Publié le 10 février 2010

Devenir vrai

En route avec le Christ

Nous sommes dans une situation de pluralisme où différentes rationalités se confrontent. Il existe donc bien des manières de concevoir la notion de vérité. Voilà pourquoi nous nous méfions de quiconque prétendrait imposer sa vérité à tous que ce soit en matière de croyance, de vision du monde, d’orientation morale ou politique. Plus que jamais le dialogue est nécessaire, ce qui suppose une manière commune de se parler : la parole argumentée. Chacun accepte d’entrer en relation avec d’autres sans prétendre avoir à priori raison : il espère seulement que la justesse de son argumentation suffira à emporter l’adhésion réfléchie de ses interlocuteurs. L’enjeu est d’éliminer la violence dans l’échange ce qui suppose pour le croyant de formuler sa foi de façon ouverte, tolérante et compréhensible.

Mais quand on croit en Dieu, celui-ci ne représente-t-il pas la vérité ultime ? Qu’entendre par vérité quand il s’agit de Dieu ? Dans la Bible Dieu est vrai en tant qu’il est fiable : la parole de Dieu est l’envers du mensonge. Elle ne triche pas. Dieu ne trahit pas ses créatures et il leur conserve cette bienveillance initiale dont la Genèse se fait l’écho : « Et Dieu vit que cela était bon ». C’est d’une telle parole de confiance que durant notre vie nous sommes en quête, qu’il s’agisse de notre travail, de notre affectivité, de nos relations sociales. Qui pourrait vivre sans une reconnaissance aimable, amicale ou amoureuse ?

Il en est de même dans les évangiles qui associent la vérité à Jésus : « je suis le chemin, la vérité et la vie ». Remarquons que la vérité n’apparaît qu’à la condition d’une pratique : faire route avec Jésus. C’est au terme de cette expérience que Jésus vient à la lumière. La vérité de son être se dévoile au bout d’un itinéraire que nous sommes invités à parcourir avec lui. Et le témoignage chrétien rend compte de la transformation qui s’opère en nous à travers ce vécu. Car la vérité des paroles et des actes de Jésus est d’abord une vérité éprouvée comme salutaire, comme source de force, de cœur et d’intelligence. Jésus demeure pour beaucoup celui qui est capable de nous faire renouer avec la confiance en nous. Et cette confiance nous donne le courage d’être et de marcher, de demeurer humain malgré nos faiblesses, de devenir même un peu plus vrais.


Questions pour un partage

L’exercice de la charité exige un discernement. Comment la foi et la raison peuvent elle se conjuguer pour nous éclairer ?

Quand et à qui faisons-nous confiance dans notre vie quotidienne ?

« La vérité est une lumière qui donne sens et valeur à l’amour. Cette lumière est, en même temps, celle de la raison et de la foi, par laquelle l’intelligence parvient à la vérité naturelle et surnaturelle de l’amour : l’intelligence en reçoit le sens de don, d’accueil et de communion. (…) La vérité libère l’amour des étroitesses de l’émotivité qui le prive de contenus relationnels et sociaux, et d’un fidéisme qui le prive d’un souffle humain et universel ». (§ 3)

Nos projets

26 février 2009 CEAS Commission Episcopale d’Action Sociale

Participation citoyenne pour les droits de l’homme, la démocratie et le développement solidaire du pays

Depuis 41 ans, CEAS, organe de la Conférence Episcopale Péruvienne, s’est mis au service des personnes et groupes vulnérables, de la (...)

S’informer

26 octobre 2015

Appel des évêques des 5 continents aux négociateurs de la Cop 21

L’appel qui suit a été lancé par des Cardinaux, des Patriarches et des Évêques du monde entier représentant les groupements continentaux des (...)

11 septembre 2015

Edito de notre magasine : Laudato Si, un texte fondateur

FDM n°288

Comme le souligne Edgar Morin . : « Cette encyclique est peut-être l’acte I d’un appel pour une nouvelle civilisation. » Explorons ensemble (...)

22 mai 2015

Béatification de Mgr Romero

Il y a 35 ans, le 24 mars 1980, l’archevêque de San Salvador, Mgr Romero était assassiné en pleine messe. Après avoir été reconnu martyr, il (...)