Un avenir sans faim

Publié le 03.03.2005 • Mis à jour le 09.07.2012

Benoît Soro, Côte d’Ivoire

Dans un pays déchiré, des associations font vivre la société civile en zone « rebelle ».

Faire exister la société civile en zone rebelle

Paris, le 4 mars 2005

J’ai 36 ans, je vis à Korhogo, l’un des bastions nordistes des Forces nouvelles (la rébellion), suite à l’éclatement du conflit en septembre 2002. Je suis directeur de l’Animation rurale de Korhogo (ARK), qui s’efforce depuis 1972 de favoriser l’autopromotion des populations rurales.

Le contexte d’affrontements nous a incité à adapter nos actions. Ainsi, nous mettons l’accent sur la réinsertion d’ex-combattants qui ont décidé de leur propre initiative de retourner au village. Nous ne négligeons pas non plus l’éducation à la paix.
Tout ce travail est possible. Les nouvelles autorités nous ont donné le feu vert, en précisant que nous serions tenus pour responsables d’éventuels dérapages.
La situation alimentaire est tendue, mais il n’y a pas de disette. Les populations ne sont pas rackettées par les militaires, contrairement à ce que j’entends dire. Certes, ceux qui circulent sur les routes sont en butte aux demandes des soldats sur les check points (des cigarettes, du thé, quelques pièces pour accélérer les formalités). Mais il est possible de dénoncer ces tracasseries aux autorités. Je l’ai fait et la situation autour de Korhogo s’est améliorée. Côté information, les choses bougent aussi. Outre les médias parrainés par les Forces nouvelles, on a accès depuis peu à quelques quotidiens d’Abidjan qui nous parviennent avec un ou deux jours de retard.
La scène associative est en pleine ébullition. Fin 2002, 14 ONG étaient présentes à Korhogo. En mars 2005, j’en ai dénombré une bonne soixantaine. Pour autant, il est prématuré de parler d’éveil de la société civile. Nombre des nouvelles venues ont été pressées de se lancer par les Forces nouvelles. Leur engagement social comme leur degré d’indépendance restent à apprécier.
Bien peu de gens dans le Nord entrevoient une solution de sortie de crise. L’immense majorité de la population est favorable à la réunification du pays, car elle se sent ivoirienne à part entière. Mais elle doute que les actuels efforts de médiation aboutissent et qu’une élection présidentielle réellement démocratique se tienne en octobre prochain. D’où notre grand défi : réussir à mobiliser pour bâtir l’avenir, sans savoir de quoi demain sera fait.

Propos recueillis par Yves Hardy

Nos projets

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

S’informer

23 août 2017

Les réseaux sociaux, des armes de mobilisation massive

300 - Juillet-Août

Facebook, Twitter, Instagram... En Argentine, au Brésil, comme dans toute l’Amérique latine, les réseaux sociaux sont devenus (...)

16 août 2017

La paix en marche en Colombie

300 - Juillet-Août

Au mois de juillet 2017, Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre Solidaire, était de retour en Colombie. Il connait bien ce pays où il (...)

24 juillet 2017

Brésil : une mère obtient justice pour son fils, jeune noir des favelas, assassiné (témoignage)

Marcia de Oliveira Silva Jacintho a perdu son fils de 16 ans assassiné en 2002 par des policiers de Rio de Janeiro. Accompagnée par la (...)