"

Publié le 10.09.2010 • Mis à jour le 28.03.2013

Réactions au Rapport de la Banque mondiale

Réactions du CCFD-Terre solidaire, de Peuples solidaires en association avec ActionAid et d’Oxfam France au Rapport de la Banque mondiale

"Avec ce rapport, la Banque mondiale montre qu’elle a pris conscience de l’ampleur du phénomène d’accaparement des terres. Elle souligne à juste titre les nombreux impacts négatifs qu’ont ces accaparements sur les populations des pays du Sud, en l’absence de cadres réglementaires qui garantissent leurs droits. Mais, dans ses recommandations, elle continue d’encourager ces accaparements sans proposer de véritables cadres légaux au niveau national et international, seuls à même de brider les appétits des investisseurs et de garantir le droit de tous, en particulier des femmes, à la nourriture et à la terre’’, Antoine Bouhey, Peuples solidaires en association avec ActionAid.

‘‘La Banque mondiale fait l’impasse dans son rapport sur les questions commerciales, alors même que les accaparements de terre sont favorisés par les traités commerciaux. Les traités commerciaux font primer les droits des investisseurs sur ceux des Etats ou des populations rurales. Or, le Centre International de Règlement des Différents liés aux Investissements (CIRDI), instance d’arbitrage indépendante dans les litiges entre gouvernements et investisseurs privés, favorise régulièrement les investisseurs privés en imposant des amendes colossales - plusieurs dizaines de millions d’Euros - aux Etats lorsqu’ils tentent de réguler les activités des investisseurs étrangers’’, Jean-Denis Crola, Oxfam France.

‘‘En octobre prochain, le Conseil de la Sécurité Alimentaire réunira, pour la première fois depuis sa réforme, les organisations internationales, les Etats et la société civile pour se pencher notamment sur la question des accaparements de terres et faire des propositions sur la réglementation foncière dans les pays du Sud. C’est dans ce cadre - sous l’égide des Nations Unies, qui fait du droit à l’alimentation une priorité - que toutes les initiatives liées à cette question doivent être débattues, y compris le rapport de la Banque mondiale’’, Ambroise Mazal, CCFD-Terre solidaire.

Note aux rédactions :
Lire le rapport de la Banque mondiale : "Rising global interest in farmland - Can it yield sustainable and equitable benefits ?"

Contact presse
Véronique de La Martinière 01 44 82 80 64

S’informer

22 septembre 2016

Monsanto sur le banc des accusés d’un tribunal international

294- juillet/août 2016

Afin d’ouvrir l’accès à la justice aux victimes de l’agrobusiness et de lutter contre l’impunité des multinationales, des figures de la (...)

7 juin 2016

NASAN et nutrition en Afrique : signal d’alarme des parlementaires européens

Aujourd’hui à Strasbourg, le Parlement européen a voté une résolution sur la Nouvelle Alliance du G8 pour la Sécurité Alimentaire et la (...)

8 avril 2016

Afrique de l’Ouest, une caravane pour peser sur les politiques régionales

Pendant près d’un mois, plusieurs centaines de militants issus de douze pays d’Afrique de l’Ouest ont parcouru par étapes le trajet de (...)

Nos projets

4 mai 2016 ADHOC

Droits humains au Cambodge, le travail des ONGs sous pression

Partenaire depuis une vingtaine d’années du CCFD-Terre Solidaire, l’association pour les droits de l’Homme et le développement au Cambodge (...)

11 mars 2016 CAAAP

Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits

Chercheur au sein du Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) – soutenu par le CCFD-Terre Solidaire – Manuel (...)

14 août 2015 Institut de Dayakologie

A Bornéo, les Dayaks font face à la crise écologique

Lutter contre les effets du changement climatique et de la déforestation dans une démarche de réappropriation des savoir-faire (...)