Un avenir sans faim

Publié le 25.03.2009 • Mis à jour le 14.08.2012

Nicolas Sarkozy doit demander des explications sur la mort de Bruno Jacquet Ossebi.

Congo-Brazzaville – Biens mal acquis.

25 mars 2009

A l’occasion du déplacement de Nicolas Sarkozy au Congo Brazzaville, les associations Sherpa, Survie, le Secours Catholique-Caritas France, Transparence International France, le CCFD-Terre Solidaire, l’ACAT et le Centre de Protection des Journalistes souhaiteraient adresser le message suivant au président de la République :

Congo-Brazzaville - Biens mal acquis : N. Sarkozy doit demander des explications sur la mort de Bruno Jacquet Ossebi

Trop de coïncidences. Le 21 janvier 2009, Bruno Jacquet Ossebi, journaliste franco-congolais qui dénonçait de longue date le régime de Denis Sassou Nguesso1, a vu sa femme et les deux enfants de 9 et 11 ans de celle-ci disparaître dans l’incendie de son domicile. Lui-même, brûlé au second degré mais dont le diagnostic vital semblait positif, est mort dans la nuit du 1er au 2 février à Brazzaville alors que son rapatriement à Paris, demandé par la France, était prévu le lendemain2. Le même 21 janvier, à Saint-Ay (région d’Orléans), un incendie a ravagé le pavillon d’un autre militant Congolais, Benjamin Toungamani, sans faire de victime.

Outre leur attache commune avec le Congo, Benjamin Toungamani et Bruno Jacquet Ossebi3 ont tous deux affiché une détermination sans faille à voir aboutir la plainte pour recel de détournement de fonds publics déposée en France le 2 décembre dernier contre trois chefs d’Etat africains, dont Monsieur Denis Sassou Nguesso, ainsi que les membres de leur entourage. Après des mois d’investissement, Benjamin Toungamani avait dû renoncer à se constituer partie civile par crainte de représailles à l’encontre de sa famille. Quant à Bruno Jacquet Ossebi, dés le lendemain de la plainte du 2 décembre, il avait sollicité l’association Sherpa à plusieurs reprises afin de savoir de quelle manière il lui serait possible de rejoindre la procédure.
 
Les associations sont extrêmement préoccupées par les circonstances de sa disparition et par le silence qui entoure cette affaire.

Elles dénoncent le contexte de répression qui sévit au Congo-Brazzaville à l’encontre des acteurs de la société civile.

Elles appellent en outre Nicolas Sarkozy pour qu’il exige, lors de sa visite au Congo-Brazzaville, que toute la lumière soit faite sur cette affaire.

Contacts :
Association Sherpa : Maître Bourdon
Maud Perdriel-Vaissière
CCFD-Terre solidaire : Jean Merckaert

Téléchargez le communiqué de presse (pdf)

S’informer

3 mai 2017

Tchad – Demande de libération immédiate pour les deux activistes torturés pendant leur détention en secret

Les autorités tchadiennes doivent immédiatement libérer deux activistes de la société civile qui ont été torturés pendant leur détention en (...)

13 avril 2017

En Birmanie, les violences contre les minorités ethniques continuent

298 Mars-Avril

Après plus de 60 années de conflit armé avec ses minorités ethniques, la Birmanie s’est engagée dans un processus de paix. Il y a urgence, (...)

13 avril 2017

Birmanie : Le long purgatoire des Rohingyas

« Crimes contre l’humanité » selon Amnesty International, « nettoyage ethnique » pour les Nations unies, les mots ne manquent pas pour (...)

Nos projets

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

15 juin 2016 RNSCM

Nicaragua : Sheila Reyes, au plus près des migrantes

Dans un pays étranglé depuis des années par la crise économique, de nombreux Nicaraguayens ne trouvent d’issue à leur situation personnelle (...)