Publié le 31 mars 2010

Protéger les populations civiles

Les nombreux groupes armés, ainsi que les forces armées nationales, recrutent de force parmi la population, pillent, violent et tuent. Le bilan des opérations de désarmement forcé de 2009 dans l’est du pays est lourd : plus de 900 000 déplacés, plus de 9 000 maisons détruites, plus de 8 000 cas rapportés de viols, au moins 1 433 civils tués.

Il faut engager, en consultant la société civile, une réforme en profondeur de l’armée, de la police et de la justice, qui soit centrée sur les droits de l’Homme. Il s’agit de renforcer le financement, la transparence et la concertation entre les intervenants et de mobiliser les responsabilités de toute la chaîne de commandement pour mettre fi n à l’impunité et professionnaliser les forces de l’ordre, tout en améliorant leur rémunération et leurs conditions de vie ;

La Monuc, dont le mandat a pour première priorité la protection des civils, doit interagir davantage avec les populations qu’elle est supposée protéger et appuyer le strict respect du droit international humanitaire par l’armée congolaise partout où celle-ci est déployée. Toute perspective de retrait dépendra d’une amélioration tangible de la sécurité des populations ;

Compte tenu de son impact connu et prévisible sur les populations civiles au regard du contexte actuel, une approche exclusivement militaire s’avère contre-productive. Il faut soutenir davantage les opportunités en matière de désarmement volontaire et négocié des différents hommes en armes et faciliter leur démobilisation, puis leur réintégration durable au sein des communautés, que ce soit en RDC ou ailleurs. Il importe notamment d’encourager le gouvernement rwandais à permettre le développement d’un environnement politique favorable au retour des personnes n’ayant pas participé au génocide, et qui seraient prêtes à renoncer aux armes, si on leur offre les garanties qu’ils pourront pleinement jouir de leurs droits politiques et économiques et prendre part aux processus démocratiques en cours à différents niveaux.

La Monuc
Créée en 1999, la mission des Nations unies au Congo est la plus importante force onusienne de maintien de la paix actuellement déployée, avec un effectif global de plus de 20 000 personnes. Environ 90 % de ses troupes sont positionnées dans l’est du pays. Après avoir contribué à l’observation et à la mise en œuvre des accords de paix ainsi qu’à l’organisation des élections, la première priorité de son mandat actuel, qui arrive à échéance le 31 mai 2010, est la protection des civils.

Nos projets

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

30 mai 2016

Centrafrique : le CCFD-Terre Solidaire consolide son soutien à la société civile

Au début de la crise politique en 2012, le CCFD-Terre Solidaire n’a pratiquement plus de partenaires dans ce pays, malgré quelques (...)

S’informer

22 septembre 2016

La responsabilité des chefs d’Etat engagée après l’attaque du convoi humanitaire près d’Alep

L’attaque délibérée de lundi 19 septembre 2016 sur un convoi humanitaire apportant de l’aide essentielle pour venir en aide aux habitants (...)

6 septembre 2016

Brésil : en pleine crise politique, les partenaires du CCFD-Terre Solidaire s’expriment

Les acteurs sociaux brésiliens – dont les partenaires du CCFD-Terre Solidaire – sont très alarmés par la régression radicale des politiques (...)

25 août 2016

Accord de paix final en Colombie : la première marche est franchie

L’Accord de paix final entre le gouvernement colombien et la guérilla des FARC vient d’être annoncé ce mercredi 24 août. Le Réseau France (...)