Publié le 16.09.2014 • Mis à jour le 17.09.2014

Publication d’un rapport - Nouvelle alliance du G8 : la faim, un business comme un autre

Il y a deux ans, le G8 lançait la Nouvelle Alliance pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition (NASAN), dans le but affiché d’améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition et aider quelques 50 millions de personnes en Afrique sub-saharienne à sortir de la pauvreté d’ici à 2022, en « libérant le pouvoir du secteur privé ».

Dans un rapport publié aujourd’hui, Action contre la faim, le CCFD-Terre Solidaire et Oxfam France dénoncent l’opacité de cette initiative et son impact sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations.

Ce rapport est publié en amont de la réunion du Leadership Council, chargé de la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre de la Nouvelle Alliance, qui se tiendra le 22 septembre à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies [1]. Annick Girardin, Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie, y représentera la France.

Pour les ONG, cette initiative pousse les Etats africains à mettre en œuvre des mesures de dérégulation et d’ultra-libéralisation de leur secteur agricole au détriment de l’agriculture familiale et paysanne, sans implication ou presque des acteurs locaux.

Le rapport s’appuie sur des études de terrain menées au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Sénégal, des entretiens réalisés auprès de membres de la société civile africaine et l’analyse détaillée des cadres de coopération. Il détaille entre autres les conséquences de la Nouvelle Alliance sur le droit à l’alimentation des populations les plus vulnérables, sur la lutte contre la malnutrition, le développement des PME africaines, les droits fonciers des paysans et leur accès aux semences et aux ressources naturelles.

« Le modèle agricole qui est promu par la Nouvelle Alliance est défavorable aux petits producteurs. Il ne permet pas de lutter de façon durable contre l’insécurité alimentaire et la faim ni d’atténuer les difficultés quotidiennes des Éthiopiens ou des Burkinabés. La sous-nutrition apparait surtout comme un alibi alors que seuls 3% des investissements mentionnent des produits à la fois favorables à la nutrition et destinés au marché local  », explique Peggy Pascal d’Action contre la faim.

Le rapport souligne en particulier le rôle trouble de la France. Si cette dernière s’est dans un premier temps montrée réticente face à la Nouvelle alliance, elle figure aujourd’hui parmi les trois premiers contributeurs, à hauteur de à 754 millions d’euros par an.

Surtout, la France fait preuve d’un manque total de transparence quant aux financements qu’elle accorde aux multinationales membres de l’Alliance via PROPARCO, la branche de financement du secteur privé de l’Agence Française de Développement [2].

« Malgré les critiques formulées lors du lancement de l’initiative, la France occupe en réalité un rôle central dans la Nouvelle Alliance qui semble bien constituer l’un des bras armés de la diplomatie économique chère au gouvernement de François Hollande. Si elle veut rester crédible sur la scène internationale, la France doit quitter cette initiative, ou agir pour qu’elle soit radicalement réformée », rappelle Maureen Jorand du CCFD-Terre Solidaire.

Les mesures visant à favoriser l’investissement privé, notamment les incitations fiscales, tarifaires et douanières, privent par ailleurs les Etats africains de recettes fiscales qui leur permettraient de renforcer l’investissement agricole public indispensable à la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

« Derrière ses ambitions affichées de lutter contre la pauvreté, l’insécurité alimentaire et la malnutrition en Afrique, le G8 déroule en réalité le tapis rouge aux investisseurs internationaux. D’ailleurs de nombreux pays africains parmi les plus gravement affectés par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle sont laissés en dehors de cette initiative. Ce sont plutôt les pays qui offrent le plus de perspectives de croissances et de profits pour les multinationales et les gros investisseurs qui ont été ciblés en priorité » explique Clara Jamart d’Oxfam France. [3]

31 modifications ayant un impact sur les législations financières et fiscales sont prévues pour l’ensemble des pays africains de la Nouvelle Alliance. Il apparaît clairement que les véritables bénéficiaires de cette initiative sont aujourd’hui les multinationales de l’agroalimentaire et les grands traders de matières premières agricoles.

Olivier De Schutter, ancien Rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation, signe la préface de ce rapport et souligne que « compte tenu des progrès des technologies agricoles au cours du siècle dernier, nous savons que les obstacles techniques sont surmontables : ce sont le courage et la lucidité politiques qui font défaut  ».

- Télécharger le rapport
- Télécharger la synthèse

Contacts presse :

- Action contre la faim : Julia Belusa jbelusa@actioncontrelafaim.org / 01 70 84 72 22
- CCFD-Terre Solidaire : Karine Appy k.appy@ccfd-terresolidaire.org / 06 66 12 33 02
- Oxfam France : Magali Rubino mrubino@oxfamfrance.org / 06 30 46 66 04

Notes aux rédactions

Le rapport « « La faim, un business comme un autre, comment la Nouvelle Alliance du G8 menace la sécurité alimentaire/le droit à l’alimentation en Afrique ».

[1] Décidé lors du lancement de la Nouvelle Alliance en 2012, le Leadership Council est destiné à « conduire et suivre la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre de la Nouvelle Alliance ». Pourtant, deux ans après sa mise en place, aucun terme de référence ni aucun document décrivant les rôles, responsabilités et moyens de mis en œuvre de ce conseil n’existe. Il n’y a pas non plus d’outil / de cadre visant à coordonner le suivi des projets mis en œuvre par les membres de la NASAN.

[2] 5 entreprises (SIFCA, Olam, ETG, Ethiopian Airlines et Ecobank) ont obtenu des prêts de PROPARCO pour des projets également déclarés dans le cadre de la NASAN, selon les informations et les descriptifs de projets.

[3] En août 2014, 10 pays africains étaient officiellement membres de la NASAN. L’entrée s’est faite en deux temps avec l’intégration de 6 pays en mai 2012 (Burkina Faso, Côté d’Ivoire, Ghana, Ethiopie, Mozambique et Tanzanie) puis 4 nouveaux pays l’année suivante (Malawi, Nigéria, Bénin et Sénégal).

Selon les chiffres de 2012, les 10 pays africains ayant l’indice de développement humain le plus bas sont le Niger, la République Démocratique du Congo, le Mozambique, le Tchad, le Burkina Faso, le Mali, l’Erythrée, la République Centre Africaine, la Guinée et le Burundi. Seuls deux d’entre eux, le Burkina Faso et le Mozambique, sont aujourd’hui membres de la NASAN.

S’informer

22 septembre 2016

Monsanto sur le banc des accusés d’un tribunal international

294- juillet/août 2016

Afin d’ouvrir l’accès à la justice aux victimes de l’agrobusiness et de lutter contre l’impunité des multinationales, des figures de la (...)

21 septembre 2016

FSM 2016 : expérience réussie pour la délégation du CCFD-Terre Solidaire

Dossier : Forum social mondial

Du 9 au 14 août 2016, le CCFD-Terre Solidaire a rassemblé 130 personnes, dont une grande majorité de jeunes, en amont et pendant le Forum (...)

19 septembre 2016

La France doit demander l’arrêt de la NASAN

Le 19 septembre à New York se tiendra le Conseil de Gouvernance de la Nouvelle alliance du G7 pour la sécurité alimentaire et la nutrition (...)

Nos projets

29 août 2016 CEDAC

Brésil : l’agriculture au service de l’éducation populaire

Acteur historique de l’Éducation Populaire au Brésil, le Centre d’Action Communautaire – partenaire du CCFD-Terre Solidaire – se sert de (...)

11 juillet 2016 Centre Bartolomé de las Casas , CooperAcción

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes, en images

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

11 mars 2016 CAAAP

Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits

Chercheur au sein du Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) – soutenu par le CCFD-Terre Solidaire – Manuel (...)