Publié le 06.02.2012 • Mis à jour le 25.02.2016

Iddirs, organisations communautaires génératrices de revenus

Les nouveaux acteurs du développement

Améliorer les moyens de subsistance des plus vulnérables en pariant sur les iddirs, ces associations qui couvrent les frais de funérailles, comme vecteurs de développement était loin d’être évident il y a quinze ans, lorsqu’ACORD, partenaire du CCFD-Terre Solidaire démarrait ses projets en zone urbaine. Rencontre avec certains de leurs membres dont la vie a changé grâce au micro-crédit.

Addis Abeba, janvier 2012

Historiquement et traditionnellement formées pour couvrir les frais des funérailles et accompagner les familles dans leur deuil, les iddirs restent des associations incontournables du paysage social éthiopien. Organisations communautaires de base par excellence – créées dit-on, par les artisans Guragué amenés par l’empereur Ménélik à la cour d’Addis Abeba au début du XXème siècle – ACORD travaille en étroite collaboration avec les idirrs en soutenant leur développement organisationnel tout en donnant le coup de pouce financier nécessaire au démarrage d’activités génératrices de revenus.

« Les iddirs ont bien plus à donner et servir leurs membres avant leur mort plutôt qu’après » résume Abdi Adem qui coordonne l’un des trois projets de réduction de la pauvreté à Addis Abeba. Entre autres réalisations d’Addis Fana qui regroupe 17 iddirs (soit 628 membres dont 530 femmes) du quartier « Fransaï legassion », la construction d’une meulerie. « Grâce à la collaboration des autorités locales qui ont donné le terrain et les matériaux et avec qui nous avons pavé le chemin » explique Laka, militaire à la retraite, trésorier d’Addis Fana et membre du comité d’achat des céréales, « nous achetons en coopérative les céréales, les moulons dans de bonnes conditions. » Il ajoute que « désormais, beaucoup de nos membres fabriquent leur injera (galette de teff, une céréale endémique qui constitue l’aliment de base des Ethiopiens) et les vendent  ».

A l’instar du lieutenant Laka, Zinash Wolde, trésorière d’une autre iddir, a suivi une formation de comptabilité et elle, s’est mise à son compte. « J’ai emprunté 5000 birrs » explique-t-elle et «  j’ai ouvert avec mon mari un petit magasin de maroquinerie qui rapporte en moyenne 3000 birrs par mois [1] ». D’autres élèvent des bovins et vendent leur production laitière ou encore, ont pu construire une maison dont ils louent les différentes pièces. Tous cotisent un minimum de 5 birrs par mois et aujourd’hui, la plupart des iddirs ont triplé leur capital initial couramment réinvesti dans l’achat d’actions de nouvelles banques et entreprises éthiopiennes.

Acteurs de la démocratie locale

Après avoir réussi à intégrer un agenda économique à la mission sociale des iddirs, ACORD peut se réjouir aujourd’hui d’être parvenu à créer un pont entre ces associations populaires, l’Etat et les différents acteurs du développement qui désormais, écoutent les iddirs, les consultent et les intègrent dans la mise en place de leurs politiques de développement et de gouvernance locale. Plus qu’un canal pour réaliser des projets, les iddirs sont devenus des partenaires du changement.

[1A titre de comparaison, une secrétaire de mairie touche 900 birrs par mois Guylaine Saffrais

Nos projets

12 mai 2015 Banco Palmas

Une banque communautaire brésilienne lutte contre la pauvreté

Initiée en 1998 à Palmeiras, une banlieue pauvre de Fortaleza, dans l’État du Ceará, au Brésil, la Banco Palmas est, depuis, devenue une (...)

29 avril 2015 ACAD ARAB CENTER FOR AGRICULTURAL DEVELOPMENT

La micro-finance au service des paysans palestiniens

Fondée en 1988, ACAD (Arab Center for Agricultural Development) fait de l’appui technique et financier via du micro-crédit, aux (...)

16 juin 2014 Laurence Estival

Maroc/Économie sociale et solidaire, un pas vers l’autonomie

FDM n°281

Appuyés par l’association Femme Action, créée en 1989, un nombre croissant de groupes de femmes combattent la pauvreté par la création (...)

S’informer

3 novembre 2015

Nutri’zaza, lauréate du Grand prix de la finance solidaire Le Monde/Finansol

Le Grand prix de la finance solidaire Le Monde/Finansol a récompensé le 3 novembre Nutri’zaza, une entreprise sociale malgache soutenue (...)

4 novembre 2014

Documentaire : La croissance est morte, vive la post-croissance !

FDM n°283

Dans son dernier film Sacrée croissance, la réalisatrice Marie-Monique Robin bat en brèche le dogme de la croissance en alliant exemples (...)

12 décembre 2013

Le CCFD-Terre Solidaire reçoit un Award pour « 30 ans de Finance Altruiste »

Pour la 4e année consécutive, Axylia organise les [profit for Non Profit] Awards, le seul événement qui rassemble les mondes des (...)