Noël contre la faim

Publié le 01.06.2010 • Mis à jour le 16.08.2012

Appel à la levée immédiate du blocus de Gaza

Condamnation de l’attaque de la "flotille de la liberté" par l’armée israélienne.

Paris, le 1er juin 2010

Condamnation de l’attaque de la "flotille de la liberté" par l’armée israélienne

Justice et Paix-France, la Mission de France, Pax Christi-France, Chrétiens de la Méditerranée, le Secours catholique et le CCFD-Terre Solidaire condamnent fermement l’assaut mené par les troupes israéliennes contre la flotille qui tentait de rallier Gaza lundi 31 mai. Elles expriment leur profonde indignation et leur vive inquiétude.

Leurs pensées vont d’abord aux nombreuses victimes qui sont à déplorer et à leurs familles. L’armée israélienne, l’une des plus entraînée au monde, avait les moyens d’intervenir sans faire de victime comme elle l’a déjà fait ces derniers mois avec 5 autres bateaux.

En agissant dans les eaux internationales et en ouvrant le feu sur ce convoi humanitaire, elle bafoue les principes élémentaires du droit international et du droit humanitaire. Par cette opération, le gouvernement israélien prend le risque d’embraser un peu plus la région et de bloquer toute chance, déjà fragile, de reprise des négociations de paix, de tels actes ne faisant qu’augmenter la haine.

Justice et Paix-France, la Mission de France, Pax Christi-France, Chrétiens de la Méditerranée, le Secours catholique et le CCFD-Terre Solidaire appellent à la levée immédiate du blocus de Gaza qui enferme depuis 3 ans une population d’un million et demi d’habitants dans une prison à ciel ouvert et la condamne à la misère et au désespoir. Le besoin de sécurité du peuple israélien est légitime mais il est impossible de penser pouvoir régler un problème politique et assurer une sécurité en prenant en otage tout un peuple.

Elles appellent également les responsables de la communauté internationale, et notamment le président Sarkozy, les représentants de l’Union européenne et le président Obama, à agir fermement pour amener les protagonistes du conflit autour de la table des négociations et trouver enfin une solution politique durable qui permette aux peuples israéliens et palestiniens de vivre en paix et en sécurité.

Signataires :
Mgr Michel Dubost, président de Justice et Paix-France
Mgr Yves Patenôtre, évêque de la Mission de France
Mgr Marc Stenger, président de Pax Christi-France
M. J-Claude Petit, président de Chrétiens de la Méditerranée
M. François Soulage, président du Secours catholique
M. Guy Aurenche, président du CCFD-Terre solidaire

Lire le communiqué "Bateaux pour Gaza : un crime injustifiable" (pdf)

S’informer

30 novembre 2016

Devoir de vigilance des multinationales : un pas de plus vers l’adoption définitive de la loi

Le 29 novembre 2016, les députés ont adopté en nouvelle lecture, la proposition de loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et (...)

30 novembre 2016

Union européenne : l’accord sur les « minerais du conflit » conclu mais insuffisant

Les institutions européennes ont conclu, le 22 novembre 2016 à Bruxelles, les négociations relatives à une législation sur les « minerais (...)

23 novembre 2016

Un carnet de voyage en Palestine et en Israël sur les déplacements des populations

FDM n°292

Grâce à un carnet de voyage paru en octobre 2016, des bénévoles du réseau thématique Palestine-Israël du CCFD-Terre Solidaire nous emmènent (...)

Nos projets

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

15 juin 2016 RNSCM

Nicaragua : Sheila Reyes, au plus près des migrantes

Dans un pays étranglé depuis des années par la crise économique, de nombreux Nicaraguayens ne trouvent d’issue à leur situation personnelle (...)