation, de plus en plus formés, diplômés...

• Le développement d’un pays peut générer encore plus d’émigration.

L’ouverture au monde, au commerce et aux échanges culturels peut créer des perspectives légitimes de mobilité (échanges universitaires, expérience professionnelle à l’étranger).
La mobilité peut faire partie d’une stratégie de développement.

• Le développement ne doit pas être instrumentalisé par le contrôle des flux migratoires.
Il faut renverser la tendance et mettre la politique migratoire au service du développement :
- Intégrer les initiatives des migrants aux politiques de coopération
- Faciliter les allers-retours entre la France et le pays d’origine
- Fluidifier les transferts financiers

Les immigrés peuvent devenir des acteurs du développement de leur pays, se donner un rôle actif en partenariat avec les acteurs français du développement et les interlocuteurs de leur pays. Et acquérir une nouvelle citoyenneté.

Nos projets

28 octobre 2016

COP22 : "l’Odyssée des alternatives Ibn Battûta", une flottille pour la justice climatique

Plusieurs associations et mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe ont choisi de faire de l’avant-COP22 un temps fort de la mobilisation (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

S’informer

24 mars 2017

Devoir de vigilance : le Conseil Constitutionnel valide l’essentiel de la loi

Paris, le 24 mars 2017- Le Conseil constitutionnel a rendu hier sa décision suite à la saisine dont il a fait l’objet concernant la loi (...)

17 mars 2017

Accord UE-Turquie : une autre politique migratoire est possible

Face à l’échec des politiques migratoires française et européenne - qui se traduit par les milliers de morts en Mer Méditerranée et les (...)

2 mars 2017

Le CCFD-Terre Solidaire part en campagne pour les Elections 2017 : Faisons le pari de la solidarité !

Les questions de solidarité internationale et de développement sont rarement les principaux thèmes sur lesquels se bâtit une campagne (...)