Un avenir sans faim

Publié le 16.10.2009 • Mis à jour le 13.08.2012

Résultats d’un grand sondage BVA pour le CCFD-Terre Solidaire.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, les résultats d’un grand sondage BVA pour le CCFD-Terre Solidaire en partenariat avec la Croix, Europe 1 et Orange seront publiés vendredi 16 octobre sur l’enjeu de la faim dans le monde.

  • Les Français restent pessimistes face à l’évolution de la faim dans le monde.
  • Les Français ne font vraiment confiance qu’aux ONG et à l’ONU pour lutter contre la pauvreté et la faim dans le monde.
  • Enfin, dans le contexte de la crise économique actuelle, une majorité de Français (55%) pensent que les pays riches doivent augmenter leurs aides financières aux pays pauvres.

Les Français toujours très concernés et inquiets

Pour 94% des Français, la question de la faim dans le monde se dégrade (49%) ou n’évolue pas vraiment (45%).

Une majorité de Français (55%) estiment que dans le contexte de crise économique actuel, les pays riches doivent augmenter leurs aides financières au pays pauvres. Ils sont 37% à ne vouloir ni augmenter les aides, ni les diminuer. Seulement 5% d’entre eux souhaitent qu’elles diminuent.

Quelle agriculture pour lutter contre la faim

Pour réduire la faim dans le monde, 80% des Français pensent que le développement de l’agriculture locale et familiale est plus pertinent que le développement de l’agriculture industrielle (cité par 17% des Français).

57% des Français pensent que l’Union européenne devrait limiter sa production agricole, pour ne pas concurrencer l’agriculture des pays pauvres ; contre 39% favorables à une augmentation de sa production agricole, pour exporter davantage de nourriture dans les pays pauvres.

La responsabilité des acteurs

Les Français ne font vraiment confiance qu’aux ONG et à l’ONU pour lutter efficacement contre la pauvreté et la faim dans le monde : les ONG restent en tête (60% contre 49% en 2008), viennent ensuite l’ONU (55% de confiance contre 46% en 2008), l’Union européenne (43%), le gouvernement français (37%). Enfin, seuls 32% des Français font confiance aux institutions financières internationales (Banque mondiale ou FMI), et 16% aux gouvernements des pays pauvres.

Seuls 30% des Français font confiance au G20 pour lutter contre la faim dans le monde. Ils se montrent sans concession sur les mesures prises lors du G20 contre les paradis fiscaux : 63% estiment que les décisions ne seront pas efficaces alors que les paradis fiscaux privent chaque année les pays en développement de 125 milliards d’euros de recette fiscale (soit 6 fois le montant de l’aide promise pour lutter contre la faim). 55% d’entre eux ne croient pas à la fiabilité de la liste des pays considérés comme des paradis fiscaux, manifestement l’annonce de la fin des paradis fiscaux par Nicolas Sarkozy ne les a pas convaincus.

Le site de La-Croix.com

Téléchargez le rapport (pdf)

S’informer

29 avril 2017

Burkina Faso : La Copagen publie son rapport "Le coton Bt et nous - La vérité de nos champs"

A l’occasion des Rencontres internationales des résistances (RIR) aux OGM, qui se tiennent à Lorient en France du 28 au 30 avril, la (...)

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

18 avril 2017

L’après "coton Monsanto" au Burkina

L’échec du coton OGM de Monsanto au Burkina Faso a été démontré. Grâce à une mobilisation de la société civile et une enquête de terrain, la (...)

Nos projets

19 avril 2017

La famine frappe le Soudan du Sud en pleine guerre civile

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Le 20 février 2017, l’état de famine a été déclaré au Soudan du Sud. Moissons incendiées, champs désertés et routes coupées : la situation ne (...)

6 janvier 2017 RTI , KPA

En Indonésie, une riziculture écologique et deux fois plus productive pour les paysans

Grâce à une méthode de riziculture intensive mise au point à Madagascar, les cultivateurs de riz parviennent à augmenter considérablement (...)

16 décembre 2016 BEDE , IRPAD

Au Mali, protéger et valoriser les semences paysannes, vitales pour la souveraineté alimentaire

Au Mali la "modernisation" agricole soutenue par des projets internationaux et les politiques nationales (promotion des monocultures, (...)