Publié le 31.03.2009 • Mis à jour le 26.08.2013

Politique agricole commune

Le CCFD-Terre solidaire n’a pas vocation première à se prononcer sur des dossiers européens ou nationaux. Mais l’interdépendance des économies conduit à ce que les choix économiques que nous faisons ici au Nord ont des conséquences directes sur les populations au Sud.

Nos partenaires sur le terrain nous font ainsi part de leurs difficultés liées à certains choix d’exportations ou d’importations dans le cadre de la Politique agricole commune de l’Europe.

Exportations, dumping et concurrence déloyale
Les exportations européennes vers les pays tiers à des prix inférieurs au coût local de production affectent depuis longtemps les agricultures familiales du Sud, dont le niveau de productivité peut être 100 fois inférieur ! A l’inverse, les restrictions aux importations de pommes de terre en Guinée, ou de bas morceaux de poulet au Cameroun (productions subventionnées de manière indirecte en Europe !) ont montré la capacité des filières locales à se développer dés lors qu’elles ne sont plus en concurrence déloyale. D’autre part, il est urgent de supprimer les restitutions aux exportations au plus vite. Même si l’Union européenne a un recours moindre à ces restitutions que par le passé, elle doit respecter sa promesse de supprimer cet outil qui permet l’exportation de produits agricoles dans les pays du Sud à un prix inférieur au coût de production européen. L’UE réutilise par exemple ces restitutions pour le lait depuis décembre 2008.

Si l’UE doit évaluer l’impact de ses exportations sur la sécurité alimentaire des populations du Sud, il est indispensable que les pays en développement puissent exercer leur souveraineté alimentaire grâce à des outils de protection de leurs marchés. Les règles de l’Organisation mondiale du commerce doivent ainsi être revues en profondeur, ainsi que par exemple les Accords de partenariat économique que l’UE veut imposer aux 77 pays Afrique-Caraïbes-Pacifique.

L’Europe, grand marché des monocultures d’exportation au Sud
Deuxième catégorie de politique européenne néfaste : la création de marchés rentables en Europe qui suscitent des monocultures d’exportation dans les pays en développement. C’est bien sûr le cas du soja pour l’alimentation du bétail européen, qui est importé d’Amérique latine où il est cultivé selon un modèle agroindustriel intensif, à l’origine de nombreux déplacements des populations locales et de graves dégâts environnementaux. Pourtant, l’UE peut, et doit, produire elle-même ses protéines végétales. A l’échelle nationale, même si cela reste insuffisant, les déclarations du ministre de l’Agriculture français vont d’ailleurs dans le bon sens.

L’adoption en décembre 2008 d’un objectif ambitieux d’incorporation de 10% d’agrocarburants d’ici 2020 pour les transports européens participe à la même logique, puisque cette politique repose en grande partie sur les importations. La création de ce marché rentable attise les projets de monocultures énergétiques d’exportation au détriment des agricultures familiales et vivrières locales, telles que l’huile de palme en Indonésie ou en Colombie, ou la canne à sucre au Brésil. De nombreux projets d’investissement sont en cours en Afrique.

Mobilisation
Le CCFD-Terre Solidaire se mobilise avec ses partenaires depuis plusieurs années sur ces questions liées à la PAC à travers différentes campagnes : « L’Europe plume l’Afrique » en 2005, « Le soja contre la vie » en 2006, ou dernièrement « Les agrocarburants, ça nourrit pas son monde » en 2008. Mais le CCFD-Terre Solidaire s’est également engagé dans le débat sur le « bilan de santé » de la Politique agricole commune engagé à l’échelle européenne en 2008 et marqué par la Présidence française de l’UE. Avec d’autres organisations agricoles, écologistes, et de solidarité internationale réunies dans le groupe PAC2013, nous proposons auprès des pouvoirs publics un autre modèle d’agriculture qui soit durable environnementalement et socialement, et solidaire avec les pays en développement, dans une démarche de souveraineté alimentaire.

Le CCFD-Terre solidaire participe aux travaux du groupe PAC 2013 : http://www.pouruneautrepac.eu/

S’informer

18 octobre 2010

Projet de la Commission sur la PAC après 2013 : des objectifs environnementaux et sociaux qui doivent être confirmés

Paris, le 18 octobre 2010 Une proposition pour une PAC plus juste et plus équitable dont les objectifs sont réorientés vers (...)

18 février 2010

Pour une politique agricole, alimentaire, environnementale et rurale européenne

Paris, le 18 février 2010 LA SOCIÉTÉ CIVILE S’IMPLIQUE DANS LE DEBAT Des organisations françaises agricoles, de solidarité (...)

17 novembre 2009

Sommet mondial sur la sécurité alimentaire, le CCFD-Terre Solidaire dénonce une coquille vide

Paris, le 16 novembre 2009 A un moment où tous les Etats et les institutions internationales semblaient d’accord pour replacer (...)

Nos projets

27 septembre 2016

En France, les jeunes habitants des bidonvilles privés d’école

Le Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation a réalisé une étude, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire, permettant de mieux (...)

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

29 août 2016 CEDAC

Brésil : l’agriculture au service de l’éducation populaire

Acteur historique de l’Éducation Populaire au Brésil, le Centre d’Action Communautaire – partenaire du CCFD-Terre Solidaire – se sert de (...)