Publié le 12.11.2008 • Mis à jour le 09.07.2012

Pour l’intégration des pays du Sud dans la nouvelle architecture financière mondiale.

Novembre 2008

Aujourd’hui à Bruxelles, les seize organisations catholiques pour le développement réunies dans la CIDSE ont appelé à une plus forte intégration des pays du Sud dans la nouvelle architecture financière mondiale.
La veille, le Conseil européen des affaires générales et des relations extérieures a fait preuve d’une méconnaissance de la menace massive que fait peser la crise financière sur les pays en voie de développement.

« Nous sommes effarés que l’Union européenne nie l’évidence : les pays les moins développés, qui courent un risque vital, ont besoin de prendre une part active dans la construction de la nouvelle architecture financière mondiale alors même que le sommet de Doha constitue un authentique forum pour parvenir à un accord sur son édification », a souligné René Grotenhuis, président de la CIDSE.
Antoine Malafosse, délégué général du Comité catholique contre la faim et pour le développement, a souligné : « La nouvelle architecture mondiale doit être plus efficace, plus légitime, plus ouverte et plus juste. En tant que organisations catholiques pour le développement, nous exhortons l’Unoin européenne à s’assurer que le traitement de lutte contre la crise financière, y compris contre ses conséquences à l’égard des pays les plus pauvres, soit initié à Doha et non lors de la tenue d’un club fermé à Washington. »

Rappelons en effet que, du 29 novembre au 2 décembre prochains, se tiendra à Doha, au Qatar, la conférence de développement sur la mise en oeuvre des 15 objectifs du millénaire pour 2015. D’ici là, les pays membres du G 20* se réuniront samedi 15 novembre pour convenir ensemble de nouvelles règles pour la finance internationale.
Le plus frappés par la crise, les pays les plus pauvres sont exclus de ces négociations. Les évasions fiscales coûtent au pays en développement 500 milliards de dollars par an.
« Dans sa position à l’égard de Doha, l’Union européenne a laissé passer l’occasion de s’engager à combattre les paradis fisccaux qui sont hébergés dans des juridictions associées à des états membres et qui sapent la capacité des pays en développement à lever des ressources nationales », a conclut Bernd Nilles, secrétaire général de la CIDSE.

 

* G 20 : Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni et Russie (G8) plus Arabie saoudite, Afrique du sud, Argentine, Australie, Brésil, Chine, Corée du sud, Inde, Indonésie, Japon, Mexique et Turquie.

Lisez le communiqué de la Cidse.

S’informer

29 septembre 2016

Evasion fiscale : les députés renoncent à une transparence efficace

Aujourd’hui en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, dans le cadre de l’examen de la loi Sapin 2, les députés ont confirmé leur vote en (...)

27 septembre 2016

Loi Sapin 2 : la dernière chance pour mettre fin à l’opacité

Le projet de loi relatif à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, ou « Loi Sapin 2 », (...)

22 septembre 2016

Evasion fiscale : l’Assemblée nationale perd-elle une autre occasion d’avancer vers la transparence ?

La publication des « Bahamas leaks » mercredi 21 septembre 2016, l’ouverture d’une enquête de la Commission européenne à l’encontre d’Engie (...)

Nos projets

20 novembre 2014 Banco Palmas

Brésil, une banque communautaire prospère

Créée en 1998 dans une favela de Fortaleza, au nord-est du Brésil, la banque communautaire Palmas soutenue par le CCFD-Terre Solidaire est (...)

12 mai 2014 Bénédicte Fiquet

Inde : Le coût du développement, l’exemple du Tamil Nadu

FDM n°277

Classé dans le pool des États les plus puissants économiquement du pays, le Tamil Nadu est un laboratoire du développement à l’indienne : (...)

19 octobre 2012 Focus on the Global South

Pour qu’émerge en Asie un autre modèle de développement économique

Fondée par Walden Bello, à qui l’on doit le concept de "démondialisation", Focus on the Global South agit au niveau de l’ensemble du (...)