Publié le 15 mai 2012

Plus de 60 infrastructures financées par les contribuables européens ont été détruites

Les démolitions de projets d’aide financés par l’UE s’intensifient, alors que les ministres de l’UE vont se pencher sur la situation en Cisjordanie. Plus de 60 infrastructures financées par les contribuables européens ont été détruites depuis 2011, et plus de 110 sont menacées de démolition.

(Bruxelles/Jérusalem, 10 Mai 2012) – Les Ministres des Affaires Etrangères de l’UE vont se réunir à Bruxelles le 14 Mai pour discuter du processus de paix au Moyen-Orient. Ils discuteront également de la politique de l’UE pour la Zone C en Cisjordanie, qui est entièrement contrôlée par Israël et représente plus de 60% de la Cisjordanie, sous occupation israélienne. Il est attendu que les Ministres s’accordent sur un soutien plus fort aux communautés palestiniennes vivant en Zone C, qui sont progressivement poussées à quitter cette zone du fait de l’expansion des colonies israéliennes. Les Ministres devraient également appeler le Gouvernement israélien à assouplir ses restrictions sur les constructions palestiniennes. L’attention croissante portée sur la Zone C répond en partie à une forte augmentation du nombre de démolitions d’habitations et d’infrastructures palestiniennes, dont certaines sont des projets financés par les contribuables européens, tels que des citernes à eau, des projets d’énergies renouvelables, et des abris pour animaux.

Dans ce contexte, les organisations humanitaires et de développement qui travaillent en Cisjordanie ont compilé des informations sur les démolitions de projets d’aide financés par l’UE, qui n’ont encore jamais été publiées auparavant.

Principales observations :

• Au moins 62 structures financées par la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Pologne, L’Irlande, L’Espagne, la Suède, et l’UE ont été démolies pas Israël en 2011 et 2012, dont des citernes à eau, des abris pour animaux, et des structures agricoles et résidentielles.(1)
• Plus de 110 structures financées par la Belgique, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Pologne, l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Irlande, la Suède et l’UE sont menacées de démolition, puisque les autorités israéliennes ont ordonné leur démolition ou la suspension des travaux. Il s’agit notamment de projets d’énergies renouvelables, de citernes à eau, d’abris pour animaux, d’infrastructures sanitaires et résidentielles, etc.(2)
• Plus de 25% des infrastructures palestiniennes démolies en 2011 étaient financés par des donateurs internationaux, dont les Etats européens.(3)
• La démolition programmée de plusieurs abris financés par l’UE à Khan Al Khmar est imminente : 8 familles sont sur le point d’être expulsées et de perdre leurs foyers dans la zone E1, politiquement très sensible.

L’UE ne collecte pas de façon adéquate les informations sur les démolitions des projets qu’elle finance. Il est pour cette raison impossible de connaître la valeur totale des projets affectés en 2011 et en 2012. Toutefois, la Commission Européenne estime que les pertes causées par la destruction ou l’endommagement par l’armée israélienne de projets financés par l’UE entre 2001 et 2011 dépassent 49 millions d’euros, dont plus de 29 millions d’euros de perte pour la part financée par l’UE.(4) Si la plupart de ces dommages sont survenus au cours de la Seconde Intifada et de l’opération Plomb Durci, la liste de la Commission reste incomplète et omet de nombreuses démolitions récentes.

CITATIONS A ATTRIBUER :

Pour Nicolas Vercken, d’Oxfam France : 

« L’aide de la communauté internationale, dont celle des Etats européens, est perdue quand les projets financés par celle-ci sont démolis. Cinquante Palestiniens ont perdu leur domicile suite à la destruction d’abris fournis par Oxfam dans la Zone C. Les démolitions privent des communautés vulnérables de l’assistance des gens qui se préoccupent de ceux dans le besoin. Les Etats européens peuvent s’assurer que l’argent de leurs citoyens a effectivement servi à quelque chose en appelant le Gouvernement Israélien à cesser les démolitions des projets d’aide et des infrastructures civiles dans la Zone C. »

Pour Emmanuelle Bennani, du CCFD – Terre Solidaire :

« La destruction des projets financés par l’UE et le déplacement des Palestiniens sous occupation est contraire aux Conventions de Genève. L’UE doit prendre position en faveur du respect du droit international humanitaire, pour que les Palestiniens puissent développer leurs communautés. Les Etats membres devraient systématiquement surveiller la situation, signaler toute entrave à la distribution d’aide, et demander réparation. »

Pour Ayman Rabi, du Palestinian Hydrology Group, la plus importante ONG palestinienne travaillant dans le domaine de l’eau et de l’assainissement :
« Les démolitions par Israël des infrastructures hydrauliques ont augmenté à un rythme alarmant cette année, de nombreux projets financés par l’Europe ont été complètement détruits. Ces démolitions représentent un gaspillage scandaleux de l’aide européenne financée par les contribuables. Mais le prix le plus fort est payé par des hommes, des femmes et des enfants vulnérables dont les droits sont violés lorsqu’ils sont privés d’eau. Les Etats européens doivent s’opposer aux démolitions ainsi qu’à la planification et au régime des permis discriminatoires d’Israël, pour que les communautés palestiniennes puissent se développer et revendiquer leurs droits fondamentaux. »

DOCUMENTS DISPONIBLES :
• Un aperçu des projets démolis et menacés de démolition financés par l’UE et ses Etats membres.
• Des exemples de cas récents financés par l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas, la Pologne, et la France.
• Une fiche d’information sur la Zone C – démolition, colonies et violence des colons.

NOTES :
(1) Source : Displacement Working Group (organe de coordination des ONG internationales humanitaires et de développement dans les Territoire Palestiniens Occupés), Avril 2012.
(2) Ibid.
(3) Source : OCHA, Mars 2012
(4) Source : Commission Européenne, Liste des dommages physiques infligés par l’armée israélienne sur les projets de développement financés par l’UE , 2001-2011.

 

 

 

 

S’informer

22 septembre 2016

La responsabilité des chefs d’Etat engagée après l’attaque du convoi humanitaire près d’Alep

L’attaque délibérée de lundi 19 septembre 2016 sur un convoi humanitaire apportant de l’aide essentielle pour venir en aide aux habitants (...)

12 septembre 2016

Violations des droits humains : STOP à l’impunité des multinationales !

La France et l’Union européenne doivent soutenir le traité des Nations Unies sur le respect des droits humains par les entreprises (...)

6 septembre 2016

Brésil : en pleine crise politique, les partenaires du CCFD-Terre Solidaire s’expriment

Les acteurs sociaux brésiliens – dont les partenaires du CCFD-Terre Solidaire – sont très alarmés par la régression radicale des politiques (...)

Nos projets

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)