Noël contre la faim

Publié le 10 décembre 2014

Cameroun : Monoculture de l’huile de palme

SUR LE TERRAIN / Cameroun

La SOCAPALM est le premier producteur d’huile de palme camerounais. Des hectares de forêt ont été défrichés et remplacés progressivement par des monocultures de palmier à huile, réduisant ainsi les surfaces sylvicoles dont les populations locales tiraient leur subsistance.

Mots-clés :

L’accroissement des surfaces cultivées a entraîné une pression sur le foncier, grignotant les jardins privés des paysans installés dans des villages à proximité des plantations et rendant les conditions de vie des populations pygmées Bagyéli de plus en plus précaires. En effet, pour ce peuple autochtone, l’extension des plantations signifie des contraintes accrues sur leur mode de vie, et la destruction de leurs espaces de cueillette et de chasse. En un mot : un risque de disparition.

Les activités de la Socapalm privent également les populations locales d’une bonne partie de leurs ressources piscicoles et les exposent à des risques sanitaires, car les huiles usagées émanant des huileries se déversent dans les cours d’eau situés à proximité des habitations villageoises.

Les populations et des organisations de la société civile locales se mobilisent sans relâche depuis plus de 15 ans1. A l’échelle internationale, le cas attire l’attention de plusieurs chercheurs et journalistes.

De son côté, la SOCAPALM a reçu à deux reprises le soutien de PROPARCO – filiale de l’Agence française de développement (AFD). Jusqu’en 20072, PROPARCO a également été actionnaire du groupe Intercultures (actionnaire majoritaire de la société qui détient la plus grande part de capital de SOCAPALM).

Des ONG françaises, allemandes et camerounaises enquêtent et, en décembre 2010, amènent le cas devant les Points de contacts nationaux (PCN) de l’OCDE - organismes chargés de veiller au respect des principes directeurs de l’OCDE à l’attention des entreprises multinationales3 - dans trois pays (France, Belgique et Luxembourg). Le PCN français est formel : les activités de la SOCAPALM contreviennent à certains principes directeurs de l’OCDE. Il constate notamment "que l’activité de la SOCAPALM (...) ne contribue pas suffisamment au développement durable des communautés riveraines du fait de la diminution de certains de leurs moyens de subsistance et de leur espace vital sans compensation réelle et du fait d’un recours insuffisant à l’emploi local".

En septembre 2014, la SOCAPALM est à nouveau secouée par une grève dans les plantations. Les revendications des travailleurs portaient notamment sur les conditions de logement et les salaires. Ces derniers accusent l’entreprise de "gommer et ravaler au folklore les lois de la République du Cameroun".

Considérant que le monde touchera de toute façon à sa fin, peu importe les conséquences des activités des entreprises multinationales sur la santé des populations et l’environnement. Ecouter

En savoir + :
Investissements agricoles : sécurité alimentaire ou financière ? (rapport, octobre 2013)
Huile de palme, quelle contribution au développement ?

Nos projets

10 janvier 2017 ITECA , Concert’Action

Trois mois après l’ouragan, des nouvelles d’Haïti

Les 3 et 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew a dévasté Haïti. Vous avez été nombreux à manifester votre solidarité avec les Haïtiens en (...)

6 janvier 2017 RTI , KPA

En Indonésie, une riziculture écologique et deux fois plus productive pour les paysans

Grâce à une méthode de riziculture intensive mise au point à Madagascar, les cultivateurs de riz parviennent à augmenter considérablement (...)

16 décembre 2016 BEDE , IRPAD

Au Mali, protéger et valoriser les semences paysannes, vitales pour la souveraineté alimentaire

Au Mali la "modernisation" agricole soutenue par des projets internationaux et les politiques nationales (promotion des monocultures, (...)

S’informer

1er janvier 2017

Procès Obiang : Retour sur l’affaire des "Biens mal acquis"

Il y a dix ans, en mars 2007, le CCFD-Terre Solidaire publiait un rapport sur les détournements de fonds publics par les hommes (...)

26 décembre 2016

Saint-Jacques-de-Compostelle : En route vers la solidarité internationale

FDM n°296

En juillet 2016, à l’invitation du CCFD-Terre Solidaire Midi-Pyrénées-Roussillon, une vingtaine de jeunes adultes ont marché pendant cinq (...)

19 décembre 2016

Burkina Faso : Un rapport de la Copagen très coton pour Monsanto

FDM n°296

Entre 2014 et 2016, la Copagen a mesuré in situ, au Burkina Faso, les performances réelles du coton Bt, variété transgénique introduite en (...)