Noël contre la faim

Publié le 7 mai 2013

Recommandations

La France doit aujourd’hui aligner sa législation au nouveau cadre des Nations Unies, en mettant en œuvre une législation visant à remplir son devoir de protéger les droits humains des impacts potentiels de ses ENT partout où elles agissent et à rendre effective l’obligation de diligence raisonnable en matière de droits de l’Homme.

Instaurer un régime de responsabilité (en droit civil et/ou pénal) encadrant la relation entre les maisons mères et leurs filiales et sous-traitants.

Pour agir concrètement, il est essentiel d’adapter le droit des sociétés aux nouveaux enjeux d’un monde mondialisé, en levant la séparation juridique entre la maison mère et ses filiales et sous-traitants en cas d’abus vis-à-vis des droits humains ou de l’environnement. Une première étape incontournable pour que l’État remplisse son devoir de protection et que les multinationales agissent de manière responsable.

Développer l’exemplarité de l’État en instaurant des conditionnalités d’accès aux financements publics pour les entreprises françaises, notamment au sein de la COFACE et de la branche financière du Groupe AFD.

Garantir que les fonds publics ne soient ni à l’origine de violations des droits de l’Homme, ni des droits des travailleurs, ni de l’environnement, en obligeant les entreprises bénéficiaires de subventions et/ou de capitaux publics à entreprendre des procédures de diligence raisonnable en matière de droits humains.

Lever les obstacles à l’accès à la justice en France pour les victimes des pays non-européens, par exemple, en inversant la charge de la preuve et en introduisant dans le droit national la possibilité d’action de groupe (action de classe), permettant ainsi à un ou plusieurs demandeurs d’intenter une action en justice au bénéfice d’un groupe de personnes.

Si un projet de loi est en préparation aujourd’hui, il est nécessaire que la loi élargisse les champs de l’action de groupe à tout le contentieux civil (voir pénal). Par souci, d’égalité entre les citoyens et en vertu du principe constitutionnel d’égal accès au juge, toute personne victime d’un fait générateur unique est susceptible d’engager une action de classe. Il est essentiel que la procédure soit élargie aux personnes de nationalité étrangère ou ne résidant pas en France mais victime d’une personne physique ou morale dont la résidence / siège social se situe en France.

Nos projets

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

11 juillet 2016 Centre Bartolomé de las Casas , CooperAcción

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes, en images

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

S’informer

30 novembre 2016

Devoir de vigilance des multinationales : un pas de plus vers l’adoption définitive de la loi

Le 29 novembre 2016, les députés ont adopté en nouvelle lecture, la proposition de loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et (...)

30 novembre 2016

Union européenne : l’accord sur les « minerais du conflit » conclu mais insuffisant

Les institutions européennes ont conclu, le 22 novembre 2016 à Bruxelles, les négociations relatives à une législation sur les « minerais (...)

21 octobre 2016

Au Pérou, la répression policière fait une nouvelle victime dans une zone minière

Le 14 octobre 2016, un quatrième paysan a perdu la vie dans le cadre du conflit social qui oppose la population locale au plus grand (...)