Publié le 2 juin 2015

NASAN, 3 ans après : un bilan désastreux

Le 3 Juin, le conseil de gouvernance de la Nouvelle Alliance du G7 pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition (NASAN) tient sa réunion annuelle au Cap, en Afrique du Sud. Dans la foulée, les 7 et 8 juin, les Etats du G7 se réuniront à Schloss Elmau (Allemagne). L’occasion de faire le bilan à trois ans de cette initiative lancée par le G7 en 2012, dont Action contre la Faim, le CCFD-Terre Solidaire et Oxfam France ont dénoncé les impacts désastreux dans un rapport publié en septembre 2014. Un constat confirmé par le bilan d’étape rendu public aujourd’hui par les trois ONG.
L’heure sera aussi à l’évaluation des avancées du gouvernement français au regard des recommandations formulées par les ONG.

Alertant sur l’aggravation des risques d’insécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique Subsaharienne, les ONG ont en effet demandé au gouvernement français une réforme radicale de cette initiative ou, s’il n’y parvient pas, de quitter la NASAN d’ici le G7 de juin 2015.

Le bilan d’étape de la NASAN publié ce jour, rappelle le rôle prépondérant de la France dans l’Alliance : elle compte parmi ses trois premiers contributeurs avec 754 millions d’euros en 2014. Si des avancées dans la gouvernance de la NASAN ont pu être observées, le poids des multinationales et les intérêts de l’agrobusiness continuent de primer au détriment du soutien à l’agriculture paysanne et de la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique.

Sur le terrain, les impacts des politiques menées dans le cadre de la NASAN sont accablants : en Côte d’Ivoire, les paysans sont liés contractuellement à des multinationales et se voient dans l’obligation de leur payer des services, même en l’absence de récolte. Endettement, risque d’accaparement de terres s’ensuivent. « En Côte d’Ivoire, le constat est sans appel : à cause de la Nouvelle Alliance, des paysans sont démunis, endettés et acculés à céder leurs terres. Et pourtant les Etats membres du G7 semblent fermer les yeux. Notamment la France qui en soutenant des leaders du trading de matière première comme ETG ou Louis Dreyfus contribuent de fait à aggraver les conditions de vie des populations. C’est clairement David contre Goliath : les paysans sont les grands perdants face à des multinationales qui agissent en dehors de tout contrôle. Dès lors, comment les Etats peuvent-ils continuer d’affirmer que leur objectif est la lutte contre la pauvreté et la faim ?  », s’indigne Maureen Jorand du CCFD-Terre Solidaire.

Au Burkina Faso, sur le pôle de croissance de Bagré, 78 % des terres irrigables sont attribuées à des entreprises sélectionnées via un appel d’offre qui en bénéficient avec des termes préférentiels (baux allant de 18 à 99 ans, exonérations fiscales, etc.) en concurrence déloyale avec des agriculteurs familiaux déjà installés qui se partagent les terres restantes. « Il est extrêmement choquant de constater qu’au Burkina Faso, pays où la France a la responsabilité directe de la mise en œuvre de la NASAN, plus de 9 000 paysans sont déplacés des terres qu’ils exploitaient pour permettre aux entreprises de s’installer sur le pôle de croissance de Bagré. Les compensations promises sont loin de satisfaire les populations locales, les standards internationaux loin d’être respectés, et les risques d’accaparement de terres sont plus importants que jamais », dénonce Clara Jamart d’Oxfam France.

Depuis le lancement de la NASAN, les sociétés civiles africaines et des Etats membres du G7 ont interpellé leurs gouvernements et rappelé leur opposition à l’initiative. Elles exigent la fin des projets d’investissements et des réformes législatives portées par la NASAN. Si des signes encourageants ont été donnés par la France au sein de la NASAN, ces initiatives restent cependant insuffisantes. Pour Peggy Pascal, d’Action Contre la Faim, «  la France doit montrer l’exemple et envoyer un signal politique fort à ses alliés du G7, en sortant immédiatement de cette initiative qui met en péril le droit à l’alimentation, à la sécurité alimentaire et à la nutrition des plus vulnérables  ».

Télécharger :
- Le bilan d’étape de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition
- Le rapport "La faim, un business comme un autre - comment la nouvelle alliance du G8 menace la sécurité alimentaire en Afrique"

Pour en savoir plus, écoutez l’émission Interception sur France Inter  : NASAN, "Le business de la faim"

Contacts presse :

- Action contre la Faim : Agnes Varraine-Leca - avarraineleca@actioncontrelafaim.org
01 70 84 72 22 / 06 70 01 58 43
- CCFD-Terre Solidaire : Karine Appy - k.appy@ccfd-terresolidaire.org
01 44 82 80 67 / 06 66 12 33 02
- Oxfam international : Caroline Prak - cprak@oxfamfrance.org
01 56 98 24 45 / 06 30 46 66 04

PDF - 2 Mo
Nouvelle alliance du G7 : bilan d’étape

Copyright dessins : Aurel pour ACF - les dessins, réalisés gracieusement pour Action contre la Faim, sont utilisables librement par les médias.

S’informer

12 septembre 2016

Violations des droits humains : STOP à l’impunité des multinationales !

La France et l’Union européenne doivent soutenir le traité des Nations Unies sur le respect des droits humains par les entreprises (...)

19 juillet 2016

Les victimes de l’incendie de l’usine Tazreen au Bangladesh enfin indemnisées

Trois ans et huit mois après l’incendie dramatique de l’usine Tazreen au Bangladesh, dans lequel 113 travailleurs, en majorité de jeunes (...)

17 juin 2016

L’accord politique de l’UE sur les minerais du conflit très insuffisant

Malgré sa rhétorique sur la responsabilisation des entreprises, l’Europe a accordé la priorité au profit, au détriment des personnes, ont (...)

Nos projets

11 juillet 2016 Centre Bartolomé de las Casas , CooperAcción

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes, en images

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

11 mars 2016 CAAAP

Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits

Chercheur au sein du Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) – soutenu par le CCFD-Terre Solidaire – Manuel (...)

5 mars 2015 SIF

Madagascar, une plateforme associative se mobilise autour de la réforme foncière

A Madagascar, la Solidarité des intervenants sur le foncier (SIF), plateforme nationale de 27 ONG, associations et organisations (...)