Un avenir sans faim

Publié le 13.04.2017

Birmanie : Le long purgatoire des Rohingyas

« Crimes contre l’humanité » selon Amnesty International, « nettoyage ethnique » pour les Nations unies, les mots ne manquent pas pour qualifier les atrocités subies par les Rohingyas, population musulmane vivant à l’ouest de la Birmanie.

Les dernières opérations menées par les forces armées dans le nord de l’Arakan se sont déroulées entre octobre 2016 et février 2017 [1]. Pour échapper aux exécutions extrajudiciaires, aux villages incendiés, aux viols, plus de 70 000 personnes ont trouvé refuge au Bangladesh.

Ces exactions ont une sinistre odeur de déjà-vu. En 1982, la junte militaire adoptait une loi sur la citoyenneté qui leur retire de facto leur nationalité, donc tous leurs droits, et en fait des migrants illégaux, des « Bengalis ». Depuis, c’est la descente aux enfers, rythmée par des vagues de réfugiés qui viennent régulièrement s’entasser dans des camps, qui n’ont de camps que le nom, à la frontière banglado-birmane. Et des conditions de survie pour ceux qui restent sur place : parqués dans des zones spécifiques, interdits de mouvements, donc de travail, sans accès aux soins ou à l’éducation.

A lire : En Birmanie, les violences contre les minorités éthniques continuent

La situation semble néanmoins évoluer. Suite à une lettre ouverte envoyée par une douzaine de prix Nobel au Conseil de sécurité des Nations unies, fin décembre 2016, 40 organisations de la société civile birmane, dont plusieurs partenaires du CCFD-Terre Solidaire, ont demandé le 18 janvier 2017 la création d’une commission d’enquête « vraiment » indépendante sur ces exactions.

Un appel relayé par la Commission consultative sur l’État d’Arakan présidée par Kofi Annan, et initiée par Aung San Suu Kyi en août 2016. Dans son rapport remis le 16 mars, elle recommande au gouvernement de : « rendre la région accessible aux humanitaires et aux médias, réaffirmer l’État de droit, rétablir le dialogue interreligieux » et de « fermer les camps de déplacés ». « Ce ne sera pas facile, a prévenu Kofi Annan. Il faudra beaucoup de courage et de persévérance. »

Patrick Chesnet

Pour lire l’ensemble de nos reportages sur la Birmanie, abonnez-vous au magazine du CCFD-Terre Solidaire Faim et Développement.

[1Voir Faim et Développement n° 297

S’informer

23 août 2017

Les réseaux sociaux, des armes de mobilisation massive

300 - Juillet-Août

Facebook, Twitter, Instagram... En Argentine, au Brésil, comme dans toute l’Amérique latine, les réseaux sociaux sont devenus (...)

16 août 2017

La paix en marche en Colombie

300 - Juillet-Août

Au mois de juillet 2017, Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre Solidaire, était de retour en Colombie. Il connait bien ce pays où il (...)

24 juillet 2017

Brésil : une mère obtient justice pour son fils, jeune noir des favelas, assassiné (témoignage)

Marcia de Oliveira Silva Jacintho a perdu son fils de 16 ans assassiné en 2002 par des policiers de Rio de Janeiro. Accompagnée par la (...)

Nos projets

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)