Mots-clés :

Publié le 27 janvier 2014

Argentine, défendre la vie !

« Nous voulions vous dire que le message d’INCUPO est arrivé jusqu’au village d’Andacollo, un coin du Nord de la Patagonie ». Ainsi commence le message d’un groupe de paysans d’Andacollo, à presque 2 000 km de Reconquista (province de Santa Fé) dans le Chaco. INCUPO, Instituto de Cultura Popular, fondé il y a plus de 40 ans par des chrétiens engagés est installé à Reconquista et travaille à partir de là dans les provinces alentours : promotion des semences paysannes, lutte contre les pesticides et produits phytosanitaires, défense du territoire et des ressources naturelles, et plus généralement, protection du mode de vie paysan et indigène.

Mots-clés :

INCUPO défend la vie ! À Juan José Castelli on expulse violemment des indigènes venus défendre leur territoire contre l’expansion de la culture du soja. Une monoculture aux conséquences désastreuses qui repose sur l’usage massif de pesticides et de produits phytosanitaires. Les sols sont pollués et les familles contaminées alors que le prix des denrées alimentaires ne cesse d’augmenter. Quotidiennement, des milliers de paysans ou d’indigènes, hommes, femmes et enfants sont expulsés des campagnes. Et ceux qui tentent de résister sont menacés de mort, deux militants paysans ont été assassinés en Argentine ces deux dernières années. Contre ce système de mort qui génère pauvreté et souffrance, INCUPO soutient des pratiques qui défendent la vie.

Ensemble nous pouvons

INCUPO est né suite au Concile Vatican II – à l’instar du CCFD-Terre Solidaire – de la déclaration de Medellin qui l’a suivi en 1968 et du « Document de San Miguel » qui a tenté en 1969 de « traduire cette foi en une pratique plus proche des besoins » des populations les plus marginalisées. Les évêques du Nord-Ouest argentin avaient alors identifié les principaux facteurs de pauvreté : faim, manque de logement et d’accès à la santé, analphabétisme chez les adultes, désertion scolaire et absence d’organisations sociales…
En 1970, INCUPO lance sur les ondes radio le message « Ensemble, nous pouvons ! ». Pendant de nombreuses années, il participe à l’alphabétisation de milliers de personnes dans le Chaco et se rapproche des communautés paysannes et indigènes, très précarisées et fragilisées.
Aujourd’hui, INCUPO aide les organisations locales à se développer et participe à la transmission de savoirs traditionnels via des radios communautaires. Il accompagne la mise en place de systèmes de vente directe de produits agricoles et valorise les pratiques traditionnelles indigènes ou paysannes (plantes médicinales, recettes, technique agricole, etc.).
Depuis trois ans, INCUPO est à l’initiative des Ferias de semillas nativas (foires aux semences natives), destinées à favoriser la reproduction paysanne des semences et leur échange. Ceci constitue non seulement un retour à des pratiques solidaires mais aussi une alternative crédible, plus accessible financièrement et reproductible à volonté, face aux semences brevetées proposées par les multinationales (et qu’elles cherchent à imposer).

Agroécologie et solidarité

INCUPO fait aussi la promotion d’un ensemble de pratiques agroécologiques : protection des sols, conservation biologique de la fertilité, gestion participative des ressources en eau, redécouverte de l’agroforesterie ou de la complémentarité agriculture/élevage. Pour INCUPO les pratiques agroécologiques sont un système de vie solidaire, fragile mais durable, capable de nourrir les villes alors qu’actuellement, l’essentiel des parcelles argentines est occupé par des céréales ou des grains destinés aux élevages occidentaux ou chinois ou à la simple spéculation sur les matières premières agricoles.
C’est pour cette raison que peu à peu INCUPO, en lien avec le CCFD-Terre Solidaire (Campagnes Le Soja contre la vie, campagne Agrocarburants, ça ne nourrit pas son monde, notamment) a développé une pratique de plaidoyer auprès des décideurs ou de mise en réseau afin d’influencer les politiques publiques relatives au secteur rural. Ainsi, Il ne s’agit pas seulement pour INCUPO de lutter contre un modèle de développement rural « extractiviste » qui génère exclusion économique, sociale, pauvreté rurale, pollution, déforestation, mais aussi de défendre une certaine conception du « bien commun », que ce soit en termes de ressources productives mais aussi de mode de vie.

Incupo Instituto de Cultura Popular

Description

  • Continent : Amérique latine et Caraïbes
  • Pays : argentine
  • Zone d’action : le « Chaco » argentin
  • Réseaux : Amuyen, Plateforme Mercosur Social et Solidaire, Mouvement Agroécologique d’Amérique latine et des Caraïbes, Fondation Nuevos Surcos, Tecnycampo, Réseau de communication indigène, Communicants du Gran Chaco, Réseau Agroforestier Chaco Argentine, Equipe nationale de pastorale aborigène, Bienheureux les pauvres, Fondation pour le développement dans la justice et la paix,
    Forum argentin de radios communautaires, Association latino-américaine d’éducation radiophonique
  • Thématique : modèles de développement agricoles

Objectifs

  • Appuyer et promouvoir l’organisation et l’autogestion de communautés rurales, comme des espaces d’exercice réel de la démocratie.
  • Définir et mettre en œuvre des propositions éducatives qui, en respectant les savoirs
    traditionnels, visent à renforcer les capacités d’action et d’influence des communautés paysannes.
  • Diffuser des propositions de développement rural durable qui prennent en compte la réalité et les intérêts des secteurs populaires.
  • Favoriser l’accès, la défense et l’utilisation durable des ressources naturelles, en particulier, terre, eau et forêts.
  • Développer des propositions économiques écologiques, appropriées et appropriables par les secteurs paysans et aborigènes, pour renforcer les systèmes de vie locaux.
  • Être, en tant qu’institution, un acteur social dans les différents scénarios qui influencent le développement rural dans la région du Chaco.

Nos projets

4 mars 2015

Mgr Blaquart, accompagnateur du CCFD-Terre solidaire, en visite au Nicaragua

Il y a un an Mgr Blaquart était élu par les évêques de France président du Conseil national de la solidarité, et à ce titre évêque (...)

2 février 2015 Conférence épiscopale de Madagascar

Un projet de gouvernance minière pour Madagascar

Améliorer la gouvernance dans l’exploitation des mines, gérer les recettes de manière plus transparente et veiller à ce qu’elles servent au (...)

22 janvier 2015 Cemirde

Mozambique : programme d’aide aux migrants et réfugiés

La Commission épiscopale pour les migrants, les réfugiés et les personnes déplacées du Mozamique (Cemirde), partenaire du CCFD-Terre (...)

S’informer

20 mai 2016

Nations unies : les communautés religieuses unies face au changement climatique

A New York, le 18 avril 2016, responsables religieux et spirituels du monde entier ont adressé à la communauté internationale, une (...)

1er décembre 2015

Le CCFD-Terre Solidaire met en ligne une nouvelle version de son calendrier de l’Avent

En ce temps où chacun se prépare à la fête, le CCFD-Terre Solidaire appelle à ne pas oublier les femmes et les hommes qui luttent contre la (...)

26 novembre 2015

« L’Avent » Noël, changer de regard sur le monde

Devenu incontournable, le calendrier de l’Avent accompagne dans de nombreux foyers la préparation de Noël. Pour le CCFD-Terre Solidaire, (...)