Un avenir sans faim

Publié le 4 octobre 2012

Comment monter une Conférence-débat

« L’agriculture familiale et l’accès à la terre » : 6 forums pour comprendre le sujet

L’agriculture familiale est confrontée à une libéralisation croissante des échanges agricoles. Cette libéralisation provoque une crise de la production alimentaire familiale, mise en concurrence avec les modèles agricoles intensifs en capitaux et productivistes, à des prix de moins en moins rémunérateurs pour les agriculteurs surendettés. Les ressources en terre et en eau sont de plus en plus inégalement réparties et contrôlées par des filières agro-industrielles mondialisées, plus soucieuses de répondre aux marchés mondiaux les plus solvables que d’assurer une réponse durable aux besoins prioritaires des populations locales.

Objectif
• Apporter un éclairage de fond sur une question donnée.
• Favoriser le débat et l’échange pour éveiller l’esprit critique.
• S’assurer d’une participation équilibrée entre l’assemblée et l’animation.

Durée
Entre 1 h 30 et 2 heures

En amont de la conférence
Dans le meilleur des cas, une conférence se prévoit entre 3 et 5 mois à l’avance. Ce temps est nécessaire pour :
• Choisir une date
• Définir la problématique
• Identifier des intervenants potentiels
• Réserver une salle
• Préparer les outils de communication (flyer de présentation, communiqué de presse…)
• Mobiliser du public
Cet aspect logistique semble parfois peu important, mais il assure un bon déroulement de la conférence.

Trouver un sujet et fixer une problématique
Définir un sujet reste un des éléments essentiels d’une conférence-débat. Plusieurs possibilités s’offrent à ceux qui se lancent dans ce type d’action.
On peut choisir :
• d’illustrer un thème en lien avec les réalités du territoire,
• de creuser un problème lié à l’actualité,
• de témoigner sur une zone géographique à partir d’un retour de voyage dans un pays du Sud ou sur l’expérience d’un partenaire,
• de développer une thématique en lien, à partir d’une campagne ou d’un réseau thématique,
• …

Comment définir une problématique
Pour cibler correctement une problématique, il est essentiel d’être au clair sur l’objectif poursuivi et le public touché : s’agit-il de personnes qui vont découvrir le sujet ou de personnes déjà impliquées sur la question ? S’agit-il d’apporter du contenu et un regard extérieur ou de faire émerger un débat sur une question d’actualité ? Est-ce une opportunité pour se rapprocher d’autres acteurs locaux intéressés par cette question ? Ou encore s’agit-il de mobiliser prioritairement autour d’une campagne portée par le CCFD-Terre Solidaire ?

Par exemple, sur le thème de la « souveraineté alimentaire », les enjeux diffèrent selon le public et le contexte :
• Avec des étudiants en agronomie : apporter un regard plus critique sur les modes d’agriculture intensive grâce à l’apport d’experts sur la question.
• Le public n’est pas du tout sensibilisé : donner des éléments clés sur là où nous en sommes sur cet enjeu : pourquoi le CCFD-Terre Solidaire en fait-il encore un sujet prioritaire en 2011 ?
• En zone rurale, avec un public concerné par les questions agricoles : dépassionner le débat et apporter un éclairage plus global sur des enjeux internationaux ; favoriser l’échange par un mode d’animation original plutôt que de donner la parole à des spécialistes…
• Si l’objectif est avant tout de montrer que le CCFD-Terre Solidaire agit concrètement : valoriser les campagnes de plaidoyer menées sur ce thème, etc.

Bien définir une problématique, c’est mettre sa conférence-débat sur les rails de la réussite. Il en découlera par la suite le choix de l’animation, de la modération, le choix du ou des intervenants et également une meilleure communication vers le
public.

Le choix des intervenants
La plupart du temps, conférence rime avec intervenant. Toutefois, une bonne conférence ne se mesure pas à la taille de la liste des intervenants mobilisés pour cette dernière. Il existe également des formes de conférences-débats qui peuvent se faire sans intervenants (cf. zoom sur le ciné-débat).
Si vous optez pour une conférence avec intervenant(s), voici quelques conseils dans votre organisation :
• ne mobilisez pas seulement par mail mais assurez- vous de pouvoir joindre votre intervenant par téléphone. Cela vous permettra surtout de fixer le cadre de l’intervention et également de jauger votre intervenant dans la pertinence de sa présence à la conférence en fonction de la problématique choisie,
• fixer les questions logistiques : comment se rend-il sur le lieu, a-t-il des besoins de matériels particuliers (ordinateur portable, vidéoprojecteur…), ramène-t-il des documents …,
• mobiliser le nombre d’intervenants en fonction du temps disponible. Pas besoin d’avoir 5 intervenants s’ils ne peuvent s’exprimer que 10 minutes,
• prévoir une traduction simultanée si l’intervenant ne parle pas français.

La modération
C’est surement l’aspect qui donnera le plus de sensation de réussite vis-à-vis du public, mais également vis-à-vis des intervenants. Un modérateur, c’est quelqu’un qui :
• a préparé son sujet pour introduire la conférence et rebondir sur les différentes interventions des intervenants et du public,
• sait garder sa neutralité tout au long du débat pour éviter d’orienter la conférence dans un sens ou dans un autre,
• est garant des temps d’intervention entre les intervenants à la tribune, mais aussi dans le public,
• fait attention aux demandes de prise de parole dans le public dans l’ordre chronologique,
• sait synthétiser les débats pour marquer la fin de la conférence.

Dans le meilleur des cas, le modérateur est accompagné d’un « passe-micro », qui aura à charge de distribuer le micro dans le public en fonction de l’ordre des prises de parole.

Le + animateur
Certaines fois, le modérateur peut décider de faire passer des petites feuilles de papier dans le public pendant les interventions à la tribune. Cela permettra aux participants de faire remonter leurs questions à l’écrit vers le modérateur qui n’aura qu’à choisir et/ou synthétiser les questions qu’il souhaite poser aux intervenants.

« L’agriculture familiale et l’accès à la terre » : 6 forums pour comprendre le sujet
Ancrée comme dynamique régionale depuis quelques années, la thématique de la souveraineté alimentaire est l’objet de l’approche réseaux/partenaires de la région Bourgogne-Franche-Comté. Ainsi, depuis 2008, une dynamique s’est créée avec la venue de partenaires travaillant exclusivement sur la thématique de la souveraineté alimentaire. Cette année, la région avait choisi de se focaliser sur un aspect bien particulier, celui de l’agriculture familiale face à l’accès à la terre. Pour faire comprendre au grand public les enjeux liés au processus d’accaparement des terres et pour montrer quelles en sont les différentes facettes, les bénévoles de la région ont mis en place six forums lors des 50 ans du CCFD-Terre Solidaire à Dôle : « La terre dans la Bible », « La terre n’est elle qu’une marchandise à consommer ? », « 

L’accès à la terre, cause de conflits », « L’agriculture familiale a-t-elle encore un avenir en France et dans le monde ? », « Comment se réapproprier la terre malgré les changements climatiques ? », « Le droit à l’alimentation donne-t-il le droit à la terre ? ». Cette journée-événement fut l’occasion de faire intervenir une diversité d’acteurs tels que la Confédération paysanne, l’association AFDI (Agriculteurs français et développement international), Oxfam, un chercheur d’Agrosup de Dijon, qui ont su apporter leurs regards d’experts à la question. Comment maintenir cette dynamique régionale ? Il est question d’organiser une université d’été sur cette thématique.

Fiche animation - La souveraineté alimentaire
Mode d’emploi et conseils pour bien construire vos animations

Nos projets

21 juin 2017 Gwénaëlle Lenoir , Adel

En Cisjordanie, l’agroécologie porteuse d’alternatives

299 Juin

En Cisjordanie l’agriculture paysanne palestinienne est entravée par le poids de l’occupation, l’accaparement des terres les plus fertiles (...)

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)

26 avril 2017

Crise alimentaire au Burundi, les partenaires se mobilisent

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Les partenaires du CCFD-Terre Solidaire attirent notre attention sur la situation d’un nombre croissant de Burundais confrontés à une (...)

S’informer

22 juin 2017

Remaniement ministériel : la confusion persiste sur la place accordée à la solidarité internationale

Après l’annonce de la composition du nouveau gouvernement français, mercredi 21 juin, le CCFD-Terre Solidaire, première ONG française de (...)

20 juin 2017

Climat : la feuille de route du gouvernement sera-t-elle à la hauteur des ambitions affichées ?

Le Réseau Action Climat et ses associations membres appellent le Président de la République à concrétiser sa volonté d’aller plus loin et (...)

19 juin 2017

Procès Obiang : Retour sur l’affaire des "Biens mal acquis"

Le fils du président guinéen, l’Equato-Guinéen Teodorin Obiang, doit être jugé à Paris du 19 juin au 6 juillet 2017 dans le premier procès des (...)