Fiches pédagogiques

Fiche 8

Une exposition

Objectifs de l’animation

  • Prendre conscience de l’importance de la phase d’accompagnement et du processus de relecture préalables à la construction d’une restitution
  • Anticiper les moyens nécessaires et la méthodologie pour initier une démarche d’éducation au développement vis-à-vis d’un public.

Ressources nécessaires

Nous vous proposons une fausse exposition photos "ratée" à télécharger et à imprimer. Vous pouvez aussi construire votre propre exposition en vous inspirant de celle-ci.

Temps nécessaire

1 heure

Notions clés abordées

Pour que le projet de solidarité internationale porté par le groupe soit un point de départ pour inciter leur entourage ou des publics spécifiques à s’engager à leur tour, il est nécessaire de consacrer du temps à la préparation de la phase de restitution. Un témoignage peut être contre-productif s’il est porteur de stéréotypes et de jugements. C’est pourquoi, le témoignage d’une équipe doit être l’aboutissement d’un processus en trois étapes :

  1. Expression des ressentis
  2. Analyse
  3. Construction de la restitution

Les jeunes doivent être accompagnés dans la phase d’analyse par des personnes averties en matière de solidarité internationale ou connaisseuses du pays, pour donner des pistes de compréhensions et d’analyse pour sortir du degré d’observation et du jugement sur la base de nos valeurs culturelles.

Points d’attention pour l’animateur

Cette animation peut être proposée à un groupe de jeunes en amont du séjour. Dans ce cas-là, elle permet d’appréhender le travail nécessaire au retour, mais également de commencer à réfléchir au mode de restitution, au public que l’on souhaite cibler, aux thématiques que l’on veut approfondir et aux ressources que nous pouvons collecter lors du voyage.

Déroulement de l’animation

Sur la base d’une fausse exposition photos (support encore largement utilisé au retour d’un voyage solidaire), les participants sont amenés à prendre conscience des travers à éviter, et pour cela, de la démarche à suivre pour la construction d’une telle restitution.

  1. Inviter les participants à découvrir l’exposition photos que l’animateur aura affichée sur les murs de la salle. Introduire cette visite en annonçant que cette exposition a été réalisée par deux jeunes au retour de leur expérience au Népal. Ne pas dévoiler à cette étape-là qu’il s’agit d’une fausse exposition réalisée pour les faire réagir, les réactions seront d’autant plus fortes. Inciter les participants à prendre des notes sur leurs ressentis pendant la découverte de cette exposition.
  1. En groupe, proposer un temps d’échange autour de l’exposition :
    Qu’est-ce que cette exposition donne à voir ?
    Que retient-on en voyant cette exposition ?
    Qu’aurait-on voulu savoir sur ce projet, sur ce pays, sur le contexte ?
  1. Faire prendre conscience des étapes de relecture que ces jeunes n’ont pas effectuées (expression des ressentis et analyse, nécessaires avant la construction de leur témoignage). Par quelles étapes préalables auraient-ils dû passer ?
  1. Proposer une conclusion sur la démarche de relecture, sur les enjeux d’une restitution et sur les expériences contre-productives de certaines.

Si le temps le permet, cette animation peut être prolongée par :

  • la présentation d’un projet de restitution réussi,
  • un temps d’échange sur le projet de restitution que les jeunes souhaitent mettre en place : quels supports, quelles thématiques, quels publics, quels espaces à investir… Évoquer ces éléments avant un départ, permet d’anticiper sur les supports (photos, objets, carnets de voyage, musique, interview…) qui pourront servir au retour.