Un avenir sans faim

Publié le 17.04.2009 • Mis à jour le 15.03.2013

Le CCFD-Terre solidaire appelle la communauté internationale face au fléau de la faim

Un an après les « émeutes de la faim » qui ont ébranlé différentes régions du monde, le CCFD-Terre solidaire attend du G8 agricole qu’il concrétise ses engagements en faveur du soutien à l’agriculture des pays du Sud. Il demande que les discussions autour du Partenariat mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire soient poursuivies.

Communiqué de presse - le 16 avril 2009

Tenir les engagements financiers
Seul 10% des 22 milliards de dollars annoncés lors du Sommet de la FAO à Rome en juin 2008 pour faire face à la crise alimentaire ont été décaissés jusqu’à présent. Pour le CCFDTerre solidaire, les pays du G8, et la France en particulier qui avait annoncé 1 milliard d’euros pour l’agriculture africaine, doivent aujourd’hui tenir leurs engagements.

Soutenir les agricultures familiales, clé de la lutte contre la faim.
Le CCFD-Terre solidaire rappelle que pour lutter durablement contre la faim, les sommes investies doivent avant tout soutenir les agricultures familiales. En effet, celles-ci représentent aujourd’hui 40% de la population mondiale mais faute de soutien public et de protection, des centaines de millions de petits producteurs à travers le monde sont contraints à une logique de survie. Ils constituent plus des deux tiers des affamés de la planète.

Relancer les discussions autour du Partenariat mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire.
Au-delà des engagements financiers, il est nécessaire de stimuler une action cohérente, durable et efficace pour faire face à l’insécurité alimentaire. C’est l’ensemble des politiques agricoles, commerciales, énergétiques et de coopération qui doivent être révisées. C’est pourquoi, le CCFD-Terre solidaire attend que les pays du G8 poursuivent les discussions autour d’un Partenariat mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. Et demande que les organisations de la société civile (organisations de producteurs et ONG) soient véritablement associées à ce processus.

Contact presse :
Nathalie Perramon
01 44 82 80 67
n.perramon@ccfd.asso.fr

Téléchargez le communiqué au format pdf

S’informer

18 avril 2017

Avis du Tribunal Monsanto : l’agrobusiness jugé responsable de violer des droits humains et l’environnement (CP)

Aujourd’hui, cinq juges de renommée mondiale ont rendu un avis consultatif, six mois après la tenue du premier tribunal citoyen (...)

18 avril 2017

L’après "coton Monsanto" au Burkina

L’échec du coton OGM de Monsanto au Burkina Faso a été démontré. Grâce à une mobilisation de la société civile et une enquête de terrain, la (...)

2 mars 2017

Le CCFD-Terre Solidaire part en campagne pour les Elections 2017 : Faisons le pari de la solidarité !

Les questions de solidarité internationale et de développement sont rarement les principaux thèmes sur lesquels se bâtit une campagne (...)

Nos projets

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

6 janvier 2017 RTI , KPA

En Indonésie, une riziculture écologique et deux fois plus productive pour les paysans

Grâce à une méthode de riziculture intensive mise au point à Madagascar, les cultivateurs de riz parviennent à augmenter considérablement (...)