Publié le 1er avril 2015

Les intérêts privés font-ils le bien de tous ?

Il revient à l’État de garantir le bien commun, rappelle l’Église avec fermeté. Pourtant, l’objectif de « compétitivité » semble tenir lieu de politique à de nombreux dirigeants, au Nord comme au Sud. Mais jusqu’où ? Même l’aide au développement, censée répondre aux besoins des plus pauvres, est ouvertement conçue comme un outil de « diplomatie économique ». Comme s’il était acquis que les donneurs d’ordre étaient désormais les multinationales et que les États et leurs populations n’avaient plus pour seul projet que de les séduire. Fiscalité, droit du travail, protection sociale, écologie… Tout devient objet de marchandages.

Des défis nouveaux

L’émergence d’acteurs économiques transnationaux n’est pas nouvelle, mais leur poids est inédit. Par leur structuration, elles posent de redoutables questions économiques et juridiques. « Plus les chaînes s’allongent, plus elles échappent aux règles et aux contrôles habituels », notait l’historien Fernand Braudel [1]. . Or jamais les chaînes de valeur, entre un petit actionnaire et les sous-traitants d’une filiale à l’autre bout du monde, n’ont été si distendues. Le cardinal Bergoglio, futur pape, insistait sur la « dette sociale » contractée par l’investisseur envers la population du territoire où la richesse a été créée : « Celui qui place à l’étranger l’argent produit par une industrie de notre pays commet un péché » [2] Vers qui se retourner, quand les capitaux circulent librement, pour que cette dette soit honorée ?
En devenant plus puissantes que bien des États, les entreprises multinationales soulèvent aussi de lourdes questions politiques. Nos démocraties sont établies sur un double principe d’égalité (une personne, une voix) et de liberté (choix des dirigeants et des politiques). Or le pouvoir, financier, médiatique et d’employeur, confère aux grands groupes une voix qui compte plus. Certains territoires (les paradis fiscaux) allant jusqu’à leur confier le soin d’écrire des lois sur mesure. On est loin de l’objectif de peuples « artisans de leur destin » (Populorum progressio, PP 65).

Des modèles en question

Par leur ampleur, les investissements étrangers modèlent ainsi le paysage social, économique, politique et culturel des pays ciblés. Les attirer n’est pourtant pas la seule voie de développement possible. Ainsi, dans le domaine agricole, la ruée des investisseurs vers l’achat de terres (24 millions d’hectares en Côte d’Ivoire, 3 millions en Éthiopie…) véhicule « une vision de l’agriculture caractérisée par une industrialisation croissante qui [reproduit] le modèle dominant des pays riches [3] ». Pourtant, l’agriculture productiviste et la « révolution verte » prônées depuis plusieurs décennies montrent leurs limites (moindres besoins de main-d’œuvre, dégradation de la fertilité des sols, érosion de la biodiversité...). D’autres méthodes, comme l’agroécologie, répondent mieux aux besoins des populations locales et aux impératifs environnementaux. Valorisant le potentiel des écosystèmes à partir de connaissances et de savoir-faire locaux, elles s’inscrivent dans la vie économique et sociale du territoire (circuits courts, marchés locaux), géré comme un bien commun.
L’emprise de la finance sur nos modèles de développement n’est pas non plus une fatalité. Tout un secteur a laissé croire qu’il continuait de servir l’économie réelle, alors qu’il se servait lui-même. « Le développement économique s’avère factice et nuisible, s’il s’en remet aux “prodiges” de la finance pour soutenir une croissance artificielle » (CV 68). Résultat : les transactions financières représentent plus de dix fois les échanges de biens et services ; celles sur les marchés de matières premières sont déconnectées des besoins physiques ; des robots deviennent l’instrument dominant de création des ordres en bourse ; les banques ont atteint une taille telle qu’elles savent pouvoir compter sur le soutien des autorités publiques en cas de prise de risque excessive. Pour les remettre au service des citoyens, il est urgent de diminuer la taille et l’interconnexion des banques, de séparer leurs activités commerciales et de marché, de réguler drastiquement les marchés.

Questions pour un partage :
• Comme consommateur ou comme épargnant, puis-je avoir une influence sur le type d’économie pratiquée ?
• Comme salarié, comme citoyen, de quels leviers je dispose, concrètement, pour remettre l’Homme au cœur de l’économie ?

[1Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985, p. 53-59

[2Jorge Bergoglio et Abraham Skorka, Sur la terre comme au ciel, Paris, Robert Laffont, 2013, p. 165. .

[3Olivier De Schutter, ancien rapporteur des Nations unies pour le droit à l’alimentation.

Nos projets

11 juillet 2016 Centre Bartolomé de las Casas , CooperAcción

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes, en images

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

11 mars 2016 CAAAP

Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits

Chercheur au sein du Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) – soutenu par le CCFD-Terre Solidaire – Manuel (...)

2 février 2015 Conférence épiscopale de Madagascar

Un projet de gouvernance minière pour Madagascar

Améliorer la gouvernance dans l’exploitation des mines, gérer les recettes de manière plus transparente et veiller à ce qu’elles servent au (...)

S’informer

12 septembre 2016

Violations des droits humains : STOP à l’impunité des multinationales !

La France et l’Union européenne doivent soutenir le traité des Nations Unies sur le respect des droits humains par les entreprises (...)

19 juillet 2016

Les victimes de l’incendie de l’usine Tazreen au Bangladesh enfin indemnisées

Trois ans et huit mois après l’incendie dramatique de l’usine Tazreen au Bangladesh, dans lequel 113 travailleurs, en majorité de jeunes (...)

17 juin 2016

L’accord politique de l’UE sur les minerais du conflit très insuffisant

Malgré sa rhétorique sur la responsabilisation des entreprises, l’Europe a accordé la priorité au profit, au détriment des personnes, ont (...)