Un avenir sans faim

Publié le 04.04.2014

Remaniement ministériel : une victoire de la diplomatie économique sur la solidarité internationale ?

A l’heure où la France se dote d’un nouveau gouvernement, le CCFD-Terre solidaire rappelle que la solidarité internationale doit rester une préoccupation majeure des nouveaux ministres et du premier Ministre.

En effet, face à une crise sociale, environnementale, économique inédite, il est plus que jamais essentiel de ne pas opposer solidarité nationale et internationale : la justice sociale doit trouver un écho partout dans le monde et le respect des droits humains doit passer avant les intérêts économiques.

Or, la configuration du nouveau gouvernement semble donner la priorité absolue à la diplomatie économique dans la politique internationale de la France. Selon Laurent Fabius, cette stratégie vise à « mobiliser le réseau diplomatique français, son influence et ses outils au service des intérêts économiques français" – au risque de la détourner des enjeux de lutte contre la pauvreté, les inégalités et de transition sociale, économique et environnementale. Le rattachement du commerce extérieur au Ministère des Affaires étrangères met ainsi tout l’appareil des relations étrangères au service des acteurs privés.
« La politique étrangère de la France ne saurait se réduire à l’objectif défini par le ministre de faire gagner la France dans la mondialisation et prendre ainsi le risque de sacrifier la promotion des droits humains, de la démocratie et du développement, notamment dans les pays les plus pauvres », indique Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre solidaire.

Face à un tel discours, le CCFD-Terre Solidaire est très préoccupé par la place accordée au développement au sein du prochain gouvernement. Au moment où la loi d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale est débattue, nous ne comprenons pas que le ministre du Développement disparaisse et soit remplacé par un simple secrétaire d’Etat. Un tel choix envoie un signal très négatif aux citoyens français, à nos interlocuteurs internationaux, ainsi qu’aux populations des pays du Sud bénéficiant de l’aide française.
Par ailleurs, le CCFD-Terre solidaire avait interpellé à plusieurs reprises Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, sur les droits des migrants et des populations Roms. Le CCFD-Terre solidaire restera particulièrement vigilant dans les prochains mois à l’action du gouvernement sur ces questions, en veillant notamment à la mise en œuvre d’une politique migratoire plus respectueuse de la dignité et du droit des migrants.

Contact presse : Karine Appy, 01 44 82 80 67 / 06 66 12 33 02

S’informer

15 septembre 2017

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

12 juillet 2017

Coupe budgétaire sur l’aide publique au développement

Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé le 11 juillet, dans le cadre d’un plan destiné à dégager 4,5 (...)

22 juin 2017

Remaniement ministériel : la confusion persiste sur la place accordée à la solidarité internationale

Après l’annonce de la composition du nouveau gouvernement français, mercredi 21 juin, le CCFD-Terre Solidaire, première ONG française de (...)

Nos projets

12 juillet 2017 Nafso

Sri Lanka : appuyer les pêcheurs face à l’accaparement du littoral

Développer le pays. Si le mot d’ordre du gouvernement sri lankais parait louable, les bénéfices de cette politique restent trop souvent (...)

12 juillet 2017 Nafso

Sri Lanka : aider les personnes déplacées par la guerre, en particulier les veuves

Après des années d’un long conflit meurtrier, l’association sri lankaise Nafso accompagne le retour des personnes déplacées par la guerre, (...)