CCFD-Terre Solidaire CCFD-Terre Solidaire
Suivant : Qui sommes-nous ?

Agir

Des solutions pour mettre fin aux paradis fiscaux existent. Nous pouvons agir à l’occasion du sommet du G20 sous présidence française en novembre 2011.

Mettre un terme aux paradis fiscaux, ça peut paraître un peu fou : d’autres combats semblent plus évidents à remporter. Et pourtant…

La pression exercée sur les décideurs a commencé à payer : au cours des 8 derniers mois, notre proposition phare – obtenir des entreprises qu’elles rendent des comptes sur leur activité pays par pays - a été reprise par l’OCDE, la Commission européenne et le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Europe.

Sans parler des autorités américaines et chinoises qui viennent de l’imposer à leurs entreprises pétrolières et minières, de l’Ile de France et autres régions qui depuis cet été, l’exigent des banques avec lesquelles elles travaillent, des investisseurs qui commencent à le réclamer aux grandes entreprises… Clairement, la transparence pays par pays s’installe dans le paysage.

Allons plus loin ! Exigeons des positions claires de la part des chefs d’Etat réunis au G20 en novembre 2011 en France.

Des cartes postales pleuvent sur le G20

C’est la pression qui paye. Et pour vous permettre d’être à nos côtés, nous proposons de faire parvenir au G20, de façon spectaculaire, autant de cartes postales que vous en aurez envoyées à vos proches.

Nous rappellerons alors aux décideurs nos trois revendications contre l’opacité financière :

  • Si l’entreprise a une activité réelle dans un pays, elle n’a rien à cacher : Des comptes transparents pour les multinationales
  • Tolérance zéro pour les trusts et autres structures juridiques opaques : Stop aux sociétés écrans qui permettent d’échapper à la justice et à l’impôt
  • La criminalité économique et financière ne doit pas être laissée impunie : Réprimer plus durement la criminalité économique et financière

Avec la campagne Stop paradis fiscaux, nous vous invitons également à lutter contre les paradis fiscaux tout près de chez vous, par exemple en écrivant à vos élus.

Nous vous proposons également ici un modèle de lettre à votre banque. Vous êtes client et en droit de savoir où votre argent est entreposé, et pour quel type d’activité.