Un avenir sans faim

Publié le 21.08.2015 • Mis à jour le 14.10.2015

Syrie : destruction du monastère de Mar Elian

Le CCFD-Terre Solidaire est bouleversé par l’annonce ce vendredi 21 août de la destruction au bulldozer du Monastère de Mar Elian dans la province de Homs en Syrie par l’organisation de l’Etat Islamique. Ce monastère, partenaire historique du CCFD-Terre Solidaire, est l’un des symboles du dialogue islamo-chrétien dans la région. Lieu d’accueil des réfugiés du conflit syrien, il avait été contraint de cesser ses activités après l’enlèvement par l’organisation de l’EI du Père Jacques Mourad en mai 2015.

Mots-clés :

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire depuis une vingtaine d’années, le monastère de Mar Elian a longtemps contribué à la stabilisation économique et sociale de la minorité chrétienne en Syrie, tout en promouvant le dialogue avec la majorité musulmane. Il luttait à son échelle contre les mécanismes de repli identitaire. Face à la guerre, Mar Elian s’était attaché à secourir les familles déplacées fuyant les zones de combat. En 2015, avant l’enlèvement du père Jacques Mourad, le Monastère accueillait des centaines de réfugiés de toutes confessions.

A quelques dizaines de kilomètres de Mar Elian, près de la ville de Nebek, le monastère de Mar Moussa auquel il est affilié, est également menacé par l’avancée de l’organisation de l’Etat islamique. Pour le père Jihad du Monastère de Mar Moussa, joint par téléphone : « Ils [l’organisation de l’EI] font ça partout en Irak, à Palmyre…Ils veulent détruire l’Histoire, les racines, la culture et la civilisation. Ce ne sont pas les musulmans qui luttent contre les chrétiens, c’est un groupe d’ignorants qui veut créer une Syrie faible, déchirée. Les musulmans en sont les premières victimes ». Les personnes présentes à Mar Moussa ont décidé de ne pas partir malgré la menace. «  On reste, parce qu’on a vu de l’espoir dans les yeux des chrétiens et des musulmans », ajoute le père Jihad.

Pour le CCFD-Terre Solidaire, il n’est pas possible de rester indifférent : la disparition du monastère de Mar Elian porte gravement atteinte à la diversité et à la richesse culturelle en Syrie et aux tentatives de construction d’un dialogue et d’un véritable vivre ensemble.

Le CCFD-Terre Solidaire continue ses actions de solidarité en Syrie et dans la région aux côtés de ses partenaires.

Voir aussi :
Vive inquiétude après l’enlèvement du père Mourad en Syrie (mai 2015)
Syrie : aider les monastères de Mar Moussa et Mar Elian à accueillir les déplacés (septembre 2013)

Contact presse : Karine Appy, 06 66 12 33 02

S’informer

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

14 avril 2017

Témoignage de Mgr Muyengo, évêque d’Uvira au Sud Kivu (RDC)

298 Mars-Avril

Nommé depuis décembre 2013 évêque d’Uvira, âgé de cinquante-huit ans, dans la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo (RDC), (...)

13 avril 2017

En Birmanie, les violences contre les minorités ethniques continuent

298 Mars-Avril

Après plus de 60 années de conflit armé avec ses minorités ethniques, la Birmanie s’est engagée dans un processus de paix. Il y a urgence, (...)

Nos projets

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

30 mai 2016

Centrafrique : le CCFD-Terre Solidaire consolide son soutien à la société civile

Au début de la crise politique en 2012, le CCFD-Terre Solidaire n’a pratiquement plus de partenaires dans ce pays, malgré quelques (...)