Noël contre la faim

Publié le 18.11.2014 • Mis à jour le 18.11.2014

Multinationales : le CCFD-Terre Solidaire salue l’annonce de M. Valls

Ce 17 novembre 2014, le Premier Ministre s’est déclaré favorable à la proposition de loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre déposée il y a un an à l’Assemblée nationale par les groupes parlementaires de la majorité. Avec l’adoption de cette loi, la France montrerait la voie d’une mondialisation mieux régulée et respectueuse des droits humains. Il revient désormais aux députés de programmer au plus vite l’examen de ce texte.

C’est à l’issue du colloque « La RSE en actes », au Conseil économique social et environnemental (CESE), que Manuel Valls, en réponse aux questions des journalistes, a fait cette annonce. Il encourage les députés selon une dépêche de l’agence AEF, à mettre ce texte à l’ordre du jour des travaux parlementaires.

Cette proposition de loi vise à instaurer une obligation de vigilance pour les multinationales en matière de respect des droits humains afin de prévenir les violations directement générées par les activités de leurs filiales ou dans leurs chaînes d’approvisionnement. En cas de manquement, elle permettrait aux victimes d’accéder à la justice et de demander des comptes aux entreprises mères et aux donneuses d’ordre afin d’obtenir réparation.

Ce texte est réclamé de longue date par le CCFD-Terre Solidaire, notamment dans le cadre de sa campagne « Des multinationales hors jeu », et ses alliés (en particulier Sherpa, Amnesty International, le collectif Ethique sur l’Etiquette, Peuples Solidaires, les Amis de la Terre), pour prévenir les drames humains et les catastrophes environnementales provoqués, dans les pays pauvres, par certaines multinationales sans qu’elles n’aient jamais à en répondre. Son adoption permettrait, par exemple, d’éviter des drames comme celui du Rana Plaza au Bangladesh, d’améliorer les conditions de vie aux abords des sites d’extraction pétrolière à Muanda en RDC et d’empêcher le recours au travail forcé dans la filière crevette en Thaïlande.

Avec l’adoption d’une telle loi, la France serait la première à inscrire concrètement sa législation dans le cadre des principes directeurs relatifs aux droits de l’Homme et aux sociétés transnationales adoptés par les Nations Unies en 2011.

« En anticipant sur une règle en passe de devenir un standard contraignant au plan international, cette mesure donnerait une longueur d’avance aux entreprises françaises, qui pourraient en tirer bénéfice en termes d’image et de réputation » , déclare Mathilde Dupré, chargée de plaidoyer RSE au CCFD-Terre Solidaire.

Le CCFD-Terre Solidaire salue le travail des députés du cercle de réflexion parlementaire pour la responsabilité sociétale des multinationales, qui mènent sans relâche cette bataille pour l’encadrement des activités des entreprises multinationales et le respect des droits humains.

« Par le soutien qu’il apporte à cette proposition de loi, Manuel Valls donne enfin de la substance au pacte de responsabilité et prend un engagement majeur pour mettre fin à la négligence et à l’impunité des multinationales qui bafouent les droits », estime Mathilde Dupré. « Il appartient désormais aux députés, forts de ce soutien du Premier Ministre, de programmer l’examen du texte et de mobiliser une majorité favorable ».

Contact presse : Karine Appy, 06 66 12 33 02 - 01 44 82 80 67

Notes aux rédactions :

- Le 6 novembre 2013 deux propositions de loi, au contenu similaire, instaurant un devoir de vigilance des entreprises donneuses d’ordre à l’égard de leurs filiales et sous-traitants ont été déposées par les groupes Socialiste, républicain et citoyen (PPL SRC) et écologiste (PPL EELV). Puis le groupe Radical, républicain, démocrate et progressiste (PPL RRDP) a déposé le même texte le 13 février 2014, suivi par le groupe Gauche démocrate et républicaine (PPL GDR), le 29 avril 2014.

- Interpellés notamment par le CCFD-Terre Solidaire et par d’autres organisations du Forum citoyen pour la RSE, dans le cadre de sa campagne Pacte pour une terre Solidaire, en 2012 :

François Hollande a déclaré le 12 avril 2012, dans un courrier à Amnesty International France : « Je souhaite que soient traduits dans la loi les principes de responsabilité des maisons-mères vis-à-vis des agissements de leurs filiales à l’étranger lorsqu’ils provoquent des dommages environnementaux et sanitaires. »

65 députés élus se sont engagés pendant leur campagne en faveur de la responsabilité mère filiale.

S’informer

30 novembre 2016

Devoir de vigilance des multinationales : un pas de plus vers l’adoption définitive de la loi

Le 29 novembre 2016, les députés ont adopté en nouvelle lecture, la proposition de loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et (...)

30 novembre 2016

Union européenne : l’accord sur les « minerais du conflit » conclu mais insuffisant

Les institutions européennes ont conclu, le 22 novembre 2016 à Bruxelles, les négociations relatives à une législation sur les « minerais (...)

21 octobre 2016

Au Pérou, la répression policière fait une nouvelle victime dans une zone minière

Le 14 octobre 2016, un quatrième paysan a perdu la vie dans le cadre du conflit social qui oppose la population locale au plus grand (...)

Nos projets

11 juillet 2016 Centre Bartolomé de las Casas , CooperAcción

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes, en images

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

11 mars 2016 CAAAP

Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits

Chercheur au sein du Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) – soutenu par le CCFD-Terre Solidaire – Manuel (...)

4 février 2016 Jean-Claude Gerez

Pérou : La mine empoisonne la vie des paysans andins

FDM n°290

Classé parmi les principaux pays producteurs mondiaux d’argent, de cuivre et de zinc, le Pérou n’hésite pas à bafouer les droits des (...)