Un avenir sans faim

Publié le 10.06.2011 • Mis à jour le 15.03.2013

Le CCFD-Terre Solidaire révise l’estimation du patrimoine détourné de la famille Obiang

Le parquet de Paris refuse d'étendre les investigations

Dans le cadre de l’enquête sur les Biens Mal Acquis des familles Obiang Nguema, Sassou Nguesso et Bongo, le parquet de Paris vient de refuser d’étendre les investigations sur les conditions d’acquisition de l’ensemble des patrimoines détenus en France par ces dirigeants.

Mots-clés :

Le CCFD-Terre Solidaire dont un premier rapport sur les Biens Mal Acquis en 2007, est à l’origine des plaintes en cours d’instruction pour blanchiment et recel de détournement de fonds publics et d’abus de biens sociaux à l’encontre des chefs d’Etats de la Guinée Equatoriale, du Congo Brazzaville et du Gabon, exprime sa vive inquiétude sur ce refus.

Cette décision qui limite considérablement la portée de l’enquête en cours, renvoie l’image d’une France plus soucieuse de protéger des dictateurs que d’améliorer le sort des populations africaines.

Attaqués en diffamation par le Président Obiang pour son rapport « Biens mal acquis. A qui profite le crime ? », publié en juin 2009, le CCFD-Terre Solidaire et les co-auteurs du rapport Antoine Dulin et Jean Merckaert comptent bien démontrer le bienfondé de ses accusations. Lors de l’audience programmée le 24 juin 2011 à 13h30, à la 17ème chambre du Tribunal de grande instance de Paris, le CCFD-Terre Solidaire aura l’occasion d’expliquer devant la justice les mécanismes du pillage des ressources équato-guinéennes et de réviser à la hausse l’estimation du patrimoine détourné par la famille Obiang.
 
Contacts :
Véronique de La Martinière : 01 44 82 80 64 - 06 07 77 05 80
Mathilde Dupré : 07 61 70 91 21


Note à l’attention des rédactions sur les 7 passages incriminés dans le rapport (pp 90-93) :

  • « Teodoro Obiang Nguema est à la tête de la Guinée équatoriale depuis 1979, où il a instauré un véritable régime autoritaire. »
  • « (...) la fortune amassée par le clan Obiang en Guinée équatoriale est estimée entre 500 et 700 millions $, alors même qu’il [le président] est toujours au pouvoir. »
  • « Cet enrichissement proviendrait du détournement de la rente pétrolière »
  • « 80% du revenu national serait monopolisé pas l’oligarchie »
  • « (...) T. Obiang bénéficiait au premier chef de la rente pétrolière. »
  • « Le dictateur guinéen et dix membres de sa famille sont accusés d’avoir blanchi, entre 2000 et 2003, environ 26,5 millions de dollars en achat immobiliers, via un compte au Banco Santander de Madrid. »
  • « (...) le dictateur équato-guinéen aurait aussi acquis un hôtel particulier avenue Foch ».

S’informer

19 juin 2017

Procès Obiang : Retour sur l’affaire des "Biens mal acquis"

Le fils du président guinéen, l’Equato-Guinéen Teodorin Obiang, doit être jugé à Paris du 19 juin au 6 juillet 2017 dans le premier procès des (...)

3 mai 2017

Tchad – Demande de libération immédiate pour les deux activistes torturés pendant leur détention en secret

Les autorités tchadiennes doivent immédiatement libérer deux activistes de la société civile qui ont été torturés pendant leur détention en (...)

29 janvier 2016

Déclaration de Ouagadougou sur l’alternance démocratique

Réunis à Ouagadougou du 25 au 29 janvier 2016 pour échanger et se mobiliser autour de l’alternance démocratique en Afrique, une (...)

Nos projets

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

21 août 2017 Kuchub’al

Au Guatemala, les petits producteurs s’émancipent (témoignage)

La communauté La Florida au Guatemala produit du chocolat, du café et de nombreux produits agricoles. Après avoir conquis leurs terres, (...)

16 août 2017 FEDINA (Foundation For Educational Innovations in Asia)

Karnataka : Les peuples de la forêt défendent leurs droits

300 - Juillet-Août

En Inde, les populations tribales du Karnataka sont expulsées des forêts où elles vivent depuis plusieurs décennies. Des milliers de (...)