Publié le 02.12.2008 • Mis à jour le 29.06.2012

Les complaisances occidentales profitent encore trop aux dictateurs du Sud.

Biens mal acquis : le rapport 2007 du CCFD a toujours de l'impact.

En mars 2007, le Comité catholique contre la faim et pour le développement avait publié un rapport sur les détournements de fonds publics par les hommes politiques du Sud. Son titre ? « Biens mal acquis... profitent trop souvent - La fortune des dictateurs et les complaisances occidentales ».
Ce rapport sert de base de travail à d’autres ONG qui luttent également pour la saisie et la restitution aux populations de ces pays des avoirs détournés par des dirigeants corrompus.

Ainsi, mardi 2 décembre, l’ONG Transparence internationale a déposé, avec un citoyen gabonais, une plainte, avec constitution de partie civile, auprès des tribunaux français. Soutenue par l’association Sherpa, cette plainte vise les conditions dans lesquelles Omar Bongo Odimba, président du Gabon, Denis Sassou N’guesso, du Congo-Brazzaville et Théodore Obiang Mbasog, de la Guinée, ont acquis des biens immobiliers à Paris et sur la Côte d’Azur.
Deux autres plaintes ont déjà été déposées en France, sans succès. Ce qui crée, sans doute, un sentiment d’impunité de la part de certains dictateurs ou de leurs familles. Ainsi, 1200 pièces d’art africain ont été mises aux enchères par un neveu de Mobuto Sese Seko, ancien chef d’Etat de la République démocratique du Congo ex-Zaïre, durant le week-end du 29 et 30 novembre à Bergerac. Selon l’expert Serge Moulinier, 25 % seulement des objets mis en vente auraient appartenu à la collection de Mobutu, le reste provenant de de la République démocratique du Congo mais aussi « de toute l’Afrique ».

Le CCFD-Terre solidaire continue à se mobiliser sur le sujet par son travail d’expertise. Il est d’ailleurs en train de travailler à la réactualisation de son rapport de 2007. Il ne s’est pas constitué partie civile dans ces plaintes, considérant qu’il n’entrait pas dans son mandat de le faire. Mais il est solidaire de ces actions et en suit les retombées.

Prenez connaissance du rapport du CCFD « Bien mal acquis... »

Retrouvez d’autres informations sur le site de la plateforme « Paradis fiscaux et judiciaires ».

... et sur le site de Transparence Internationale-France.

S’informer

29 septembre 2016

Evasion fiscale : les députés renoncent à une transparence efficace

Aujourd’hui en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, dans le cadre de l’examen de la loi Sapin 2, les députés ont confirmé leur vote en (...)

27 septembre 2016

Loi Sapin 2 : la dernière chance pour mettre fin à l’opacité

Le projet de loi relatif à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, ou « Loi Sapin 2 », (...)

22 septembre 2016

Evasion fiscale : l’Assemblée nationale perd-elle une autre occasion d’avancer vers la transparence ?

La publication des « Bahamas leaks » mercredi 21 septembre 2016, l’ouverture d’une enquête de la Commission européenne à l’encontre d’Engie (...)

Nos projets

11 octobre 2011 Decidamos

« Au Paraguay, les pauvres paient plus d’impôts que les riches »

Auteur d’une « Analyse du système fiscal au Paraguay et potentiel de la collecte d’Impôts », en collaboration notamment avec Decidamos, (...)

3 octobre 2011 Latindadd

Actions de plaidoyer contre les paradis fiscaux et l’annulation de la dette

Avec ces actions, Latindadd promeut une participation citoyenne aux prises de décisions concernant l’élaboration des politiques publiques, (...)