Un avenir sans faim

Publié le 21.05.2007 • Mis à jour le 09.07.2012

La non-violence

Une notion encore mal comprise

Mots-clés :

Aujourd’hui, la pensée stratégique est souvent enfermée dans la logique militaire comme s’il allait de soi que seule la violence peut être efficace pour lutter contre la violence et rétablir la justice.
Ainsi, la culture de nos sociétés est globalement dominée par l’idée que la violence peut être nécessaire, légitime voire honorable. Selon le fameux adage « si tu veux la paix, prépare la guerre ».
Face à un tel mode de pensée, la notion de non-violence a beaucoup de mal à être reconnue et est souvent considérée comme relevant de l’idéalisme. Il est donc nécessaire de dépasser les a priori.

En Europe, la non-violence est encore une idée neuve et souvent la notion de non-violence repose sur un malentendu fondé sur la confusion entre la non-violence et le pacifisme.
Les mots "pacifisme" et "pacifiste" ont dans notre langue et dans notre culture une connotation passive et voire même péjorative. En effet, le pacifiste est réputé vouloir la paix "à tout prix" et préférer n’importe quelle paix à n’importe quelle guerre et, donc, être prêt à se soumettre à l’oppression plutôt qu’à se battre pour la liberté.

En refusant absolument la guerre, la logique du pacifisme peut faire de la paix un absolu. Or, si la paix est essentielle, la justice qui permet la liberté et la dignité le sont tout autant.
Si le choix n’était qu’entre la paix dans l’injustice et la guerre pour la justice, alors mieux vaudrait certainement choisir la guerre.
Le principe même de la non-violence est de nous faire sortir de ce dilemme :
Gandhi affirmait que si le choix n’était qu’entre la violence et la lâcheté, il conseillerait de choisir la violence. Mais il ajoutait aussitôt que la non-violence est supérieure à la violence.

Ce que Gandhi a montré, non seulement en parlant, mais surtout en agissant, c’est que l’être humain avait le choix entre la violence, la lâcheté et la non-violence qui est à la fois un comportement, un moyen quotidien d’agir mais aussi une philosophie de vie qui mène à la paix sur le plan global et également individuel.

Marie-Line Ramackers
Chargée du programme Paix et droits humains au CCFD

S’informer

9 juin 2017

Crise oubliée : la guerre fait rage dans le nord de la Birmanie dans les Etats Kachin et Nord Shan depuis six ans (CP)

Six ans après la reprise du conflit dans l’État Kachin (le 9 juin 2011), nos organisations se solidarisent avec le peuple Kachin pour (...)

8 juin 2017

A lire "Un royaume d’olives et de cendres" par 25 grands écrivains

L’ONG israélienne « Breaking the Silence », partenaire du CCFD-Terre Solidaire, a demandé à 25 écrivains du monde entier de se rendre dans les (...)

1er juin 2017

En Birmanie, la société civile appelle le gouvernement à coopérer avec la mission d’enquête des Nations unies

Soixante organisations de la société civile birmane, dont plusieurs partenaires du CCFD-Terre Solidaire – CYSH, Humanity Institute, KWAT (...)

Nos projets

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)