Un avenir sans faim

Publié le 18 janvier 2011

Etude du CCFD-Terre Solidaire sur les accords de libre-échange de l’UE

Dans un contexte d’enlisement du cycle de négociations de Doha à l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), on peut remarquer la multiplication des accords commerciaux de libre-échange au niveau mondial.

L’Union européenne (UE) n’échappe pas à ce constat et négocie de nombreux accords commerciaux, en particulier avec les pays de l’hémisphère Sud, souvent peu développés. La Commission européenne et les instances dirigeantes de l’UE maintiennent que l’objectif premier de ces accords commerciaux reste le développement, la réduction, et à terme l’éradication, de la pauvreté (Accord de Cotonou, article 1).

Cependant cette dynamique récente en faveur de la libéralisation des marchés du Sud n’est pas sans soulever certaines inquiétudes. Le Parlement européen soulignait en 2006 que « la libéralisation du commerce entre des partenaires inégaux à des fins de développement s’est révélée dans le passé inefficace et même contreproductive ».

L’étude du CCFD-Terre Solidaire vise précisément à analyser les accords de libre-échange de l’UE pour déterminer leur contribution au développement des pays du Sud, sous l’angle particulier de l’agriculture et du droit à l’alimentation. Il est désormais reconnu que l’agriculture est un levier extrêmement efficace pour réduire la pauvreté. Or à ce titre, les accords signés révèlent eux-mêmes la contradiction entre développement et commerce avec l’UE : « les parties reconnaissent que la suppression des obstacles aux échanges entre les parties, telle qu’elle est envisagée dans le présent accord, peut poser de graves problèmes aux consommateurs et producteurs […] présents dans les secteurs agricole, alimentaire et halieutique ».

Au regard de la méconnaissance et des approximations souvent caricaturales qui circulent autour des accords de libre-échange, ce rapport s’attache à expliciter de façon la plus objective possible la teneur des accords signés par les dirigeants européens au nom de la Communauté européenne.

Les effets des accords de libre-échange européens sont formulés comme des pistes de travail proposées aux acteurs de la société civile et aux décideurs politiques.

Il ne s’agit pas d’une étude d’impact à proprement parler mais plutôt d’une invitation à s’emparer du sujet pour remettre le débat sur la place publique et offrir des alternatives plus favorables au développement des pays du Sud.

Nos projets

21 août 2017 Kuchub’al

Au Guatemala, les petits producteurs s’émancipent (témoignage)

La communauté La Florida au Guatemala produit du chocolat, du café et de nombreux produits agricoles. Après avoir conquis leurs terres, (...)

21 juin 2017 Gwénaëlle Lenoir , Adel

En Cisjordanie, l’agroécologie porteuse d’alternatives

299 Juin

En Cisjordanie l’agriculture paysanne palestinienne est entravée par le poids de l’occupation, l’accaparement des terres les plus fertiles (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

S’informer

15 septembre 2017

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

15 septembre 2017

L’insécurité alimentaire dans le monde s’aggrave

La FAO, le FIDA, l’OMS, le PAM et l’UNICEF ont publié aujourd’hui « L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017 ». (...)

19 juillet 2017

Etats Généraux de l’Alimentation : Les organisations de la société civile interpellent le président de la République sur les conditions et enjeux des débats

À l’occasion des États Généraux de l’Alimentation, 39 organisations de la société civile saluent l’initiative d’Emmanuel Macron d’ouvrir le (...)