Publié le 12 juin 2013

Notre méthodologie de travail pour cette enquête

Quelles entreprises ? Nous avons retenu les 50 premières entreprises européennes (sauf Russie) cotées en bourse, par chiffre d’affaires. Nous avons donc exclu de l’étude les entreprises non cotées (certaines sont des géants, comme le suisse Vitol qui appartient au Top 10 mondial, Bosch, Ikea ou Auchan). Le chiffre d’affaires est pondéré sur les années 2009, 2010 et 2011 (source : Fortune - pour Glencore, seule l’année 2012 est disponible). L’adoption d’autres paramètres – le bénéfice, les actif, la valeur marchande – n’aurait fait varier le classement que très légèrement (cf. celui effectué par Forbes). Cependant l’unique critère de la capitalisation boursière conduirait à étudier d’autres groupes (Sanofi, LVMH, L’Oréal ou Danone). Le chiffre d’affaires nous a paru mieux refléter la réalité économique actuelle des entreprises. Enfin, depuis 2010, la liste des 50 plus grands groupes a subi quelques évolutions : Nokia, Saint-Gobain, Thyssenkrupp, UBS, Unicrédit et Robert Bosch (non coté) sont sortis de notre échantillon, tandis que Banco Santander, BPCE, CNP Assurance, Glencore, Prudential et Zurich Financial Services font leur entrée. Pour la partie de notre rapport traitant des évolutions depuis notre rapport « L’Economie déboussolée » en 2010, nous avons donc travaillé sur l’ancienne liste des 50 plus grands groupes identifiés.

Quelle liste de paradis fiscaux ? Il n’existe pas une liste officielle qui fasse consensus. Le Gafi, l’OCDE ou le Forum de stabilité financière sont des organismes interétatiques contraints de tenir compte de considérations diplomatiques. Nous avons adopté, comme pour notre rapport « l’Economie déboussolée » en 2010, la liste établie en 2009 par le Tax Justice Network. TJN a retenu 60 territoires qui avaient été identifiés comme paradis fiscaux au moins deux fois dans une quinzaine de listes produites par les organisations et les auteurs spécialisés depuis les années 1970. TJN évalue, selon une batterie de 15 critères très précis, le degré d’opacité de chacun de ces territoires. Nous nous référons dans cette étude à la dernière évaluation disponible du degré d’opacité, qui date de 2011.

Qu’en est-il des États-Unis, du Royaume-Uni, de la Malaisie et du Portugal ? Ces quatre pays figurent sur la liste de TJN, le premier du fait de certains de ses États (Nevada, Wyoming et surtout Delaware), les trois autres, respectivement, à cause de la City de Londres, des îles de Labuan et Madère. Mais prendre en compte l’intégralité des filiales anglaises, américaines, malaises et portugaises des groupes européens aurait biaisé notre panorama. L’imprécision des données fournies par les multinationales nous mettant dans l’impossibilité d’isoler les filiales détenues spécifiquement à Londres ou Madère, nous avons renoncé à rendre compte de la présence outre-manche et au Portugal. Ce choix tend à minorer notre évaluation globale de la présence dans les paradis fiscaux – à titre d’exemple, Deutsche Bank détient à elle seule 118 filiales à Londres. Concernant les États-Unis et la Malaisie, nous n’en avons dénombré les filiales que lorsque la localisation au Delaware et à Labuan était précisée. Ce choix diffère quelque peu de celui opéré en 2010 (nous avions exclu USA et Royaume-Uni et retenu intégralement Malaisie et Portugal). Toutes les évolutions entre 2009 et 2012 ont donc été chiffrées en excluant le Delaware et en faisant l’hypothèse d’un statu quo pour le Portugal et la Malaisie.

D’où viennent les données ? Elles émanent uniquement de sources publiques produites par les entreprises elles-mêmes : rapports financiers et annexes, documents de référence publiés en 2013 sur l’exercice 2012 à l’attention du régulateur boursier américain ou du registre du commerce britannique (Companies House). Toutes ces sources sont disponibles en ligne ou sur simple demande (moyennant une livre sterling pour chaque document britannique). Pour BMW, nous avons retenu les données 2010, beaucoup plus complètes que celles de 2012.

Comment avons-nous comptabilisé les filiales ? Nous utilisons dans cette étude le terme générique de filiale pour toutes les entités incluses dans le périmètre de consolidation des comptes (filiales, entreprises associées, etc.). Pour calculer leur nombre dans les paradis fiscaux, nous avons comme en 2010 exclu celles du pays d’implantation du siège, bien que le choix de l’implantation puisse répondre à des considérations fiscales. A noter que dans le petit nombre de cas où un nom de ville sans indication de pays prêtait à confusion (Dover est à la fois une ville américaine du Delaware et une ville anglaise, Hamilton est la capitale des Bermudes et une ville canadienne), nous avons considéré par défaut que la filiale était dans un paradis fiscal. Pour le groupe Total, l’absence complète d’information quant à la localisation des filiales nous a amenés à adopter une méthode exclusivement déductive. Pour les groupes qui ne publient la liste que d’un petit nombre de leurs filiales (Total, Statoil, France Télécom…), nous avons calculé le pourcentage de filiales étrangères dans les paradis fiscaux à partir de ces listes. Enfin, notons que la qualité et la quantité de l’information produite par les entreprises a bien sûr un impact sur les résultats et doit amener à une certaine modestie à l’heure d’en tirer les enseignements : une entreprise peut voir son nombre (parfois son pourcentage) de filiales offshore augmenter simplement parce qu’elle est plus transparente que par le passé. Et inversement.

Nos projets

20 novembre 2014 Banco Palmas

Brésil, une banque communautaire prospère

Créée en 1998 dans une favela de Fortaleza, au nord-est du Brésil, la banque communautaire Palmas soutenue par le CCFD-Terre Solidaire est (...)

12 mai 2014 Bénédicte Fiquet

Inde : Le coût du développement, l’exemple du Tamil Nadu

FDM n°277

Classé dans le pool des États les plus puissants économiquement du pays, le Tamil Nadu est un laboratoire du développement à l’indienne : (...)

19 octobre 2012 Focus on the Global South

Pour qu’émerge en Asie un autre modèle de développement économique

Fondée par Walden Bello, à qui l’on doit le concept de "démondialisation", Focus on the Global South agit au niveau de l’ensemble du (...)

S’informer

27 septembre 2016

Loi Sapin 2 : la dernière chance pour mettre fin à l’opacité

Le projet de loi relatif à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, ou « Loi Sapin 2 », (...)

22 septembre 2016

Evasion fiscale : l’Assemblée nationale perd-elle une autre occasion d’avancer vers la transparence ?

La publication des « Bahamas leaks » mercredi 21 septembre 2016, l’ouverture d’une enquête de la Commission européenne à l’encontre d’Engie (...)

25 juillet 2016

Le CCFD-Terre Solidaire contre l’évasion fiscale, s’associe aux Jours.fr

En partenariat avec le nouveau site d’information indépendant Les Jours.fr, le CCFD-Terre Solidaire poursuit sa lutte contre l’évasion (...)