Publié le 08.04.2016 • Mis à jour le 15.06.2016

Afrique de l’Ouest, une caravane pour peser sur les politiques régionales

Pendant près d’un mois, plusieurs centaines de militants issus de douze pays d’Afrique de l’Ouest ont parcouru par étapes le trajet de Ouagadougou à Dakar pour dénoncer l’accaparement des ressources naturelles, et jeter les bases d’un mouvement de défense pour la souveraineté alimentaire.

Au bout du périple, il y avait la perspective de rencontrer Macky Sall, président du Sénégal mais aussi de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), afin de lui remettre un « Livret vert » de revendications et de propositions. Cette rencontre a finalement été refusée. Pas de marque de désintérêt, affirment les organisateurs, mais plutôt la coïncidence mal évaluée entre la date d’arrivée du groupe à Dakar et l’imminence d’un délicat référendum sur la réduction de la durée du mandat présidentiel sénégalais : tout le gouvernement était en campagne.

Cette opération d’envergure a mobilisé quelque 300 organisations de quinze pays de la sous-région [1] dont les délégations se sont agrégées à mesure que la caravane passait à proximité [2], totalisant près de 400 participants dont plusieurs partenaires du CCFD-Terre Solidaire.

« Nous partageons les mêmes types de problèmes, ce qui justifie de faire front ensemble », résume Massa Koné pour la Convergence malienne contre l’accaparement des terres (CMAT).

L’accaparement des terres

En particulier, le phénomène de l’accaparement des terres s’est généralisé. À Wassadou en Casamance (Sénégal), Gilbert Khayat, un investisseur exhibe un jour un titre foncier établit à l’époque de ses ancêtres libanais et portant sur 3 100 hectares. Conflit, intervention policière, destructions au bulldozer, protestations, emprisonnements et décision de justice finalement défavorable aux populations… Près de 5 000 personnes ont été déplacées ! Des témoignages douloureux recueillis à Tambacounda par la caravane, qui a transmis ses protestations à la présidence de la République dans l’espoir de voir résolu ce conflit.

Cependant, ces gros scandales emblématiques masquent souvent des dizaines de spoliations plus discrètes, jusqu’en zone semi-urbaine ou urbaine où des populations entières sont chassées par des promoteurs qui veulent faire construire des lotissements. Céline Kaboré témoigne du « déguerpissement » dont elle a été victime en périphérie de Ouagadougou, comme des centaines de foyers. Le phénomène se reproduit dans d’autres capitales, et mobilise même… "l’Association de défense des droits des aide-ménagères et domestiques", présente au Burkina Faso, au Mali, au Bénin et au Togo. Effet secondaire de l’accaparement des terres rurales, les villageois dépossédés envoient leurs filles en ville pour s’employer auprès de familles aisées. Les violations du droit du travail et les exactions ne sont pas rares. Certaines jeunes filles subissent même un quasi esclavage.

L’accès à l’eau

L’accès à l’eau, préoccupation permanente des zones sahéliennes, a peu été abordé en tant que telle : elle est systématiquement associée aux accaparements de terre — comment cultiver sans eau ? À Kayes, étape frontière avec le Sénégal, Ouzmane Diallo, jeune militant du Comité malien de la défense de l’eau et de l’assainissement, livre cependant un plaidoyer très contemporain sur la non-marchandisation de l’eau face à la privatisation menée par les multinationales.

Diaporama

Caravane_1 Caravane_3 Caravane_4 Caravane_2 Caravane_5 Caravane_6 Caravane_7 Caravane_9 Caravane_10 Caravane_11

Semences et OGM

La menace affectant les semences paysannes est en revanche identifiée de plus fraîche date. Le professeur Ousmane Tiendrebeogo apporte une nouvelle encourageante : le Burkina Faso, pionnier régional dans l’expérimentation du coton Bt de Monsanto (depuis 2003), semble officiellement admettre le fiasco — besoins accrus de pesticides, pollution, paupérisation des paysans, chute de la cote marchande du coton burkinabè, etc.

Mais si le rejet des OGM est unanime, « il n’est pas apparent pour tous les caravaniers que les semences "améliorées" promues par les gouvernements sont des hybrides obligeant les paysans à racheter périodiquement des lots », relève Anne Berson, de l’association Bédé à Ségou (Mali).« Et nous ne défendons pas que les semences paysannes restent "locales" et "traditionnelles", elles gagnent au contraire à être échangées pour se renforcer et profiter à d’autres villages, une "pratique historique"  ».

La place des femmes

À Sikasso, au Sud-Est du Mali, des femmes du groupement Cofersa font la démonstration qu’une communauté agricole peut entretenir son patrimoine génétique cultivé, et le petit marché aux semences qu’elles organisent au passage de la caravane suscite un bel engouement.

Plus percutante encore, la revendication féminine, et quasi unanime dans la sous-région, pour l’accès à la propriété de la terre, qui a traversé plusieurs débats de la pérégrination militante. « La terre appartient aux hommes, les femmes peuvent leur louer mais toujours de manière précaire, raconte Tene Kanté avec une véhémence et une poésie communicative. Il n’est pas rare qu’un propriétaire la reprenne quand il constate que les femmes sont parvenues à la mettre en valeur… » Très pugnaces également, les aide-ménagères et domestiques ont interpellé des caravaniers pas toujours au clair sur la justice travailliste et les risques encourus par les jeunes filles.

Impacts et objectifs de la caravane

Progresser collectivement dans la compréhension des problèmes partagés et enrichir la vision commune des solutions : c’était l’un des objectifs d’une caravane spontanément instituée en petite université populaire ambulante, dont il est attendu que les participants partagent les acquis de retour chez eux.

Cependant, c’est l’impact politique qui était recherché au premier rang. « Si tout n’a pas été optimisé, le bilan est réellement satisfaisant », se félicite Moussa Coulibaly, de la Fédération des collectifs d’ONG du Mali (Fecong). Les autorités locales ont largement répondu présent, du Burkina Faso au Sénégal, et la caravane a rencontré à plusieurs reprises des ministres, des élus nationaux et des fonctionnaires de haut rang. À Sikasso, Konimba Sidibé, le ministre de la promotion de l’investissement, renchérit sur les préoccupations du milieu paysan, dont il est issu.

À Bamako, c’est la rue qui s’est chargée de la répercussion politique, par une marche de plus de 1 000 personnes : les caravaniers ont rejoint les « sans-terres » et les « déguerpis » maliens qui tenaient leur 3ème « village » national. Les « dégage ! » adressés aux « mauvais » maires, députés, ministres, gouverneurs, etc., ont moussé dans les médias, provoquant une bouderie généralisée des autorités, absente de la conférence clôturant l’étape de Bamako. « Il n’était pas question de mettre notre langue dans notre poche, ces sujets sont trop graves ! », défend Massa Koné.

A Kayes, le discours de Baba Mahamane Maïga, gouverneur de la région, adhère aux principales revendications des caravaniers. Ovation de la salle. Son rôle, sur ces questions qui ne sont pas de son ressort direct ? «  Faire mon travail, c’est-à-dire influencer la politique nationale à Bamako . » [3]

Un premier tour de bilan a eu lieu à Dakar : c’est un « succès global », expriment les caravaniers. « J’ai été frappé par la parole libérée tout au long de notre trajet, relève Moussa Coulibaly. Cette caravane arrive à son heure, car les gens souffrent vraiment, notre argumentation n’est pas exagérée. » Et les messages sont plutôt bien reçus par les autorités, analyse Chantal Jacovetti, de la CMAT. «  Nous prenons conscience que nous sommes en mesure de peser sur les politiques régionales. Le défi, désormais : rebondir, porter notre Livre vert dans la durée, et développer un plan d’action pour les prochaines échéances.  »

La caravane a d’ores et déjà avalisé le principe de sa reconduction, dans deux ans probablement, ainsi que la mise en place d’une structure de suivi de ses revendications, à l’échelon des pays comme de la sous-région.

Patrick Piro

[1Nigeria, Niger, Bénin, Togo, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Ghana, Mauritanie, Sénégal, Gambie, Liberia, Guinée Konakry, Guinée Bissau, Sierra Leone

[2Guinée Konakry, Guinée Bissau, Sierra Leone n’ont finalement pas pu envoyer de représentants

[3Au nombre de dix seulement, les gouverneurs sont des hauts fonctionnaires de poids au Mali

S’informer

22 septembre 2016

Monsanto sur le banc des accusés d’un tribunal international

294- juillet/août 2016

Afin d’ouvrir l’accès à la justice aux victimes de l’agrobusiness et de lutter contre l’impunité des multinationales, des figures de la (...)

21 septembre 2016

FSM 2016 : expérience réussie pour la délégation du CCFD-Terre Solidaire

Dossier : Forum social mondial

Du 9 au 14 août 2016, le CCFD-Terre Solidaire a rassemblé 130 personnes, dont une grande majorité de jeunes, en amont et pendant le Forum (...)

19 septembre 2016

La France doit demander l’arrêt de la NASAN

Le 19 septembre à New York se tiendra le Conseil de Gouvernance de la Nouvelle alliance du G7 pour la sécurité alimentaire et la nutrition (...)

Nos projets

29 août 2016 CEDAC

Brésil : l’agriculture au service de l’éducation populaire

Acteur historique de l’Éducation Populaire au Brésil, le Centre d’Action Communautaire – partenaire du CCFD-Terre Solidaire – se sert de (...)

15 juin 2016 RNSCM

Nicaragua : Sheila Reyes, au plus près des migrantes

Dans un pays étranglé depuis des années par la crise économique, de nombreux Nicaraguayens ne trouvent d’issue à leur situation personnelle (...)

4 mai 2016 ADHOC

Droits humains au Cambodge, le travail des ONGs sous pression

Partenaire depuis une vingtaine d’années du CCFD-Terre Solidaire, l’association pour les droits de l’Homme et le développement au Cambodge (...)