Un avenir sans faim

Publié le 09.06.2008 • Mis à jour le 13.08.2012

Le CCFD analyse les engagements pris à la conférence de la FAO.

Après la conférence de la FAO, le CCFD livre son analyse.

Du 3 au 5 juin se tenait à Rome la conférence sur la sécurité alimentaire, organisée par la FAO, l’Organisation des nations unies pour l’agriculture et l’alimentation. Le Comité catholique contre la faim et pour le développement a participé à la conférence, aux côtés de la délégation officielle française conduite par le président français Nicolas Sarkozy. Auparavant, il avait représenté les ONG de développement au GISA (Groupe interministériel sur la sécurité alimentaire) qui préparait cette conférence pour le gouvernement français.

Un élément positif

Le CCFD-Terre solidaire se réjouit que la FAO et les Etats le rejoignent sur la position qu’il défend depuis plusieurs années : donner la priorité aux agricultures familiales et locales, soutenir la souveraineté agricole des pays. Cette prise en compte devrait se traduire par l’adoption d’un plan d’action qui sera soumis au sommet du G8 en juillet au Japon, ainsi que par des dons de la part de plusieurs organisations internationales. A plus long terme, un consensus s’est dégagé autour de la nécessité d’une meilleure gouvernance mondiale. Elle devrait se traduire par l’harmonisation et la mise en cohérence des politiques et des initiatives adoptées, ainsi que par la création d’un groupe d’experts internationaux.

Des mesures à confirmer

Fort d’une expérience longue de près de 50 ans et d’une expertise acquise par le soutien à plus de 500 projets dans 75 pays, le CCFD-Terre solidaire attire cependant l’attention sur plusieurs points cruciaux :

  • l’incompatibilité de fait entre ce mandat donné à la FAO et les politiques menées par l’OMC, la Banque mondiale et le FMI. ;
  • le risque que fait courir le développement des agrocarburants à la pérennité des agricultures familiales vivrières ; le CCFD-Terre solidaire regrette qu’il n’y ait pas eu un moratoire sur le développement des agrocarburants ;
  • l’écart entre les promesses et les réalisations –en vingt ans, de 1984 à 2004, la part de l’agriculture dans l’aide au développement a été plus que divisée par deux, tandis que les pays du Nord ne respectent toujours pas leur engagement d’une aide publique égale à 0,7 % du PIB…

Le CCFD-Terre solidaire demande à tous, citoyens du Nord et du Sud, d’être particulièrement vigilants sur la mise en œuvre effective des engagements pris. Notre association continuera de suivre de près les mesures prises par les gouvernements et les organismes internationaux.

S’informer

27 avril 2017

"Extrême-droite : quelles réponses ?"

A la veille du second tour, il est temps de relire le numéro de la revue jésuite Projet d’octobre 2016 dédié à la montée des idées (...)

20 avril 2017

8ème Forum social pan amazonien : "Nous sommes la forêt"

Du 28 avril au 1er mai 2017 aura lieu la 8ème édition du Forum social pan amazonien. Y participeront plusieurs partenaires du CCFD-Terre (...)

20 avril 2017

J’étais étranger et vous m’avez accueilli

298 Mars-Avril

La campagne électorale est surprenante et déroutante. Des hommes et des femmes politiques, ayant occupé des responsabilités (...)

Nos projets

26 avril 2017

Crise alimentaire au Burundi, les partenaires se mobilisent

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Les partenaires du CCFD-Terre Solidaire attirent notre attention sur la situation d’un nombre croissant de Burundais confrontés à une (...)

19 avril 2017

La famine frappe le Soudan du Sud en pleine guerre civile

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Le 20 février 2017, l’état de famine a été déclaré au Soudan du Sud. Moissons incendiées, champs désertés et routes coupées : la situation ne (...)

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)