Un avenir sans faim

Publié le 04.03.2005 • Mis à jour le 09.07.2012

Adama Aïssa Tall, Mali

Conforter les liens entre Sahéliens des campagnes et des villes.

Conforter les liens entre Sahéliens des campagnes et des villes.

Paris, le 4 mars 2005

Le programme de transformation des céréales locales que notre ONG - Afrique verte – a lancé en 2002 est en plein essor. Fin 2003, on ne comptait que cinq groupements de femmes dans la capitale. Aujourd’hui, 35 associations sont actives, et parmi elles de petites entreprises et des coopératives féminines, réparties dans les six communes du district de Bamako.
L’activité répond à un double besoin. D’une part, les débouchés existent, car beaucoup de familles de la capitale n’ont plus le temps de se consacrer à la préparation du déjeuner. Elles recherchent alors une alimentation nourrissante et bon marché. D’autre part, dans les quartiers périphériques, les femmes des milieux modestes, qui assurent la charge des enfants, sont les premières marginalisées. Elles s’en sortent grâce aux revenus tirés de la transformation des céréales. Normal qu’elles s’accrochent à ce nouveau métier – des femmes analphabètes ont appris à tenir les cahiers de caisse suite aux formations – et qu’Afrique verte soit de plus en plus sollicitée.
Les évolutions en cours sont révélatrices du fait urbain, au Sahel comme ailleurs. À ses débuts, Afrique verte ne se proposait que de transférer les céréales des zones rurales excédentaires vers les zones rurales déficitaires. Au Mali, au Niger ou au Burkina. À présent, nous tentons aussi d’établir des liens durables entre paysans, producteurs de céréales, et groupes de transformatrices à Bamako, et demain j’espère dans d’autres grandes villes sahéliennes. C’est la contribution originale d’une ONG « rurale » à la lutte contre la pauvreté urbaine. Je crois qu’il s’agit d’un combat de longue haleine.

Propos recueillis par Yves Hardy

Adama Aïssa Tall est responsable Marché urbain au sein de l’ONG Afrique verte-Mali

Nos projets

6 janvier 2017 RTI , KPA

En Indonésie, une riziculture écologique et deux fois plus productive pour les paysans

Grâce à une méthode de riziculture intensive mise au point à Madagascar, les cultivateurs de riz parviennent à augmenter considérablement (...)

16 décembre 2016 BEDE , IRPAD

Au Mali, protéger et valoriser les semences paysannes, vitales pour la souveraineté alimentaire

Au Mali la "modernisation" agricole soutenue par des projets internationaux et les politiques nationales (promotion des monocultures, (...)

29 août 2016 CEDAC

Brésil : l’agriculture au service de l’éducation populaire

Acteur historique de l’Éducation Populaire au Brésil, le Centre d’Action Communautaire – partenaire du CCFD-Terre Solidaire – se sert de (...)

S’informer

18 avril 2017

L’après "coton Monsanto" au Burkina

L’échec du coton OGM de Monsanto au Burkina Faso a été démontré. Grâce à une mobilisation de la société civile et une enquête de terrain, la (...)

2 mars 2017

Le CCFD-Terre Solidaire part en campagne pour les Elections 2017 : Faisons le pari de la solidarité !

Les questions de solidarité internationale et de développement sont rarement les principaux thèmes sur lesquels se bâtit une campagne (...)

12 décembre 2016

Dossier magazine Elections 2017 : Prenons le parti de la solidarité

FDM n°296

Dans le nouveau numéro de Faim et Développement : un dossier Campagne Elections 2017 avec un zoom sur la souveraineté alimentaire et la (...)