Fiches pédagogiques

Fiche 3

Un pas en avant

Objectifs de l’animation

  • Permettre aux jeunes de prendre conscience des inégalités dans l’accès aux droits fondamentaux, entre pays, mais aussi au sein d’un même pays ;
  • Travailler sur les représentations et déconstruire les stéréotypes ;
  • Faire comprendre ce qu’implique parfois l’appartenance à certaines minorités sociales ou ethniques pour une personne et les conséquences induites ;
  • Vivre l’empathie.

Ressources nécessaires

  • Autant de cartes Profil que de participants ;
  • La liste des situations ou événements ci-jointe ;
  • Un espace grand et calme.

Temps nécessaire

1 heure

Notions clés abordées

Le « Pas en Avant » est une animation simple et tout public qui aborde les questions des représentations. Elle permet de matérialiser visuellement une réalité plus ou moins abstraite, de faire prendre conscience des inégalités. En incitant les joueurs à se mettre dans la peau d’un personnage, elle a pour finalité de susciter la discussion autour d’une thématique choisie et de déconstruire des stéréotypes et des préjugés qui peuvent être répandus parmi les participants.

Force est de constater que nos représentations conduisent souvent à porter un regard misérabiliste voire négatif sur les pays du Sud. Cette animation propose de travailler sur les représentations à partir du thème de l’accès aux droits fondamentaux.

Bien que la Déclaration universelle des droits de l’homme ait été adoptée dans le cadre des Nations unies en 1948, les droits les plus essentiels font l’objet d’un combat de tous les jours dans certains pays.

L’accès à une nourriture et une eau de qualité et en quantité suffisante, l’accès à la santé, à l’éducation, le respect des libertés, etc., sont autant de droits dont la grande majorité des Français bénéficient et qui nous semblent de fait être une évidence. Pourtant, la majorité de la population mondiale n’a pas cette chance. Les inégalités face à ces droits sont grandes : entre pays du Nord et pays du Sud, mais aussi au sein même des différents pays : entre hommes et femmes, entre adultes et enfants, entre ville et campagne, etc.

Prendre conscience de ces inégalités est essentiel dans la préparation au départ. Dans toute relation à l’autre, il est essentiel de réfléchir à l’endroit où chacun se situe dans « le référentiel » des droits humains.

Points d’attention pour l’animateur

Un minimum de 10 participants est nécessaire pour permettre une visualisation effective.
Si le groupe est inférieur à 20 personnes, choisir les personnages en variant au maximum les profils.
Pour que l’animation fonctionne, les participants doivent faire jouer leur imagination.
Suivant les jeunes et les cartes Profil que chacun va recevoir, il peut y avoir des réactions fortes à la lecture. Insister si besoin, auprès des jeunes sur le fait que ce n’est qu’un jeu de rôle.

Déroulement de l’animation

1. Les participants se voient attribuer une carte Profil au hasard, qui représente le profil d’une personne. Demandez-leur de la conserver et de ne pas la montrer aux autres, de ne pas l’échanger.

2. Invitez-les à lire leur carte Profil et à se glisser dans la peau de ce personnage le temps du jeu. Laissez-leur quelques minutes pour imaginer leur histoire, leur passé, leurs envies, leurs difficultés… Vous pouvez les aider en lisant les questions suivantes : comment s’est passée votre enfance ? Comment était votre maison ? Quel métier exerçaient vos parents ? À quoi ressemble votre vie aujourd’hui ? Que faites-vous de vos journées ? Où vivez-vous ? Combien gagnez-vous ? Que faites-vous pour vos loisirs ? Qu’est-ce qui vous motive et qu’est-ce qui vous fait peur ?

3. Une fois que les participants se sont approprié leur profil, demandez-leur de se mettre en ligne au bout de la pièce ou en bas de l’escalier. Expliquez-leur que vous allez leur lire une liste de situations ou d’événements. À chaque fois qu’ils sont en mesure de répondre « oui » à l’affirmation, ils doivent faire un pas en avant. Dans le cas contraire, ils restent sur place.

4. Lisez les situations une par une. Marquez une pause entre chacune afin que les participants puissent éventuellement avancer. Observer leur place par rapport à celle des autres. Demandez-leur qu’ils se souviennent des affirmations pour lesquelles ils n’ont pas pu avancer.

5. L’étape suivante consiste en un débriefing. Pour cette animation, cette étape est essentielle car elle lui permet de prendre tout son sens. Le débriefing peut se faire en maintenant la place de chacun, mais également en plénière (dans ce cas, demandez à chacun de prendre note de sa position finale).

Donnez-leur 2 minutes pour sortir de la peau de leur personnage (mais sans révéler leur personnage aux autres). Commencez par leur demander ce qu’ils ressentent suite à l’activité, puis continuez en abordant les questions soulevées et ce qu’ils ont appris :

  • Qu’est-ce que j’ai ressenti quand les autres avançaient et pas moi ? et inversement ?
  • Comment je me suis senti dans la peau de mon personnage ?
  • Certains ont-ils eu le sentiment que leurs droits fondamentaux n’étaient pas respectés ? À quels moments ?
  • Concernant ceux qui avançaient souvent, à quel moment ont-ils constaté que les autres n’avançaient pas aussi vite qu’eux ?

Ensuite, on peut passer un moment sur les profils de chacun : peuvent-ils
deviner le rôle joué par les autres ? Certains peuvent lire leur carte Profil
et présenter en quelques mots le personnage tel qu’il l’avait imaginé.

6. Le débriefing peut ensuite être élargi à des questions plus générales, afin d’aller au-delà du jeu pour tirer des conclusions et réfléchir ensemble :

  • Quels sont les droits en jeu pour cette activité ?
  • Les personnages joués nous sont-ils complètement étrangers ?
  • Est-ce que j’imaginais que des écarts si grands puissent exister ?
  • Qu’est-ce qui m’a le plus interpellé ?
  • Quelle est notre position par rapport à la majorité de la population mondiale ?
  • Et moi je me situerais où, si je jouais mon propre rôle ? Où peuvent se situer les populations que je vais rencontrer ? Qu’est-ce que cela leur apprend de la vie des populations qu’ils vont rencontrer et de leur propre vie ? Quelles peuvent en être les conséquences lors d’un voyage dans ces pays ?

Pour aller plus loin

  • Les situations peuvent être différentes en fonction du pays d’appartenance du personnage imaginé. Il peut être intéressant de demander aux jeunes de projeter leur personnage dans leur pays de destination.
  • On peut proposer une réfl exion plus poussée sur ce qui pourrait aider les personnages dans leur accès aux droits fondamentaux (ce qu’ils pourraient faire eux-mêmes / ce que les jeunes pourraient faire ici, depuis la France).