Noël contre la faim

Publié le 09.06.2008 • Mis à jour le 13.08.2012

Le CCFD analyse les engagements pris à la conférence de la FAO.

Après la conférence de la FAO, le CCFD livre son analyse.

Du 3 au 5 juin se tenait à Rome la conférence sur la sécurité alimentaire, organisée par la FAO, l’Organisation des nations unies pour l’agriculture et l’alimentation. Le Comité catholique contre la faim et pour le développement a participé à la conférence, aux côtés de la délégation officielle française conduite par le président français Nicolas Sarkozy. Auparavant, il avait représenté les ONG de développement au GISA (Groupe interministériel sur la sécurité alimentaire) qui préparait cette conférence pour le gouvernement français.

Un élément positif

Le CCFD-Terre solidaire se réjouit que la FAO et les Etats le rejoignent sur la position qu’il défend depuis plusieurs années : donner la priorité aux agricultures familiales et locales, soutenir la souveraineté agricole des pays. Cette prise en compte devrait se traduire par l’adoption d’un plan d’action qui sera soumis au sommet du G8 en juillet au Japon, ainsi que par des dons de la part de plusieurs organisations internationales. A plus long terme, un consensus s’est dégagé autour de la nécessité d’une meilleure gouvernance mondiale. Elle devrait se traduire par l’harmonisation et la mise en cohérence des politiques et des initiatives adoptées, ainsi que par la création d’un groupe d’experts internationaux.

Des mesures à confirmer

Fort d’une expérience longue de près de 50 ans et d’une expertise acquise par le soutien à plus de 500 projets dans 75 pays, le CCFD-Terre solidaire attire cependant l’attention sur plusieurs points cruciaux :

  • l’incompatibilité de fait entre ce mandat donné à la FAO et les politiques menées par l’OMC, la Banque mondiale et le FMI. ;
  • le risque que fait courir le développement des agrocarburants à la pérennité des agricultures familiales vivrières ; le CCFD-Terre solidaire regrette qu’il n’y ait pas eu un moratoire sur le développement des agrocarburants ;
  • l’écart entre les promesses et les réalisations –en vingt ans, de 1984 à 2004, la part de l’agriculture dans l’aide au développement a été plus que divisée par deux, tandis que les pays du Nord ne respectent toujours pas leur engagement d’une aide publique égale à 0,7 % du PIB…

Le CCFD-Terre solidaire demande à tous, citoyens du Nord et du Sud, d’être particulièrement vigilants sur la mise en œuvre effective des engagements pris. Notre association continuera de suivre de près les mesures prises par les gouvernements et les organismes internationaux.

S’informer

21 février 2017

Devoir de vigilance : adoption d’une loi historique

Les député-e-s français-e-s ont adopté définitivement mardi 21 février 2017, la loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et (...)

21 février 2017

Présidentielle 2017 : L’aide publique au développement en 3 questions

La France doit augmenter le financement de son aide publique au développement (APD). C’est le constat de Coordination Sud, la plateforme (...)

20 février 2017

Devoir de vigilance : verdict le 21 février

FDM n°297

Le devoir de vigilance des entreprises sera-t-il définitivement adopté à l’Assemblée nationale le 21 février 2017, malgré les blocages du (...)

Nos projets

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

10 janvier 2017 ITECA , Concert’Action

Trois mois après l’ouragan, des nouvelles d’Haïti

Les 3 et 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew a dévasté Haïti. Vous avez été nombreux à manifester votre solidarité avec les Haïtiens en (...)