Un avenir sans faim

Publié le 10 décembre 2014

Bangladesh : Quand les conditions de travail conduisent à la mort

SUR LE TERRAIN / Bangladesh

L’effondrement de l’immeuble du Rana Plaza sur les ouvriers bangladais montre à quel point les multinationales sont dégagées de toute responsabilité en cas de dommages causés par leurs filiales et sous-traitants sur les travailleurs et les populations riveraines

Le 24 avril 2013, à Dacca, au Bangladesh, l’immeuble Rana Plaza, qui hébergeait plusieurs usines de confection textile, s’effondre, provoquant la mort de 1138 personnes.
Les ouvrières, ensevelies sous les décombres, travaillaient pour des marques internationales de vêtements parmi lesquelles Auchan, Carrefour, Benetton ou Camaïeu.
Aucun recours ne permet aujourd’hui de mettre en cause la responsabilité des entreprises donneuses d’ordre qui ont manqué à leur devoir de vigilance en matière de respect de la sécurité de ces ouvrières.

Faute de mieux, la mobilisation de la société civile se porte sur un fonds d’indemnisation pour les victimes du Rana Plaza visant à collecter des contributions volontaires de la part des entreprises.
Mais plusieurs d’entre elles refusent purement et simplement d’y participer au motif qu’elles ne sont pas responsables de l’activité de leurs sous-traitants.
Les sommes récoltées à ce jour sont très en deçà du montant de la réparation au regard du dommage causé : moins de la moitié des besoins identifiés pour couvrir les frais médicaux et la perte de revenus des victimes et de leurs familles.

Sans autre recours juridique possible, plusieurs associations ont déposé une plainte contre le distributeur français Auchan pour « pratiques commerciales trompeuses ». L’entreprise s’est finalement engagée à participer au fonds d’indemnisation, mais elle n’a jamais reconnu sa responsabilité dans ce drame.

Considérant que les multinationales sont dégagées de toute responsabilité en cas de dommages causés par leurs filiales et sous-traitants sur les travailleurs et les populations riveraines. Ecouter

En savoir plus :
Multinationales et droits humains : les entreprises du CAC 40 s’expriment (Questionnaire au CAC40, juin 2014)
Rana Plaza, 1138 morts, est-ce trop peu pour une loi ?(communiqué, avril 2014)
Victimes dans l’industrie textile au Bangladesh : les marques s’en soucient-elles ? (communiqué, septembre 2013)
Nouvel effondrement d’un immeuble au Bangladesh (communiqué, avril 2013)

Nos projets

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

S’informer

20 mars 2017

La solidarité internationale absente des débats : interpellons les candidat-e-s sur Twitter

Le débat qui réunira ce soir, sur TF1, les cinq candidat-e-s pour lesquels les intentions de votes dépassent les 10 % sera un moment (...)

17 mars 2017

Accord UE-Turquie : une autre politique migratoire est possible

Face à l’échec des politiques migratoires française et européenne - qui se traduit par les milliers de morts en Mer Méditerranée et les (...)

16 mars 2017

Réaction à la publication du programme de Benoit Hamon sur les enjeux de solidarité internationale

Le candidat à la présidentielle pour le parti socialiste et de ses alliés Benoît Hamon a présenté ce jeudi 16 mars son programme. Action Aid (...)