Publié le 05.07.2006 • Mis à jour le 11.02.2013

Afrique

Après avoir été un enjeu géopolitique pendant la guerre froide, l’Afrique, particulièrement ses ressources naturelles, intéresse les puissances économiques, dont la Chine et les pays émergents.

Mots-clés :

L’augmentation du PIB observée depuis 2003 est d’abord liée à l’augmentation des flux d’exportations de matières premières du continent, elle n’a pas été accompagnée par un mouvement similaire des investissements étrangers. L’Afrique est le continent le plus ouvert à la mondialisation, la part du PIB liée à l’exportation de matières premières est la plus grande du monde.

Depuis 2004, la montée en puissance de l’Union africaine, alliée à un engagement accru de la part de pays comme le Nigéria, l’Afrique du Sud et de la part de la communauté internationale, a permis des évolutions positives dans plusieurs conflits mais de nouveaux conflits ont éclaté et d’autres sont devenus chroniques.

Les conflits en Afrique sont à l’origine de plus de la moitié des crises alimentaires du continent. La sécurité alimentaire des populations reste un enjeu majeur. L’impact du changement climatique sera très important sur les pays africains (principalement dans le Sahel) qui sont les plus vulnérables aux changements climatiques du fait de leurs faibles capacités d’adaptation.

La pandémie du sida, qui touche principalement le continent africain, a des conséquences catastrophiques sur le développement. Les maladies tropicales qui intéressent peu les marchés économiques continuent à représenter un problème majeur de santé publique et sont à l’origine de milliers de morts.

Les efforts internationaux pour faire face à ces crises structurelles se concrétisent d’abord par une aide humanitaire tardive et inadaptée au détriment du développement économique. L’urbanisation non maîtrisée, l’absence de politique de développement de zones rurales et une démographique incontrôlée aggravent les mécanismes de paupérisation.

Le déficit de démocratie, la corruption des acteurs politiques et économiques, la faiblesse des sociétés civiles et le délabrement des services publics sont toujours des obstacles majeurs au développement des pays.

Ce pendant les acteurs des sociétés civils africaines se structurent et s’organisent. Ils sont de plus en plus actifs dans la lutte pour l’accès aux droits, la construction d’espaces démocratiques et une meilleure justice économique.

La paix et la prévention des conflits
En Afrique le CCFD-Terre Solidaire s’engage avec ses partenaires dans deux directions :

  • le soutien et le renforcement des organisations africaines qui s’engagent dans des initiatives de culture de la paix, de prévention et résolution des conflits, de consolidation des processus démocratiques, de défense des droits civiques et politiques et de lutte contre l’impunité, la violence et les discriminations
  • la dénonciation des situations de crise et pression sur les décideurs politiques, économiques français et européens.

La souveraineté alimentaire et les modèles de développement agricoles
Le secteur agricole fournit 70 % des emplois et les activités agricoles participent de 25 à 40 % du PIB des pays africains. Les partenaires du CCFD-Terre Solidaire se mobilisent pour promouvoir une économie mondiale respectueuse de la souveraineté alimentaire :

  • l’accès et la gestion durable des ressources naturelles par l’appui aux campagnes d’information, aux mobilisations citoyennes et aux actions de plaidoyer.
  • promotion d’une agriculture paysanne et familiale diversifiée, respectueuse de l’environnement et défendre la biodiversité africaine
  • un des grands enjeux du continent africain porte sur le renforcement (institutionnel, méthodologique et politique) des organisations locales.

Promotion d’une économie sociale et solidaire
Les programmes d’ajustement structurel et les politiques de dérégulation économiques et financières ont aggravé les phénomènes de pauvreté, d’exclusion sociale et d’inégalités. L’économie informelle prospère au prix d’une dégradation de l’environnement, des conditions sociales et de sécurité. Le CCFD-Terre Solidaire intervient avec ses partenaires :

  • l’appui à la création et au développement de petites initiatives économiques pérennes et qui prennent en compte les dimensions sociales et environnementales avec un accent particulier pour les jeunes, les femmes et les populations discriminées.
  • mobilisation pour la promotion des mécanismes commerciaux qui favorisent les échanges équitables.

Pour plus d’égalité entre les femmes et les hommes
En Afrique, les traditions culturelles et sociales sont encore prégnantes et les femmes occupent une place spécifique dans le processus d’exclusion et de paupérisation. Le CCFD-Terre Solidaire appuie des organisations qui mènent des actions pour réduire les inégalités entre les femmes et les hommes dans l’accès des ressources naturelles, à l’éducation et à la santé y compris dans l’affectation des ressources financières.

Les migrations internationales
Les migrations africaines se déroulent aussi bien au sein du continent qu’en direction des pays développés comme l’UE. Elles sont souvent le résultat des crises structurelles que connaît l’Afrique, mais des facteurs culturels entrent aussi en jeu. Le continent reste celui où il y a le plus de réfugiés et de déplacés. La plupart des pays africains sont devenus des pays d’origine, de transit ou d’accueil ou une combinaison des trois. Les partenaires du CCFD-Terre Solidaire aident les migrants et les déplacés victimes des politiques discriminatoires en mettant en place des plates-formes locales de mobilisation de la société civile et agissent pour le droit des migrants.

Le partage des richesses financières
Malgré les quelques mécanismes d’annulation, la dette continue d’être un véritable fléau pour les populations des pays africains. Les pays riches, qui concentrent la grande majorité des richesses du monde, ont une lourde responsabilité dans l’accumulation de cette dette insupportable. Les mécanismes de mauvaises gouvernances et de corruption ont, non seulement, des impacts à court terme sur la vie des populations mais également à moyen terme sur le développement du pays. De nombreuses organisations de la société civile en Afrique sont impliquées dans un rapport de force avec les pouvoirs publics pour une plus grande visibilité sur l’utilisation des richesses planétaires pour le développement. Notamment dans les pays africains où les ressources pétrolières, minières et forestières profitent rarement aux populations.

Nos projets

17 décembre 2014 DIAPOCO-SA

L’action publique, un levier indispensable pour améliorer la sécurité alimentaire au Sahel

Demba Sow est un jeune ingénieur agronome fort d’une expérience d’une douzaine d’années dans la coordination de projets sur la sécurité (...)

S’informer

29 janvier 2016

Déclaration de Ouagadougou sur l’alternance démocratique

Réunis à Ouagadougou du 25 au 29 janvier 2016 pour échanger et se mobiliser autour de l’alternance démocratique en Afrique, une (...)

2 avril 2015

Rapport : En Afrique comme ailleurs pas de démocratie sans alternance !

Ce rapport est l’oeuvre collective d’une dizaine d’auteurs, en France et en Afrique dont le CCFD-Terre Solidaire. Il a grandement (...)

28 janvier 2015

Appel à signature : Tournons la page pour l’alternance démocratique en Afrique

Une centaine d’associations et intellectuels d’Afrique rejoints par des Européens, dont le CCFD-Terre solidaire, lancent un appel à un (...)