Accueil > Vivre la relation partenariale > Quelques mois pour échanger avant le départ

Fiches pédagogiques

Fiche 7

Quelques mois pour échanger avant le départ

Objectifs de l’animation

Prendre conscience que bâtir un partenariat n’est pas simple, qu’il faut prendre en compte des éléments comme la communication, les différences de culture, les différences de priorités, les calendriers des uns et des autres, etc.

Ressources nécessaires

Temps nécessaire

2 heures

Notions clés abordées

L’équipe doit être capable de détailler et d’aborder certaines questions afin d’éviter les écueils une fois sur place :

  • La notion de financement : même si ce n’est pas un thème facile à aborder, ne pas hésiter à poser des questions : qui paye quoi ? Qui participe à quoi ? Quels sont les moyens de chacun ? Si cette question reste floue, elle peut être source de conflit ou de malentendu.
  • Action de solidarité : que va faire l’équipe ? Quel est le public ? Quels sont les acteurs locaux ? Avoir des réponses claires à ces questions permettra de mieux préparer le projet. Attention à ne pas tout prévoir à la minute près. Il y a toujours une part d’imprévu dans un projet !
  • Vie quotidienne : une question que l’équipe trouvera peut-être matérielle, mais il est important (aussi pour rassurer l’entourage) de savoir où l’équipe pourra dormir. Comment les repas seront-ils préparés ?
    Une fois ces questions posées, l’équipe sera plus apte à se poser des questions de fond !

    Les raisons d’une notion de temps différente peuvent être multiples :
  • Les problèmes de courrier : ce n’est pas toujours rapide et, parfois, le partenaire habite loin de l’endroit où arrive le courrier. Il est vrai que maintenant de plus en plus de partenaires ont accès à internet, mais il faut tenir compte des coupures fréquentes d’électricité dans certains pays et, également, de la distance entre le lieu du travail de votre partenaire et le premier accès internet.
  • Projet et travail du partenaire : la venue du groupe peut être d’une importance relativement minime par rapport à l’ensemble des activités du partenaire. Il est compréhensible alors qu’il peut y avoir d’autres priorités, d’autres urgences, qui ont besoin d’être réglées avant de répondre au courrier du groupe.
  • Les vacances scolaires ne sont pas toujours les mêmes que chez nous. Exemple : si vous écrivez en décembre/janvier en Amérique du Sud c’est comme écrire en juillet/août en France. Beaucoup moins de chance d’avoir une réponse !

Points d’attention pour l’animateur

L’animateur se met dans la posture du partenaire, il ne répond qu’aux questions posées. Il peut être intéressant pour l’animateur de se renseigner en amont sur les différentes pistes de réponses qu’il pourra donner aux jeunes en fonction de leurs questions.

Déroulement de l’animation

En fonction de leur nombre, diviser les jeunes en sous-groupes de 4 personnes environ. Donner à chacun la fiche ci-jointe avec la lettre du partenaire. Un animateur jouera le rôle du partenaire et une personne fera le passeur des messages.

1. Situer le contexte de la mise en situation : l’équipe a déjà écrit au partenaire qui a répondu positivement (cf. la lettre). On est maintenant au mois d’octobre et il reste 9 mois pour monter le partenariat par échange de courrier. 10 minutes représentent un mois. Il faut construire le partenariat en posant les bonnes questions mais avec la frustration due à la notion du temps qui est différente à l’étranger.
Le partenaire (l’animateur) se trouve dans une pièce à côté et ne rend pas la vie facile à l’équipe. Si les questions sont vagues, les réponses le sont aussi. Si l’équipe est claire dans ses souhaits, l’être aussi dans les réponses :

  • si on demande des propositions de projets, proposer des choses avec un montant à l’appui (exemple construction : budget pour acheter le matériel), à moins que le projet soit sur l’animation ;
  • prendre en compte la situation du pays : il peut y avoir des problèmes de courriers ou d’e-mail (problèmes d’électricité) ; les grandes vacances en décembre et janvier (pas de réponse) ; des priorités différentes ;
  • le partenaire coordonne un projet de développement et le petit projet de ces jeunes n’est pas nécessairement sa première priorité ; il peut y avoir des problèmes divers dans le pays (1 h 30).

2. Reprise avec l’ensemble des équipes : où en sont leurs projets. Comparer les avancements en fonction de la clarté de la communication. Aborder les notions de temps, etc. (30 mn).