Publié le 7 décembre 2010

Mettre l’argent de (l’autre) côté : une épargne précieuse mais voyageuse

Derrière le mot d’ordre de la libre circulation des capitaux, il y a l’idée d’une allocation optimale de l’épargne, au service d’investissements productifs. Les chiffres de l’épargne privée racontent une toute autre histoire. Au cœur de la duperie : les paradis fiscaux.

La Chine et ses 2 200 milliards d’euros de réserves donnent le tournis aux grands argentiers. Toutefois, ramenée au nombre d’habitants, cette épargne ne représente que 1 454 euros par habitant. Un chiffre sans commune mesure avec les 2,8 millions d’euros – l’équivalent de 110 années de SMIC [1] – thésaurisés, à en croire les statistiques, par chaque habitant de Jersey [2], qui épargnerait lui-même 60 fois plus qu’un Suisse et 1 035 fois plus qu’un Français [3]. Compte tenu des fonds stockés, les habitants de Jersey devraient donc avoir un rôle moteur dans la croissance de l’économie mondiale : selon les théoriciens libéraux, l’épargne doit en effet être systématiquement encouragée car les sommes ainsi disponibles favorisent l’octroi de crédits bon marché, sources de dynamisme économique.

« Développer l’épargne et s’assurer qu’elle est orientée vers des investissements productifs est essentiel pour la croissance économique ».
Département des affaires économiques
et sociales des Nations unies [4]

La réalité est toutefois autrement plus complexe : la fortune déposée à Jersey n’est évidemment pas celle des Jersiais, en majorité, mais celle de riches particuliers étrangers auxquels des banques ou autres intermédiaires auront conseillé de faire fructifier leur fortune là. Avec Londres, Jersey et Guernesey, le Royaume-Uni pèse 24 % du « private banking » au plan mondial. La championne en gestion de fortune offshore reste toutefois la Suisse (27 % des actifs gérés). Viennent ensuite le Luxembourg (14 %), les Caraïbes (12 %), Singapour (7 %), les États-Unis (7 %) et Hong-Kong (6 %). [5] À partir des études de la Banque des Règlements Internationaux (BRI), du Boston Consulting Group et du département Recherche du groupe McKinsey, le Tax Justice Network estime que 9,2 trillons d’euros de dépôts sont détenus offshore. [6]

PNG - 64.9 ko
Parts de marché du Private Banking offshore

Ces paradis fiscaux privent aussi de leur épargne les
pays en développement, car les personnes fortunées d’Amérique latine et d’Afrique préfèrent souvent placer leurs économies à l’étranger [7]. La moitié de la fortune des riches Latino-Américains serait ainsi déposée dans des banques offshore [8]. En 2001, le Brésil a vu s’envoler 4 milliards de dollars, rien que vers les Bahamas et les Îles Caïmans [9]. La proportion des capitaux qui fuient pourrait même être supérieure concernant l’Afrique. Global Financial Integrity, think tank américain animé par Raymond Baker, estime que les sorties illicites de capitaux africains, évasion fiscale et corruption comprises, ont représenté 1 440 milliards d’euros (36 milliards par an en moyenne) au cours des quatre dernières décennies, une tendance qui s’accélère pour dépasser les 140 milliards d’euros par an en 2007 et 2008 [10]. Dans les années 1960, c’est notamment pour pallier le déficit d’épargne intérieure des pays alors dits du « tiers-monde » que l’aide au développement a été inventée et l’objectif des 0,7 % du PIB, fixé. Triste retour de l’Histoire : la seule part illicite des capitaux qui fuient l’Afrique dépasse de loin l’aide que cette dernière reçoit de l’étranger.

Résultats : l’épargne volatilisée n’est que rarement réinvestie sur place. Faute de liquidités, les banques locales pratiquent des taux d’intérêt élevés, entre 23 % et 25 % au Ghana par exemple [11], et peinent à se développer : il existe moins d’une agence pour 100 000 habitants en Éthiopie, en Ouganda ou encore en Tanzanie...

[1Salaire minimum en France.

[2calculs faits à partir de Jersey Fact Sheet, Tax Justice Network.

[3Calculs faits à partir de :
J. Accardo et alii. « Les inégalités entre ménages dans les comptes nationaux, une décomposition du compte des ménages », L’Économie Française 2009, INSEE, p. 78. Chiffres de 2003.

[4Rapport 2005, Mobiliser
les ressources financières nationales pour le développement.

[5Chiffres issus du site internet : www.gardinerfinance.com/fr/

[6R. Murphy, J. Christensen et J. Kemmis, Taxez nous si vous pouvez, Tax Justice Network, p. 18, août 2005.

[7D’autres raisons que
fiscales peuvent les y inciter, dont la situation politique ou la fragilité du système bancaire.

[8oston Consulting Group,
2003, Global Wealth Report

[9F. E. Stiftung, “Money Laundering and Tax Havens : the Hidden Billions for Development”, Occasional Paper n°3, mars 2003.

[10Notre calcul selon D. Kar et D. Cartwright-Smith, 2010, “Illicit Financial Flows from Africa : Hidden Resource for Development”, Global Financial Integrity.

[11Nations unies, 2008,
Renforcer l’épargne intérieure en Afrique, Afrique renouveau, vol. 22.3, pp. 12-18. http://www.un.org/french/ecosocdev/geninfo/afrec/vol22no3/223-epargne.html

Nos projets

4 février 2016 Jean-Claude Gerez

Pérou : La mine empoisonne la vie des paysans andins

FDM n°290

Classé parmi les principaux pays producteurs mondiaux d’argent, de cuivre et de zinc, le Pérou n’hésite pas à bafouer les droits des (...)

20 novembre 2014 Banco Palmas

Brésil, une banque communautaire prospère

Créée en 1998 dans une favela de Fortaleza, au nord-est du Brésil, la banque communautaire Palmas soutenue par le CCFD-Terre Solidaire est (...)

12 mai 2014 Bénédicte Fiquet

Inde : Le coût du développement, l’exemple du Tamil Nadu

FDM n°277

Classé dans le pool des États les plus puissants économiquement du pays, le Tamil Nadu est un laboratoire du développement à l’indienne : (...)

S’informer

1er octobre 2016

Le CCFD-Terre Solidaire contre l’évasion fiscale, s’associe aux Jours.fr

Toujours en partenariat avec le site d’information indépendant Les Jours.fr, le CCFD-Terre Solidaire poursuit sa lutte contre l’évasion (...)

29 septembre 2016

Evasion fiscale : les députés renoncent à une transparence efficace

Aujourd’hui en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, dans le cadre de l’examen de la loi Sapin 2, les députés ont confirmé leur vote en (...)

27 septembre 2016

Loi Sapin 2 : la dernière chance pour mettre fin à l’opacité

Le projet de loi relatif à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, ou « Loi Sapin 2 », (...)