Un avenir sans faim

Publié le 30 mars 2010

Edito

Le gouvernement congolais et la communauté internationale, pourtant présente à travers la plus importante force des Nations unies au monde (la Monuc), ne sont pas parvenus à rétablir la sécurité et à instaurer une paix durable.

Il faudrait pour cela traiter les causes structurelles des conflits. Les nombreux criminels de guerre, tant au sein des différentes milices que de l’armée, restent impunis. Les élections n’ont pas permis d’en finir avec une mauvaise gestion ou d’établir un pouvoir capable de mettre efficacement en œuvre les projets de développement réclamés par les citoyens congolais. La trop forte pression foncière a été aggravée par les flux de déplacés. Les pays voisins de la RDC continuent à être partie prenante du problème autant que de la solution, compte tenu de leur implication passive ou active dans le soutien aux groupes armés, le pillage des ressources naturelles congolaises ou encore la gestion non maîtrisée des flux migratoires transfrontaliers. Pourtant, les solutions existent, ainsi que la possibilité de les mettre en œuvre :

Des acteurs de la société civile développent des initiatives locales porteuses et luttent pour que leurs propositions soient prises en compte dans les processus de résolution du conflit. Le 30 juin 2010, la RDC célèbrera le cinquantième anniversaire de son indépendance. Cette année va également coïncider avec la redéfinition du rôle de la Monuc et la formulation des conditions de son départ, tandis que la RDC s’avancera vers de nouvelles échéances électorales. Cela doit correspondre à une véritable libération des populations qui aspirent à ce qu’il soit mis fi n à la violence et à l’insécurité, à la pauvreté, au pillage des ressources et à la corruption généralisée ;

La France, tant au sein de l’Union européenne que du Conseil de sécurité des Nations unies, peut jouer un rôle de premier plan en faveur d’une paix durable en RDC et dans la région des Grands Lacs. Comme l’a annoncé Nicolas Sarkozy, un Forum pour la coopération dans la région des Grands Lacs sera organisé en France cette année.

Saisissons-nous de ces opportunités pour faire entendre la voix des citoyens congolais et français dans les semaines qui viennent, afin que des réponses durables soient apportées aux causes structurelles de ces conflits.

Protéger les populations civilesRetour ligne automatique
Garantir l’accès aux services de baseRetour ligne automatique
Renforcer les processus démocratiques et citoyensRetour ligne automatique
Mettre fin à la militarisation de l’exploitation et du commerce des ressources naturelles

Nos projets

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

S’informer

8 septembre 2017

Brésil : en Amazonie, une réserve naturelle sur le fil du rasoir

Le gouvernement Temer a été contraint de suspendre le décret qui abrogeait une réserve naturelle en Amazonie. La forte mobilisation de la (...)

23 août 2017

Les réseaux sociaux, des armes de mobilisation massive

300 - Juillet-Août

Facebook, Twitter, Instagram... En Argentine, au Brésil, comme dans toute l’Amérique latine, les réseaux sociaux sont devenus (...)

16 août 2017

La paix en marche en Colombie

300 - Juillet-Août

Au mois de juillet 2017, Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre Solidaire, était de retour en Colombie. Il connait bien ce pays où il (...)